Passer au contenu principal

Imam, archevêque et pasteur: «Ne laissons pas la religion être instrumentalisée!»

Ils luttent ensemble contre un conflit soi-disant confessionnel. Cet après-midi à Genève, ils ont reçu le Prix Sergio Vieira de Mello pour leur œuvre de réconciliation. Rencontre.

De gauche à droite: l'imam Oumar Kobin Layama, le pasteur Nicolas Guérékoyaméné-Gbangou et Mgr Dieudonné Nzapalainga.
De gauche à droite: l'imam Oumar Kobin Layama, le pasteur Nicolas Guérékoyaméné-Gbangou et Mgr Dieudonné Nzapalainga.
World Watch Monitor

Imam, archevêque et pasteur, c’est un commando spirituel de choc qui depuis plus de deux ans parcourt une Centrafrique à feu et à sang, cherchant à désamorcer un conflit que certains veulent confessionnel. Ce mercredi à Genève, c’est cet impressionnant effort de réconciliation qui est honoré par la remise du Prix Sergio Vieira de Mello à l’organisation Interfaith Peace Platform mise sur pied par les trois «Saints de Bangui»: Mgr Dieudonné Nzapalainga, l’imam Oumar Kobine Layama, président du Conseil islamique, et le pasteur Nicolas Guérékoyaméné-Gbangou, qui préside l’Alliance évangélique. Pour eux, il n’y a pas d’un côté les combattants musulmans de la Séléka et de l’autre les milices d’autodéfense chrétiennes, dites «anti-balaka». C’est Dieu qui est pris en otage. Rencontre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.