Passer au contenu principal

ONUAlain Berset loue le pacte migratoire onusien

À New York, le président suisse a fait l'éloge du Pacte mondial sur la migration de l'ONU, un document historique.

Alain Berset et le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres se sont dit convaincus que le changement climatique devait être une priorité pour l'ONU. (Mercredi26 septembre 2018)
Alain Berset et le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres se sont dit convaincus que le changement climatique devait être une priorité pour l'ONU. (Mercredi26 septembre 2018)
AFP

Le président suisse Alain Berset a fait campagne à New York pour le nouveau Pacte migratoire de l'ONU. Que les négociations sur le Pacte portent leurs fruits en ces temps difficiles est une grande victoire de la coopération dans la diplomatie multilatérale.

Alain Berset a fait l'éloge de ce Pacte mondial sur la migration, le premier document historique de ce type sur lequel tous les pays du monde ont travaillé conjointement - à l'exception de deux, a-t-il déclaré lors d'un événement en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York. Les États-Unis et la Hongrie se sont tenus à l'écart des négociations.

Alain Berset a présenté le plan avec le président mexicain Enrique Peña Nieto. Le texte, qui doit être approuvé à Marrakech en décembre, a été négocié durant 18 mois sous la houlette des ambassadeurs des deux pays. Le «Global Compact on Migration», en version originale, vise à rendre la migration mondiale sûre, ordonnée et régulière.

Terrain difficile

La migration est une question complexe et parfois controversée, a indiqué le Fribourgeois. Souvent, elle est accompagnée de termes négatifs tels que protectionnisme, chauvinisme et même racisme manifeste. Une migration réglementée offrirait pourtant des opportunités que l'économie mondiale se doit saisir.

Aujourd'hui, les migrants internationaux représentent déjà 3,4 % de la population du monde; ils produisent près de 9 % de la richesse mondiale. «La migration doit être considérée comme un enrichissement - économique et culturel », a déclaré M. Berset lors de l'événement auquel il a été invité par l'ancien maire de New York Michael Bloomberg.

Dans son introduction, M. Bloomberg a clairement souligné l'importance de la migration pour le succès des activités commerciales, a aussi expliqué M. Berset. «L'économie et la société dépendent de procédures migratoires efficaces et transparentes», a souligné l'actuel président de la Confédération suisse.

Pays de migration

La Suisse est aussi un pays de migration: un habitant sur trois est immigré ou issu de parents immigrés. A l'inverse, plus de 750'000 Suisses, soit près de 10% de la population résidente, vivent à l'étranger et y contribuent à la prospérité économique, a rappelé le conseiller fédéral. Sans les travailleurs étrangers, de nombreux secteurs en Suisse ne fonctionneraient pas aussi bien qu'actuellement.

Par exemple, le secteur de la santé s'effondrerait, a illustré Alain Berset, par ailleurs ministre de la Santé. Et nous n'enregistrerions probablement pas autant de succès en football sans migrants, a ajouté le président.

Drogues, Rohani, Guterres

Mercredi, Alain Berset a également pris part à une discussion sur la manière de gérer les drogues. Le forum était animé par l'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss, présidente de la Commission mondiale sur la politique en matière de drogues. Le socialiste y a déclaré que la Suisse était attachée à une politique de lutte contre la drogue axée sur les droits de l'homme et la santé des toxicomanes.

Alain Berset a également rencontré le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres. Tous deux se sont dit convaincus que le changement climatique devait recevoir la plus grande attention et être une priorité pour l'ONU. Ils ont aussi souligné l'importance de la position de Genève, dont le renforcement fait partie des priorités pour le Conseil fédéral. Antonio Guterres a également confié à Alain Berset qu'il appréciait l'effet stabilisateur de la Suisse dans ce monde volatile.

Le président suisse a aussi discuté mercredi avec son homologue iranien Hassan Rohani des relations économiques entre les deux pays. Dans la foulée, il a rencontré le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avec lequel il s'est entretenu au sujet d'une possible coopération plus étroite en matière de politique migratoire.

Le chef du Département fédéral de l'intérieur (DFI) devait jeudi prendre part à un événement portant sur l?accès aux soins médicaux dans les situations d?urgence humanitaire et de crise.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.