Mais qui a aidé les pilotes d’«Air cocaïne» à s’évader de Saint-Domingue?

FranceCondamnés en République dominicaine pour trafic de cocaïne, les deux pilotes français ont été «exfiltrés» par des «copains».

Pascal Fauret à gauche et Bruno Odos à droite, sont les deux pilotes français incriminés.

Pascal Fauret à gauche et Bruno Odos à droite, sont les deux pilotes français incriminés. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Rocambolesque. Le scénario de l’évasion de Pascal Fauret et Bruno Odos, les deux pilotes français condamnés en première instance à vingt ans de prison en République dominicaine dans l’affaire «Air cocaïne», relève d’un film d’espionnage.

L’affaire remonte à la nuit du 19 au 20 mars 2013, quand la police dominicaine intercepte un Falcon 50 prêt à décoller avec à son bord 26 valises contenant 680 kilos de cocaïne. Les pilotes et deux autres Français, le passager et un membre d’équipage, ont beau clamer leur innocence, ils sont condamnés le 14 août 2015 à vingt ans de détention.

Rebondissement le week-end dernier lorsque les deux pilotes réapparaissent dans la région lyonnaise. Comment ont-ils réussi à regagner la France malgré une assignation à résidence sur le territoire dominicain? Les zones d’ombre sont nombreuses et les versions divergent. Selon BFMTV, citant une source proche du dossier, Pascal Fauret et Bruno Odos ont été exfiltrés par des «copains». Et pas n’importe lesquels. Une «bande d’amis» composée d’ex-agents de la DGSE (le renseignement extérieur), d’anciens militaires et de l’eurodéputé Front national (FN) Aymeric Chauprade.

Les deux pilotes ont «prétexté faire une balade touristique en mer, dans un petit bateau de plaisance, accompagnés par un ancien marin et le politique français». Ils ont été transférés sur une autre embarcation «à bord de laquelle se trouvait le reste du commando». Ils ont ensuite passé plusieurs jours en mer, avant d’arriver sur l’île de Saint-Martin dans les Antilles. De là, grâce à des passeports fournis par leurs vieux potes (d’anciens militaires), les deux hommes se sont envolés pour la Martinique, avant de rejoindre la métropole samedi après-midi.

Autre version avancée par l’hebdomadaire Valeurs actuelles: «L’opération a été menée à la fois par une partie privée et par une partie étatique». Ce serait notamment grâce à un hélicoptère, et dont la facture a été mise au nom d’Aymeric Chauprade, que les deux hommes auraient quitté la République dominicaine. Ils auraient été transbordés d’un bateau sur l’autre en mer avant d’être récupérés par un bateau privé pour rejoindre une île française des Antilles.

Aymeric Chauprade, qui se trouvait effectivement en République dominicaine ces derniers jours dans le même hôtel que les deux pilotes, a refusé de commenter le rôle qu’il a joué dans cette fuite. Il s’est contenté, au micro de RTL, de se réjouir du fait qu’ils aient «retrouvé leurs familles et leur liberté».

Cette «évasion» n’a «pas été faite seule», «des gens sont impliqués», ont admis pour sa part hier un des avocats de Pascal Fauret et Bruno Odos, Eric Dupond-Moretti, mais ce n’est pas l’entreprise «d’une équipe barbouzarde qui aurait été payée par l’Etat français», a-t-il ajouté. Reste que selon Le Monde, citant une source proche du dossier, «Des Dominicains et des agents de l’Etat français ont participé à cette exfiltration, sans avoir reçu de feu vert officiel de leurs Etats respectifs». Tandis qu’au Quai d’Orsay, on nie toute implication dans cette exfiltration. Quant aux deux pilotes arrivés en France, ils sont restés muets sur les conditions de leur évasion, mais se disent à la disposition de la justice.

Créé: 27.10.2015, 19h19

Articles en relation

Les pilotes d'«Air cocaïne» sont près de Lyon

France Les deux pilotes, condamnés à 20 ans de prison en République dominicaine pour trafic de coke, ont bravé l'interdiction de quitter le pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...