Pourquoi Airbus a payé une amende record

AviationL'enquête menée en France contre Airbus pour «faits de corruption» révèle des pratiques frauduleuses commises par l'avionneur dans plusieurs pays, notamment en Chine.

Airbus a accepté vendredi de payer près de 3,8 milliards de francs pour mettre fin aux enquêtes le concernant. (Photo d'illustration)

Airbus a accepté vendredi de payer près de 3,8 milliards de francs pour mettre fin aux enquêtes le concernant. (Photo d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Intermédiaires fictifs, «cadeaux luxueux», voyages dédiés aux loisirs: le volet français de l'enquête qui a conduit aux accords d'abandon des poursuites contre Airbus, au prix d'amendes de 3,6 milliards d'euros (environ 3,8 milliards de francs), a mis en lumière des faits de corruption dans sept pays.

L'enquête, menée conjointement par le parquet national financier français (PNF) avec le Serious Fraud Office (SFO) britannique et le ministère américain de la Justice (DoJ), a conduit vendredi à la validation d'accords mettant fin aux poursuites dans les trois pays.

C'est en France que l'avionneur européen doit s'acquitter du montant le plus lourd: une «amende d'intérêt public» de 2,1 milliards d'euros (environ 2,2 milliards de francs), à verser au Trésor public sous dix jours dans le cadre d'une convention judiciaire d'intérêt public (CJIP).

«Faits de corruption»

Au cours des investigations auxquelles Airbus a activement collaboré, les autorités judiciaires des trois pays se sont partagées le travail.

En France, le PNF et les policiers se sont notamment penchés sur «des faits de corruption d'agent public étranger et de corruption privée commis entre 2004 et 2016 à l'occasion de contrats de vente d'avions civils et de satellites».

Ils ont mis au jour des pratiques frauduleuses lors de campagnes de vente en Chine, en Corée du Sud, en Russie, en Colombie ainsi qu'au Népal, à Taïwan et aux Emirats, selon l'ordonnance d'homologation de la CJIP mise en ligne par l'Agence française anticorruption.

En 2014, Airbus a ainsi conclu deux contrats-cadres avec «l'autorité centrale chinoise» portant sur la vente à des compagnies du pays de 113 monocouloirs A320 et de 27 A330, détaille la convention.

Pour les décrocher, l'avionneur européen a financé un fonds de coopération à hauteur de 24,2 millions d'euros (environ 25,8 millions de francs) entre 2012 et 2017. Une partie a été utilisée «au bénéfice d'agents de l'administration et de dirigeants de compagnies aériennes ou d'entités publiques chinoises qui jouaient un rôle dans le processus d'achat», pointent les enquêteurs.

Prestations «discutables»

L'avionneur européen a également organisé, au bénéfice de fonctionnaires chinois et de leur entourage, «plusieurs voyages en Chine et hors de Chine composés principalement, voire exclusivement d'activités de loisirs (...), outre des cadeaux luxueux et des invitations pour divers événements».

Airbus a également versé, «par le biais d'un contrat d'engagement fictif avec une société libanaise», 10,3 millions d'euros (environ 11 millions de francs) à un intermédiaire commercial chinois, dont une partie «était destinée à être remise à des agents publics chinois», détaille la convention.

Au coeur de ce système figurait une entité d'Airbus nommée Strategy and Marketing Organization (SMO), chargée de gérer les intermédiaires. La SMO a depuis été dissoute. En Corée du Sud, Airbus s'était engagé à payer 15 millions de dollars (environ 14,4 millions de francs) à un ancien haut dirigeant de la compagnie aérienne Korean Air en contrepartie de la vente de 10 Airbus A330 entre 1996 et 2000.

A Taïwan, l'avionneur a versé 7,5 millions de dollars (environ 7,2 millions de francs) à un intermédiaire et 500'000 à un autre pour leur rôle dans la vente de 20 A350, dont six en option, à la compagnie China Airlines. Problème, relève la justice: «leurs contrats ont été signés postérieurement à la conclusion de la campagne de vente et mentionnent des rémunérations substantiellement inférieures à celles promises».

En Russie, pour la vente de deux satellites à l'opérateur public RSCC, Airbus a engagé rétroactivement en 2012 un intermédiaire et lui a versé 8,7 millions de dollars (environ 8,3 millions de francs) mais «le siège de (sa) société ne pouvait être identifié, aucun compte financier n'était disponible et sa capacité à fournir les prestations proposées était discutable».

A l'issue de l'enquête, l'Agence française anticorruption a considéré comme «abouti» le programme de mise en conformité mis en place par Airbus. L'avionneur a toutefois dû s'engager à accepter à ses frais des audits de l'AFA pendant trois ans. (afp/nxp)

Créé: 01.02.2020, 12h23

Articles en relation

Airbus paiera 3,8 milliards pour clore les enquêtes

Aviation Soupçonné de corruption, l'avionneur Airbus a accepté ce vendredi de payer près de 3,8 milliards de francs pour mettre fin aux enquêtes le concernant. Plus...

Corruption: Airbus signe des accords avec 3 pays

Aviation Face à des soupçons de «corruption», l'avionneur a conclu des accords de principe avec la France, la Grande-Bretagne et les USA. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.