Passer au contenu principal

L'Union africaine réclame du personnel pour lutter contre Ebola

L'Union africaine et la Sierre Leone ont réclamé l'envoi de plus de personnel pour «briser le cycle d'Ebola».

Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un premier vaccin doté d'une efficacité étendue. (Jeudi 18 mai 2017)
Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un premier vaccin doté d'une efficacité étendue. (Jeudi 18 mai 2017)
Keystone
Un vaccin contre Ebola, mis au point par des chercheurs canadiens, fera prochainement l'objet d'une nouvelle phase d'essais cliniques. (Mardi 18 octobre 2016)
Un vaccin contre Ebola, mis au point par des chercheurs canadiens, fera prochainement l'objet d'une nouvelle phase d'essais cliniques. (Mardi 18 octobre 2016)
Keystone
Women of the group 'Peace Mothers' hold placards to raise awareness for the Ebola in central Monrovia on September 1, 2014. Liberia, the hardest-hit of five west African nations struggling with the epidemic, has seen almost 700 deaths. AFP PHOTO/DOMINIQUE FAGET
Women of the group 'Peace Mothers' hold placards to raise awareness for the Ebola in central Monrovia on September 1, 2014. Liberia, the hardest-hit of five west African nations struggling with the epidemic, has seen almost 700 deaths. AFP PHOTO/DOMINIQUE FAGET
AFP
1 / 112

L'Union africaine (UA) a réclamé l'envoi de plus de personnel pour «briser le cycle d'Ebola», lors d'une réunion de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) lundi 6 octobre à Paris. La Sierra Leone a, elle aussi, lancé un appel pour «davantage d'aide» afin de faire face à l'épidémie.

«Il est essentiel d'envoyer du personnel. Nous avons besoin de plus de ressources humaines pour briser le cycle d'Ebola», a déclaré la présidente sud-africaine de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, en ouvrant le Forum économique international sur l'Afrique de l'OCDE.

«Les infrastructures sont bienvenues mais les infrastructures seules ne règleront pas le problème, nous avons besoin de ressources humaines», a-t-elle souligné. La Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, les pays les plus touchés par cette épidémie de fièvre hémorragique, «n'ont pas assez de personnel de santé. Une partie a succombé à la maladie», a-t-elle ajouté.

Journée meurtrière en Sierra Leone

Le même jour mais à Rome, depuis la tribune de l'Organisation des nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), la Sierra Leone a réclamé «davantage d'aide» pour faire face au virus. Le ministre sierra-léonais de l'Agriculture James Sesay a estimé que la réponse internationale face à l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest n'était «pas adéquate». «Il nous faut plus!», a-t-il lancé.

La Sierra Leone a, d'ailleurs, enregistré 121 décès dus au virus et des dizaines de nouveaux cas samedi, selon les statistiques des services de santé publiées dimanche soir. Ce dramatique bilan en fait l'une des journées les plus meurtrières depuis l'apparition de la maladie voici quatre mois.

Selon ce décompte arrêté à samedi publié par le Centre des opérations d'urgence, le nombre total de décès dus à la fièvre hémorragique dans ce pays est désormais de 678 contre 557, vendredi. Il y a également eu 81 nouveaux cas de fièvre.

Au 1er octobre, l'épidémie avait fait 3439 victimes sur un total de 7492 cas enregistrés en Afrique de l'Ouest et aux Etats-Unis, a annoncé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) la semaine dernière.

Cours pour le personnel de la Croix-Rouge

S'agissant d'aide, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge a entamé à Genève une série de cours pour le personnel qui va se déployer en Afrique de l'Ouest. Les spécialistes de retour des zones touchées par Ebola forment les candidats au départ.

La Fédération internationale a ouvert le 14 septembre son premier centre de traitement des malades à Kenema, en Sierra Leone. Le centre a une capacité de 60 lits et 200 personnes y travaillent selon des horaires de trois fois huit heures.

Nouveau malade aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, le cameraman américain qui a contracté Ebola au Liberia est arrivé dans son pays pour y être soigné, selon la chaîne NBC. L'avion transportant Ashoka Mukpo, 33 ans, est arrivé vers le Centre médical du Nebraska, a précisé NBC. Cet établissement est l'un des rares capables d'accueillir ces malades aux Etats-Unis.

Ce cameraman freelance recruté mardi par la chaîne de télévision américaine NBC était en quarantaine depuis mercredi dans un centre de traitement d'Ebola de l'ONG Médecins sans frontières (MSF), à la limite est de la capitale libérienne. Il s'agit du quatrième Américain contaminé dans ce pays et du premier journaliste étranger atteint depuis le début de l'épidémie, qui a emporté plusieurs journalistes locaux.

Un médecin américain de nouveau hospitalisé au cours du week-end après avoir été traité en septembre contre le virus Ebola ne souffre, lui, d'aucune nouvelle infection liée à cette maladie, ont annoncé tard dimanche les autorités sanitaires. Ancien missionnaire, Rick Sacra, 51 ans, avait contracté le virus Ebola en effectuant une césarienne dans un hôpital au Liberia.

Le mode de transmission du virus Ebola

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.