Agressions sexuelles : l'ONU réclame justice

Soudan du SudL'ONU réclame que les coupables d'agressions sexuelles massives au Soudan du Sud soient poursuivis en justice.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ONU a dénoncé lundi les viols et agressions sexuelles commis récemment à l'encontre de plus de 150 femmes ou filles au Soudan du Sud par des hommes armés, dont plusieurs en uniforme. Elle réclame aux autorités de poursuivre les coupables en justice.

«Au cours des 12 derniers jours, plus de 150 femmes et filles ont cherché de l'aide après avoir souffert d'agressions sexuelles, incluant des viols, près de Bentiu au Soudan du Sud», indique un communiqué conjoint signé de trois responsables onusiens, Henrietta Fore (Unicef), Mark Lowcock (Affaires humanitaires) et Natalia Kanem (Fonds des Nations unies pour la Population).

«Les assaillants ont été décrits comme des hommes armés, beaucoup en uniforme. Nous appelons les autorités compétentes à dénoncer publiquement ces attaques et à s'assurer que leurs auteurs soient traduits en justice», précisent les trois responsables dans leur communiqué. «Toutes les parties au conflit doivent s'acquitter de leurs obligations humanitaires internationales et cesser les attaques contre les civils», réclament-ils.

Fillettes

Vendredi, l'ONG Médecins sans frontières (MSF) avait affirmé que 125 femmes et filles sud-soudanaises avaient été violées ou brutalisées en dix jours alors qu'elles cherchaient à s'approvisionner en nourriture fournie par des organisations humanitaires internationales autour de la ville de Bentiu (nord).

Certaines des victimes sont âgées de moins de 10 ans, d'autres étaient enceintes ou avaient plus de 65 ans, avait précisé MSF.

Guerre civile

Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en décembre 2013 à Juba, lorsque le président Salva Kiir, un Dinka, a accusé Riek Machar, son ancien vice-président, de l'ethnie nuer, de fomenter un coup d'État.

Le conflit, marqué par des atrocités à caractère ethnique et le recours au viol comme arme de guerre, a fait plus de 380'000 morts selon une étude récente, et poussé plus de quatre millions de Sud-Soudanais, soit près d'un tiers de la population, à s'enfuir. (ats/nxp)

Créé: 04.12.2018, 04h00

Articles en relation

Un chef rebelle à Juba après 2 ans d'absence

Soudan Riek Machar, qui doit retrouver son ancien poste de vice-président, n'a plus remis les pieds à Juba depuis sa fuite en juillet 2016. Plus...

Les belligérants signent un accord de paix

Soudan du Sud Le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar ont mis un terme à plus de quatre années de guerre dévastatrice dans le pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...