Au Maroc, la défense de Kevin Z. obtient le report du procès

TerrorismeLes prévenus du meurtre de deux touristes scandinaves seront à nouveau présentés à la justice le 16 mai.

La mère et l'épouse de Kevin Z. au tribunal jeudi.

La mère et l'épouse de Kevin Z. au tribunal jeudi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Tout est invention!» lance, dans un souffle, la mère de Kevin Z. Jeudi, son fils, blême, le visage rasé, se tient debout devant la Cour antiterroriste du Tribunal de première instance de Salé. Avec lui, 22 autres prévenus, regroupés dans le box vitré des accusés, sont présentés aux juges par groupes de trois pour la première audience de leur procès. Ils sont tous accusés d’avoir participé, de près ou de loin, à la cellule djihadiste qui a organisé le viol, le meurtre et la décapitation de deux touristes scandinaves dans la nuit du 16 au 17 décembre 2018 au pied du Mont Toubkal.

Dans la salle d’audience, l’épouse et la mère de Kevin Z. s’épaulent littéralement et scrutent le visage du jeune homme. «On a dit qu’il était un radical, mais c’est faux! Chaque été, il vient à la plage avec moi. Regardez, on a dit qu’il avait converti sa famille, mais je ne suis pas musulmane!», lance, tremblante, sa mère aux journalistes qui se pressent autour d’elle, en faisant glisser son gilet ajouré sur ses épaules pour dévoiler, en débardeur, ses nombreux tatouages. «Kevin n’est pas un extrémiste. Il est musulman, mais il ne fait pas toutes ses prières. D’ailleurs, il fume des joints: beaucoup. Avec sa dépression, il n’arrive pas à arrêter, c’est pour ça qu’il touche l’assurance invalidité», reconnaît même sa femme.

Ensemble, elles affirment que le couple et leur petit garçon de deux ans vivent en Suisse, à Genève, et non pas à Marrakech, où ils ne viendraient que pour les vacances et rendre visite à la belle-famille de Kevin. Pourtant, en décembre, au moment même où les meurtres ont été commis, la famille n’est restée que quelques jours à Genève avant de repartir pour le Maroc. «Nous vivons à Genève, chez la mère de Kevin. En décembre, nous ne sommes restés chez elle que quelques jours parce qu’elle est mariée et que l’on veut respecter son intimité. Ceci dit, mon fils est inscrit à la crèche à Genève», soutient son épouse.

«Plus aucun lien avec les autres prévenus»

Elle ne nie pas que son mari ait déjà rencontré Abdessamad El Joud, «l’émir» et tête pensante de la cellule djihadiste, suspecté d’être l’un des meurtriers de l’une des jeunes femmes. «Mais s’il l’a rencontré deux fois, est-ce que l’on peut dire qu’il le connaissait?», s’indigne-t-elle. «Kevin n’a plus eu aucun lien avec les autres prévenus depuis un an et demi, ni de visu, ni par téléphone, ni même par Telegram», soutient son avocat Saad Sahli.

À l’issue de l’audience qui a duré moins d’une heure, le procès est ajourné au 16 mai pour permettre aux avocats de préparer leur défense. Saad Sahli révélait jeudi dans nos colonnes n’avoir reçu le dossier d’instruction que quatre jours plus tôt. À ses côtés, l’avocate Saskia Ditisheim a fait le déplacement depuis Genève, même si elle attend toujours l’autorisation de participer à la défense de Kevin Z. devant la justice marocaine. «Ce report aujourd’hui était attendu. J’ai espoir que la prochaine audience soit à nouveau reportée pour nous donner le temps d’étudier pleinement le dossier de 600 pages», explique-t-elle.

Dans l’autre camp, Me Khalid El Fataoui représente la famille de l’une des deux victimes, la Danoise Louisa Vesterager Jespersen. Pour lui, ce procès va être l’occasion de faire la lumière sur une affaire complexe. «Surtout, les familles veulent comprendre le véritable mobile du crime, leurs véritables motivations. Les deux jeunes victimes étaient seulement des touristes venues au Maroc en vacances», souligne-t-il.

Jusqu'à 30 ans de prison

Les trois Marocains poursuivis pour le meurtre des deux jeunes femmes risquent la peine de mort. Kevin, poursuivi pour appartenance à un groupe islamiste, entraînement de personnes dans le but de commettre des actes terroristes et planification d’actes terroristes, encourt, lui, jusqu’à 30 ans de prison.

Créé: 02.05.2019, 17h40

Articles en relation

L’avocat au Maroc de Kevin Z. demande le report de son procès

Terrorisme L’un des Suisses poursuivis pour le meurtre de deux touristes scandinaves doit comparaître ce jeudi à Rabat. Plus...

Vague de soutien à Kevin Flynn, renvoyé après 33 ans en Suisse

Payerne Dépendant de l’aide sociale, le musicien irlandais doit rentrer au pays. Une pétition de soutien en ligne connaît un succès réjouissant. Plus...

La stratégie de l’intimidation est intolérable

L'invité Kevin Grangier s'oppose à la réforme de la fiscalité des entreprises et du financement de l’AVS (RFFA). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...