Passer au contenu principal

TransportAlstom confirme l'accord de rachat de Bombardier Transport

L'exploitant ferroviaire Bombardier Transport sera repris par Alstom pour un montant compris entre 6,2 et 6,6 milliards de francs, a annoncé le groupe français ce lundi.

La réalisation de l'opération de rachat par Alstom est attendue pour le premier semestre 2021.
La réalisation de l'opération de rachat par Alstom est attendue pour le premier semestre 2021.
Keystone

Le français Alstom a annoncé lundi en fin d'après-midi avoir trouvé un accord pour le rachat de Bombardier Transport, branche ferroviaire du groupe canadien. Le montant de la vente est compris entre 5,8 et 6,2 milliards d'euros (entre 6,2 et 6,6 milliards de francs).

Bombardier «a pris la décision stratégique de se concentrer exclusivement sur l'aviation d'affaires et planifie d'accélérer son désendettement par la vente de ses activités de transport sur rail», précise-t-il dans un communiqué.

Alstom acquerra Bombardier Transport (BT) selon une valeur d'entreprise de 7,45 milliards d'euros (7,9 milliards de francs).

Présence internationale

«Cette acquisition renforcera notre présence internationale ainsi que notre capacité à répondre à la demande toujours plus importante de solutions de mobilité durable. Bombardier Transport apportera à Alstom une complémentarité géographique et industrielle sur des marchés en croissance, ainsi que des plateformes technologiques additionnelles», a commenté le PDG d'Alstom Henri Poupart-Lafarge, cité dans le communiqué.

L'opération entraînera le retrait de la participation de 32,5% de la Caisse de dépôt et placement du Québec dans BT. La Caisse deviendra le principal actionnaire d'Alstom avec environ 18% du capital.

Après des ajustements pour tenir compte d'éléments de passif, déduction faite de l'encaisse de BT et de la participation de la Caisse, le produit net prévu de la vente - de 4,2 milliards à 4,5 milliards de dollars - permettra de remodeler la structure du capital, se félicite Bombardier.

Réduction de sa dette

Le groupe canadien, en difficulté financière, veut affecter le produit de la vente à la réduction de sa dette, qui s'élevait fin 2019 à 9,3 milliards de dollars, a-t-il ajouté.

La transaction, payée pour partie en numéraire et pour partie en actions nouvellement émises par Alstom, doit encore être approuvée par les autorités de la concurrence, un élément important après le rejet par la Commission européenne, en février 2019, de la prise de contrôle d'Alstom par l'allemand Siemens.

«La réalisation de l'opération est attendue pour le 1er semestre 2021», a indiqué Alstom.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.