Passer au contenu principal

L'Allemagne ouvre une enquête sur Facebook

La ministre de la Justice a convoqué des dirigeants du premier réseau social mondial pour une réunion sur les questions de confidentialité.

Katarina Barley, la ministre de la Justice allemande.
Katarina Barley, la ministre de la Justice allemande.
AFP

Andreas Mundt, le président de l'Office des cartels allemand, a déclaré au journal «Tagesspiegel» que les utilisateurs de Facebook ignoraient tout de la quantité des informations qui circulent sur le réseau social lorsqu'ils visitent des sites tiers affiliés au groupe américain.

L'autorité de la concurrence allemande cherche à déterminer d'éventuels abus en lien avec «la collecte et le traitement des données provenant de sources tierces en dehors de Facebook», a-t-il dit dans une interview, dont des extraits ont été publiés lundi. Un porte-parole de Facebook n'a pas souhaité s'exprimer dans l'immédiat.

Le groupe américain s'est retrouvé sur la sellette la semaine dernière après avoir admis qu'un cabinet d'analyses, Cambridge Analytica, travaillant pour la campagne électorale de Donald Trump en 2016, avait pu collecter les données privées de 50 millions d'utilisateurs du réseau social.

Pas une première

En Allemagne, où la protection des données privées demeure un sujet sensible, la ministre de la Justice, Katarina Barley, a rencontré des dirigeants de Facebook pour leur faire part de ses préoccupations.

«Des connexions vers d'autres pages internet permettent aux données de circuler vers Facebook», a déclaré Andreas Mundt. «Cela se produit même si on ne clique pas sur le bouton J'aime», a-t-il fait valoir, ajoutant que les utilisateurs l'ignorent bien souvent.

En février, l'Office des cartels allemand avait déjà ouvert une enquête sur la publicité en ligne, évoquant les inquiétudes des acteurs du secteur face à la position «importante» occupée par Google et Facebook.

L'an dernier, il a accusé Facebook d'abuser de sa position dominante sur le marché pour recueillir les données de ses utilisateurs sans leur consentement.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.