Passer au contenu principal

Etats-UnisAccord républicain sur les baisses d'impôts

Les républicains américains se sont entendus sur la réforme fiscale qu'ils espèrent voir adopter avant Noël.

La vaste réforme fiscale promise par le président américain Donald Trump est en bonne voie pour être adoptée avant Noël. Les élus républicains du congrès ont présenté vendredi une version finale de leur projet proposant de grandes baisses d'impôts aux entreprises.

Ils ont en outre réussi à rallier deux sénateurs indécis, Marco Rubio et Bob Corker, en vue des votes programmés la semaine prochaine dans les deux chambres du congrès.

La chambre des représentants et le Sénat ont chacun adopté leur version de la réforme en novembre et décembre. Une commission bicamérale, convoquée pour harmoniser les deux projets, a publié vendredi soir son texte de compromis.

Le président américain Donald Trump, qui avait fait d'une réforme fiscale l'une de ses principales promesses de campagne, veut promulguer cette loi avant Noël, ce qui lui donnerait l'occasion de terminer l'année sur un important succès législatif en prévision des élections de mi-mandat, à l'automne 2018.

Trois républicains à convaincre

Les chances d'adoption de cette loi, présentée comme la plus importante réforme fiscale depuis 1986 aux Etats-Unis, ont été renforcées avec le ralliement des sénateurs Marco Rubio et Bob Corker, qui avaient auparavant exprimé des réserves sur certaines dispositions du texte.

Trois sénateurs républicains restent encore à convaincre (Susan Collins, Jeff Flake et Mike Lee) et leur décision définitive pourrait faire basculer le vote à la chambre haute du congrès, où le Grand Old Party ne dispose que d'une courte majorité avec 52 élus sur 100.

L'opposition démocrate est unie dans son opposition à ce projet, qu'elle qualifie de cadeau fait aux entreprises et aux riches au prix d'une augmentation du déficit fédéral. Le compromis ne contient aucune surprise. Il prévoit notamment d'abaisser de 35% à 21% le taux de l'impôt sur les sociétés, un allégement que les milieux d'affaires réclamaient depuis des années. Diverses autres baisses fiscales sont prévues pour les entreprises, notamment pour les inciter à rapatrier leurs bénéfices aux Etats-Unis.

Fin des droits de succession

Pour les ménages, les républicains maintiennent sept tranches d'impôt sur le revenu, avec des taux allant de 10% à 37%. Le taux de la tranche supérieure est ainsi abaissé puisqu'il est actuellement de 39,6%. Ils ont en revanche renoncé à la suppression des droits de succession.

Ce projet devrait creuser d'au moins 1000 milliards de dollars la dette de l'Etat fédéral, qui atteint déjà 20'000 milliards de dollars, au cours des 10 prochaines années. Si elle est adoptée, cette réforme s'appliquera aux impôts de 2018, sans changement pour ceux de 2017.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.