A Kasserine, la désillusion post-révolutionnaire

Révoltes en TunisieCette ville qui fut le bastion de la révolution en Tunisie, flambe à nouveau. En cause, le chômage et des années de mépris.

Jeudi, des heurts ont opposé les manifestants aux forces de l'ordre à Kasserine.

Jeudi, des heurts ont opposé les manifestants aux forces de l'ordre à Kasserine. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jets de pierres, pneus brûlés, affrontements avec la police: Kasserine, la capitale des régions oubliées de Tunisie, s’embrase à nouveau. On croirait revoir les images de janvier 2011, lorsqu’une jeunesse en colère participait à la chute du président Ben Ali. A moins que ce ne soit celles de janvier 2014, ou celles d’octobre 2015, lorsque cette même jeunesse, toujours dans la rue, dénonçait l’incapacité des élites de Tunis à concrétiser les rêves qu'a engendrés leur révolution.

Où sont les emplois tant attendus? Où est le plan pour le développement des régions du centre ouest (Kasserine, Sidi Bouzid, Gafsa), sciemment délaissées depuis des décennies au profit de l’industrie d’exportation et des côtes, toutes dévolues au tourisme? Depuis cinq ans, ce sont des projets concrets pour dynamiser l’emploi que réclament ces abonnés aux émeutes, dont beaucoup sont surdiplômés. Les régions du centre ouest se situent dix points au-dessus de la moyenne nationale du chômage.

S’ajoute désormais un autre fléau: le terrorisme, avec l’activisme du groupe Okba Ibn-Nafaa, rallié au groupe Etat islamique, dans les montagnes environnantes. Une menace, à moins que cela ne soit une solution aux yeux des plus désenchantés…

«Travail, liberté, dignité»

Elément déclencheur des émeutes cette fois-ci, la mort d’un jeune chômeur, Ridha Yahiaoui, accidentellement électrocuté samedi alors qu’il protestait contre l’absence d’emploi, contre le népotisme aussi. Une jeune chômeuse, titulaire d’un master en gestion-entrepreneuriat, était à ses côtés samedi. Elle rappelait jeudi au site d’informations tunisien Business News les raisons qui les avaient poussés à manifester: leurs noms, présents sur une liste d’attente d’un concours de recrutement, avaient été remplacés par ceux d’enfants de notables.

Les émeutes se sont poursuivies jeudi dans toute la région, avec une issue tragique pour un policier, tué à Feriana (sud de Kasserine). «Travail, liberté, dignité», clamait la foule à Kasserine devant les bureaux de la préfecture. «Je suis sans travail depuis treize ans et je suis un technicien qualifié. On ne demande pas la charité, juste un droit au travail», confiait un manifestant à l’AFP.

Dans l’urgence, le gouvernement a sorti de sa manche mercredi un «plan» pour la région. Il prévoit l’intégration de 5000 chômeurs dans des programmes d’emploi, ou encore des formations pour diplômés dans le but de créer des entreprises de maintenance des routes. Depuis Davos, où il assiste au Forum économique mondial, le premier ministre Habib Essid a reconnu jeudi que les régions de l’intérieur avaient été bien longtemps délaissées, mais qu’il faudra du temps pour que «les importants projets mis en place pour suivre les chômeurs de A à Z» produisent leurs effets.

Créé: 21.01.2016, 20h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...