Passer au contenu principal

Pretoria se retire de la Cour pénale internationale

L’Afrique du Sud sort du Statut de Rome. Le Burundi, sous enquête, veut faire de même. D’autres pays africains suivraient

Le ministre sud-africain de la justice Michael Masutha lors d'une conférence de presse donnée ce vendredi 21 octobre 2016.
Le ministre sud-africain de la justice Michael Masutha lors d'une conférence de presse donnée ce vendredi 21 octobre 2016.
AFP

La justice internationale n’est plus comprise ni acceptée par certains pays d’Afrique. Ce vendredi, l’Afrique du Sud, qui avait annoncé son intention de quitter la Cour pénale internationale (CPI), il y a un an, est passée aux actes. Pretoria n’avait pas interpellé le président soudanais, Omar Hassan al-Béchir, en visite en Afrique du Sud, alors qu’il était recherché par la CPI pour «crimes de guerre». Pretoria avait très mal vécu le reproche qui avait suivi. Les dirigeants sud-africains font aussi valoir le droit à l’immunité diplomatique et la nécessité des relations avec des chefs d’Etat en exercice.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.