La Femen Amina a été libérée

TunisieLa justice tunisienne a ordonné jeudi la remise en liberté de Amina Sbouï, militante du groupe féministe Femen, dans l'attente de son procès pour profanation de sépulture.

Amina est en attente de son procès.

Amina est en attente de son procès. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Amina Sbouï, militante tunisienne du groupe seins nus Femen détenue depuis la mi-mai, a été remise en liberté jeudi dans l'attente d'un procès, une affaire devenue un symbole pour les détracteurs des islamistes au pouvoir en Tunisie. La jeune fille est sortie en fin d'après-midi de la prison pour femmes près de Sousse (140 km au Sud de Tunis) et son comité de soutien a diffusé une photo d'elle faisant le V le la victoire après sa libération.

«Elle est en famille, j'espère qu'elle sera sécurisée au maximum», a déclaré l'un de ses conseils, Ghazi Mrabet. Amina a été menacée par le passé par la mouvance islamiste radicale. Quelques heures plus tôt, la justice avait décidé de libérer la jeune femme dans l'attente de son procès pour profanation de sépulture. «C'est une grande surprise, la chambre d'accusation de Sousse a ordonné la remise en liberté», a déclaré l'un des avocats d'Amina, Me Halim Meddeb.

Inculpée à 18 ans

Plusieurs demandes avaient été rejetées par le passé.Amina, 18 ans, reste inculpée pour avoir peint le mot «Femen» sur le muret d'un cimetière de Kairouan (150 km au sud de Tunis) dans le but de dénoncer un rassemblement d'un mouvement salafiste interdit par les autorités. La profanation est passible de deux ans de prison ferme en Tunisie.La justice avait néanmoins abandonné ces dernières semaines des poursuites à l'encontre d'Amina, pour outrage à des gardiennes de prison et atteinte à la pudeur.

La lycéenne, qui avait fait scandale en mars pour avoir publié sur internet des photos seins nus à la manière des Femen sous le pseudonyme d'Amina Tyler, a été arrêtée le 19 mai lors de son action de protestation à Kairouan. Elle avait présenté cette manifestation comme sa dernière action militante en Tunisie avant de rejoindre la France pour reprendre ses études, estimant que sa sécurité n'était pas garantie dans son pays.

La «joie» d'une mère

La mère d'Amina, que la jeune fille a accusée de l'avoir séquestrée après la publication des clichés dénudés, a exprimé sa joie de voir sa fille libérée.«Je suis heureuse, je vais tenir enfin ma fille entre mes bras, la justice a montré qu'elle était indépendante», a-t-elle dit. Le placement en détention d'Amina avait déclenché un vaste mouvement de solidarité en Tunisie comme à l'étranger, ONG, opposants et militants des droits de l'Homme voyant dans son arrestation une preuve du puritanisme que les islamistes d'Ennahda, qui dirigent le gouvernement, veulent imposer à la Tunisie.

Trois militantes Femen européennes ont en outre été incarcérées en Tunisie pendant plusieurs semaines en juin pour avoir mené une action seins nus à Tunis, la première dans le monde arabe, pour soutenir la jeune femme et dénoncer les atteintes aux droits des femmes. Elles ont finalement été expulsées du pays après avoir été condamnées à de la prison avec sursis.Des responsables français, qui suivaient le dossier de près, se sont réjouis de sa libération.

Le «soulagement»

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement français et ministre des Droits des femmes, a ainsi exprimé le «soulagement de tous ceux qui sont attachés à la liberté d'expression». L'opposition laïque accuse régulièrement le gouvernement dirigé par Ennahda de chercher à juguler la liberté d'expression et à revenir sur les acquis des Tunisiennes, qui bénéficient de la législation la plus libérale du monde arabe sans pour autant que l'égalité des sexes soit garantie.

Les autorités, Ennahda en tête, ont toujours démenti de telles visées.Et la dernière ébauche du projet de Constitution, dont le processus d'adoption est pour l'instant paralysé, stipule que «tous les citoyens et citoyennes ont les mêmes droits et devoirs» et que l'État protège «les droits de la femme et soutient ses acquis». Cette formule semble pour le moment faire consensus. Elle a été négociée après qu'Ennahda a fait scandale en 2012 on voulant introduire la notion de «complémentarité» des sexes. (afp/nxp)

Créé: 01.08.2013, 16h26

Galerie photo

Le mouvement FEMEN

Le mouvement FEMEN Démarré en Ukraine en 2008, le mouvement féministe FEMEN a essaimé dans le monde entier.

Articles en relation

La Femen Amina ne sera pas inculpée pour «outrages»

Tunisie Un non-lieu a été prononcé lundi pour la militante Femen tunisienne de 19 ans, Amina, a annoncé son avocat. Elle reste cependant détenue en attendant une éventuelle inculpation pour profanation. Plus...

Début du procès d'Amina, la Femen tunisienne

Tunisie Le procès d'Amina, Femen tunisienne, s'est ouvert lundi. Accusée d'outrage et de diffamation de fonctionnaire, elle a dénoncé de mauvais traitements en prison. Plus...

Des Femen appelées à comparaître en Tunisie

Justice La Femen tunisienne Amina est jugée jeudi à Kairouan pour le port prohibé d'une spray lacrymogène tandis que trois Européennes, qui se sont déshabillées la veille pour la soutenir, doivent être présentées au parquet à Tunis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.