Harvey Weinstein, un prévenu presque comme les autres

États-UnisL’ancien producteur de Hollywood s’est rendu à la police et a comparu pour viol devant un juge vendredi à New York.

Le producteur déchu Harvey Weinstein à sa sortie du commissariat, après s’être rendu à la police de New York.

Le producteur déchu Harvey Weinstein à sa sortie du commissariat, après s’être rendu à la police de New York. Image: EPA/PETER FOLEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Harvey Weinstein menotté et escorté au tribunal par deux détectives de la police de New York, dont une femme. C’est l’image hollywoodienne qu’ont offerte vendredi matin l’arrestation et la comparution pour viol du célèbre producteur de cinéma déchu. À son arrivée au tribunal, Harvey Weinstein n’a d’ailleurs pu s’empêcher de regarder son nouveau «public», une foule de journalistes scrutant ses moindres mouvements. Et son audience a pris un air de remake de l’affaire DSK. L’accusation était représentée par Joan Illuzzi, la procureure qui avait déjà poursuivi Dominique Strauss-Kahn avant l’abandon des poursuites pesant contre l’ancien patron du FMI. Et Harvey Weinstein était représenté par Benjamin Brafman, le célèbre avocat new-yorkais qui avait aussi déjà défendu DSK.

Impassible
Arrivé incognito au tribunal, Benjamin Brafman a retrouvé Harvey Weinstein dans la salle d’audience du juge Kevin McGrath, le même magistrat qui avait présidé à l’affaire Thabo Sefolosha – le basketteur vaudois évoluant en NBA – en 2015. Au cours d’une audience d’une dizaine de minutes, Harvey Weinstein s’est retrouvé dans la peau d’un prévenu presque comme les autres. Debout à la gauche de son avocat, comme DSK l’avait été lors de sa propre comparution en mai 2011, Harvey Weinstein n’a pas fait de déclaration. Il n’a pas montré la moindre émotion lorsque le juge a fixé sa caution à 10 millions de dollars, dont 1 million a dû être versé en liquide. L’ancien producteur âgé de 66 ans doit aussi porter un bracelet électronique et s’est vu confisquer son passeport. Il ne peut pas quitter les États de New York et du Connecticut. Il a en outre reçu l’interdiction de contacter ses deux victimes présumées.

Vêtu d’un pull bleu clair et d’une veste sombre, Harvey Weinstein a grimacé lorsque la procureure Joan Illuzzi a énoncé les chefs d’accusation pesant contre lui. «L’enquête a révélé que le prévenu a utilisé sa position, son argent et son pouvoir pour attirer des jeunes femmes dans une position dans laquelle il pouvait les violer sexuellement», a-t-elle affirmé avant d’encourager d’autres victimes potentielles à se manifester.

La vague planétaire #MeToo
Harvey Weinstein a été accusé par des dizaines de femmes d’agressions allant du harcèlement sexuel au viol. Cette affaire, révélée par le «New York Times» et le «New Yorker», avait déclenché la vague planétaire #MeToo et incité de nombreuses femmes à dénoncer les agressions dont elles avaient été les victimes. Pour pouvoir poursuivre pénalement Harvey Weinstein, l’accusation a néanmoins décidé de ne se concentrer pour l’instant que sur deux chefs de viol pesant contre l’ex-roi de Hollywood. Lucia Evans, une ancienne actrice âgée de 36 ans, accuse Harvey Weinstein de l’avoir forcée à lui faire une fellation en 2004. L’identité de l’autre plaignante a été placée sous scellé vendredi.

Harvey Weinstein est ressorti discrètement par l’arrière du tribunal peu après l’audience. Un privilège dont il n’avait pas pu bénéficier au moment de se rendre à la police en entrant par la porte principale du commissariat à 7h30 du matin. Le producteur était arrivé le teint pâle, en boitant légèrement et en portant trois livres, dont «Elia Kazan, une biographie». Elia Kazan, un célèbre réalisateur du siècle dernier, avait été ostracisé à Hollywood pour avoir dénoncé dans les années 50 le communisme de certains de ses pairs. Kazan, qui est décédé en 2003, avait aussi été accusé de harcèlement sexuel par une ancienne actrice, Carol Drinkwater. Cette dernière avait partagé son histoire sur Facebook lorsque l’affaire Weinstein avait éclaté.

«Il plaidera non coupable»
Un grand jury doit désormais formellement inculper Harvey Weinstein, et celui-ci a jusqu’à mercredi pour décider s’il veut témoigner. À la sortie du tribunal, Benjamin Brafman a annoncé que son client plaiderait non coupable s’il était inculpé lors de sa prochaine audience, le 30 juillet. Il a aussi promis que Harvey Weinstein serait exonéré faute de preuves pesant contre lui. «Nous avons l’intention d’agir vite pour que les poursuites soient abandonnées», a martelé l’avocat peu avant de s’engouffrer dans une limousine sombre. (24 heures)

Créé: 25.05.2018, 22h30

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

Le noir a dominé des Golden Globes dopés par Weinstein

Cérémonie La croisade contre les harcèlements a pris un nouveau tournant. Plus...

«La société est enfin prête à écouter les femmes!»

Monde Pour Marlène Schiappa, secrétaire à l’Égalité en France, l’affaire Weinstein n’a pas seulement libéré la parole, mais aussi l’écoute. Plus...

Avant que l’on n’oublie l’affaire Weinstein

Chronique suisse Plus...

L’affaire Harvey Weinstein prend une dimension mondiale

Affaire Harvey Weinstein Alors que les accusations visant le célèbre producteur se multiplient, des mouvements comme #balancetonporc se sont créés sur Twitter et permettent aux victimes de se manifester. Plus...

Le scandale Weinstein met Hollywood à nu

Etats-Unis Harcèlement sexuel, abus et même viols: les témoignages d’actrices s’accumulent contre le puissant producteur étasunien, fondateur de Miramax. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.