Fille kamikaze au Nigeria: «Je savais que j’allais exploser»

Crimes de Boko HaramLe groupe terroriste utilise de plus en plus de jeunes filles pour commettre ses crimes. L’une d’elles s’est rebellée.

C'est au camp de réfugiés de Dikwa que l'adolescente devait se faire exploser avec deux autres jeunes kamikazes.

C'est au camp de réfugiés de Dikwa que l'adolescente devait se faire exploser avec deux autres jeunes kamikazes. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On ne connaît pas son nom, ni son âge, on sait simplement qu’il s’agit d’une adolescente. Elle est l’une des nombreuses filles que Boko Haram utilise de plus en plus pour commettre ses crimes les plus atroces. Mercredi, équipée d’explosifs, elle avait donc pour tâche se faire exploser au beau milieu du camp de réfugiés de Dikwa, situé dans le nord-est du Nigeria. L’attentat a bien eu lieu, faisant 60 victimes, car deux de ses camarades ont exécuté l’ordre. Elle, au dernier moment, y a renoncé.

Son témoignage, récolté dans les heures qui ont suivi par les enquêteurs, met en lumière l’emprise sous laquelle se trouvent ces jeunes filles envoyées à la mort. «Elle a dit qu’elle était effrayée parce qu’elle savait qu’elle allait tuer des gens.

Mais elle était tout aussi effrayée à l’idée de trahir les instructions données par l’homme qui l’a amenée au camp», a dit à l’agence Associated Press l’une des personnes qui l’a interrogée. Selon les forces de sécurité, elle aurait aussi stoppé son action car elle craignait de tuer son père, présent dans le camp de réfugiés de Dikwa. C’est là que vivent 50 000 personnes qui ont précisément fui les violences de Boko Haram.

L'humiliation ou la mort

Selon son récit, elle était détenue depuis des mois par Boko Haram. On le sait, la capture de jeunes femmes est un des pans de la stratégie de terreur du groupe islamiste. La plupart des experts s’accordent à dire que nombre de jeunes femmes sont réduites à l’état d’esclavage sexuel, ce qui les rend d’autant plus manipulables. «Les jeunes filles ayant subi l’humiliation du viol, qui les met au ban de la société, n’ont d’autre option que de devenir des bombes humaines», avance Mia Bloom, professeur au Centre pour les études sur la sécurité et le terrorisme à l’Université de Massachusetts-Lowell, citée par l’ONG Clarion Project, observatrice de l’extrémisme islamiste.

Les codes de la société nigériane rendent également plus difficile l’exercice des contrôles de sécurité à l’égard des femmes, réalité que le groupe terroriste ne manque pas d’exploiter.

En l'espace de six ans, Boko Haram est devenu le groupe terroriste le plus meurtrier de la planète, avec 20 000 morts à son actifs. On lui doit aussi 2,5 millions de personnes déplacées. Ces islamistes ont fait allégeance à Daech en mars 2015. L'an dernier, plusieurs attentats commis par de très jeunes filles ont marqué les esprit. Elles n'ont souvent que 10, 11 ans. Et parfois moins. En février 2015, une fillette de 7 ans, munie d'une ceinture d'explosifs télécommandée à distance, avait explosé sur un marché bondé de Potiskum, la capitale économique de l'Etat de Yobe, dans le nord est du Nigeria.

Créé: 12.02.2016, 18h31

Articles en relation

Deux femmes kamikazes tuent au moins 58 réfugiés

Nigeria Les attaques se sont produites dans le nord-est du pays et ont fait des dizaines de morts et de blessés, selon une source officielle. Plus...

Deux femmes kamikazes tuent au moins 58 réfugiés

Nigeria Les attaques se sont produites dans le nord-est du pays et ont fait des dizaines de morts et de blessés, selon une source officielle. Plus...

Obama envoie des troupes pour traquer Boko Haram

Terrorisme Washington va déployer 300 hommes au Cameroun pour soutenir la lutte régionale contre les islamistes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...