Passer au contenu principal

Appel à mettre fin à la «surveillance de masse»

Edward Snowden appelle les citoyens «à mettre fin à la surveillance de masse», dans sa première apparition télévisée depuis des mois, a annoncé mardi la chaîne britannique Channel4.

Des migrants pauvres avaient caché dans leurs appartements à Hong Kong Edward Snowden en 2013. Aujourd'hui, les réfugiés craignent pour leur sécurité et ils demandent l'asile au Canada. (9 mars 2017)
Des migrants pauvres avaient caché dans leurs appartements à Hong Kong Edward Snowden en 2013. Aujourd'hui, les réfugiés craignent pour leur sécurité et ils demandent l'asile au Canada. (9 mars 2017)
archive, AFP
Le fondateur du site WikiLeaks Julian Assange a recommandé à l'Américain Edward Snowden d'être «extrêmement prudent» s'il sortait de Russie, pays qui vient de lui renouveler l'asile et de lui permettre de voyager à l'étranger. (7 août 2014)
Le fondateur du site WikiLeaks Julian Assange a recommandé à l'Américain Edward Snowden d'être «extrêmement prudent» s'il sortait de Russie, pays qui vient de lui renouveler l'asile et de lui permettre de voyager à l'étranger. (7 août 2014)
Keystone
Edward Snowden a demandé une prolongation de son permis de séjour pour rester en Russie. Celui arrive, en effet, à expiration en août. (9 juillet 2014)
Edward Snowden a demandé une prolongation de son permis de séjour pour rester en Russie. Celui arrive, en effet, à expiration en août. (9 juillet 2014)
Keystone
Edward Snowden a pris la parole, depuis Moscou, lors d'une  visioconférence à l'occasion de l'édition 2014 du festival South by Southwest au Texas..Sa dernière interview remonte à janvier 2014, où il avait affirmé à la chaîne allemande ARD que les Etats-Unis espionnaient aussi de grandes entreprises.(Lundi 10 mars 2014)
Edward Snowden a pris la parole, depuis Moscou, lors d'une visioconférence à l'occasion de l'édition 2014 du festival South by Southwest au Texas..Sa dernière interview remonte à janvier 2014, où il avait affirmé à la chaîne allemande ARD que les Etats-Unis espionnaient aussi de grandes entreprises.(Lundi 10 mars 2014)
Capture d'écran, Keystone
Edward Snowden a donné dimanche soir sa première interview filmée depuis son exil à Moscou en juin 2013. L'ancien consultant de la NSA a déclaré lors de cet entretien que la chancelière Angela Merkel (photo) n'était sans doute pas la seule personnalité allemande espionnée par les Etats-Unis. (27 janvier 2014)
Edward Snowden a donné dimanche soir sa première interview filmée depuis son exil à Moscou en juin 2013. L'ancien consultant de la NSA a déclaré lors de cet entretien que la chancelière Angela Merkel (photo) n'était sans doute pas la seule personnalité allemande espionnée par les Etats-Unis. (27 janvier 2014)
AFP
Edward Snowden a utilisé des identifiants de collègues pour avoir accès à certains documents confidentiels. (8 novembre 2013)
Edward Snowden a utilisé des identifiants de collègues pour avoir accès à certains documents confidentiels. (8 novembre 2013)
Keystone
Le père d'Edward Snowden, Lon, sur une chaîne de télévision russe à son arrivée à l'aéroport de Moscou jeudi matin. (10 octobre 2013).
Le père d'Edward Snowden, Lon, sur une chaîne de télévision russe à son arrivée à l'aéroport de Moscou jeudi matin. (10 octobre 2013).
Keystone
Un site internet russe a publié ce qu'il présente comme la première photo d'Edward Snowden depuis qu'il se cache en Russie où il a obtenu l'asile en août. (7 octobre 2013)
Un site internet russe a publié ce qu'il présente comme la première photo d'Edward Snowden depuis qu'il se cache en Russie où il a obtenu l'asile en août. (7 octobre 2013)
Life News, Keystone
David Miranda, compagnon du journaliste du «Guardian» lié aux révélations Snowden, a été arrêté le 18 août dernier à Londres.
David Miranda, compagnon du journaliste du «Guardian» lié aux révélations Snowden, a été arrêté le 18 août dernier à Londres.
Keystone
L'ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden a quitté l'aéroport de Moscou Cheremetievo, où il était confiné depuis plus d'un mois, après avoir reçu un asile temporaire en Russie, annonce le 1er août 2013 son avocat russe.
L'ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden a quitté l'aéroport de Moscou Cheremetievo, où il était confiné depuis plus d'un mois, après avoir reçu un asile temporaire en Russie, annonce le 1er août 2013 son avocat russe.
Keystone
Après les révélations de Snowden, les utilisateurs s'organisent pour garantir leur anonymat sur internet. Twitter a reconnu que les demandes du gouvernement américain a son égard représentaient plus de trois-quart du total. Ici, des utilisateurs lors d'une 'Cryptoparty' à Dallas le 18 juillet 2013.
Après les révélations de Snowden, les utilisateurs s'organisent pour garantir leur anonymat sur internet. Twitter a reconnu que les demandes du gouvernement américain a son égard représentaient plus de trois-quart du total. Ici, des utilisateurs lors d'une 'Cryptoparty' à Dallas le 18 juillet 2013.
Keystone
S'exprimant sur la chaine américaine NBC, le père d'Edward Snowden a pris la défense de son fils. (26 juillet 2013)
S'exprimant sur la chaine américaine NBC, le père d'Edward Snowden a pris la défense de son fils. (26 juillet 2013)
Capture d'écran NBC, Keystone
Le porte-parole du Kremlin a affirmé que le sort d'Edward Snowden, toujours bloqué à l'aéroport de Moscou, n'était «pas à l'agenda» de Vladimir Poutine. (26 juillet 2013)
Le porte-parole du Kremlin a affirmé que le sort d'Edward Snowden, toujours bloqué à l'aéroport de Moscou, n'était «pas à l'agenda» de Vladimir Poutine. (26 juillet 2013)
Reuters
Edward Snowden est toujours bloqué mercredi 24 juillet à l'aéroport de Moscou.
Edward Snowden est toujours bloqué mercredi 24 juillet à l'aéroport de Moscou.
Reuters
L'avocat russe de Snowden, Anatoly Kucherena.
L'avocat russe de Snowden, Anatoly Kucherena.
Reuters
Réapparition. Au bout de 19 jours d'attente dans la zone internationale de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo, Edward Snowden a demandé l'asile politique à la Russie. (Vendredi 12 juillet)
Réapparition. Au bout de 19 jours d'attente dans la zone internationale de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo, Edward Snowden a demandé l'asile politique à la Russie. (Vendredi 12 juillet)
Keystone
Debout, Edward Snowden s'exprime devant un parterre militants de droits humains réunis à l'aéroport de Moscou-Cheremetievo. (Vendredi 12 juillet)
Debout, Edward Snowden s'exprime devant un parterre militants de droits humains réunis à l'aéroport de Moscou-Cheremetievo. (Vendredi 12 juillet)
Keystone
Promesse. Selon le célèbre avocat russe Henry Reznik, Edward Snowden a promis de ne plus «nuire aux Etats-Unis» s'il obtient l'asile politique en Russie. (Vendredi 12 juillet)
Promesse. Selon le célèbre avocat russe Henry Reznik, Edward Snowden a promis de ne plus «nuire aux Etats-Unis» s'il obtient l'asile politique en Russie. (Vendredi 12 juillet)
Keystone
Un homme regarde sur l'écran de son ordinateur Edward Snowden lors de sa rencontre à l'aéroport de Moscou avec des représentants d'associations de défense des droits humains. (Vendredi 12 juillet)
Un homme regarde sur l'écran de son ordinateur Edward Snowden lors de sa rencontre à l'aéroport de Moscou avec des représentants d'associations de défense des droits humains. (Vendredi 12 juillet)
AFP
La police surveille l'entrée de la zone de transit de l'aéroport international Moscou- Cheremetievo où se trouve Edward Snowden.(Vendredi 12 juillet)
La police surveille l'entrée de la zone de transit de l'aéroport international Moscou- Cheremetievo où se trouve Edward Snowden.(Vendredi 12 juillet)
Keystone
Tatiana Lakshina de la section russe de l'ONG Human Rights Watch à son arrivée à l'aéroport de Moscou pour rencontrer  Edward Snowden  (Vendredi 12 juillet)
Tatiana Lakshina de la section russe de l'ONG Human Rights Watch à son arrivée à l'aéroport de Moscou pour rencontrer Edward Snowden (Vendredi 12 juillet)
Keystone
Sergei Nikitin, le chef de la section russe d'Amnesty International. (Vendredi 12 juillet)
Sergei Nikitin, le chef de la section russe d'Amnesty International. (Vendredi 12 juillet)
Reuters
Un image du Terminal F Terminal F de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo.
Un image du Terminal F Terminal F de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo.
Reuters
Keystone
Olga Kostina, directrice de l'ONG  de défense des droits de l'homme «Resistance»   (Vendredi 12 juillet)
Olga Kostina, directrice de l'ONG de défense des droits de l'homme «Resistance» (Vendredi 12 juillet)
Keystone
Invisible depuis trois semaines, Snowden a convié vendredi 12 juillet des avocats et des représentants des droits de l'homme à l'aéroport Cheremetievo à Moscou.
Invisible depuis trois semaines, Snowden a convié vendredi 12 juillet des avocats et des représentants des droits de l'homme à l'aéroport Cheremetievo à Moscou.
Reuters
Le 9 juillet 2013, un parlementaire russe tweete que Edward Snowden, toujours coincé à l'Aéroport de Moscou, aurait accepté la proposition d'asile du président vénézuélien Nicolas Maduro. Mais le tweet est ensuite retiré. Incertitude.
Le 9 juillet 2013, un parlementaire russe tweete que Edward Snowden, toujours coincé à l'Aéroport de Moscou, aurait accepté la proposition d'asile du président vénézuélien Nicolas Maduro. Mais le tweet est ensuite retiré. Incertitude.
AFP
Le leader cubain Raul Castro pourrait accueillir sur son territoire Edward Snowden.
Le leader cubain Raul Castro pourrait accueillir sur son territoire Edward Snowden.
AFP
Le Nicaragua révèle le 7 juillet qu'Edward Snowden explique, dans sa lettre de demande d'asile, sa crainte de ne pas être jugé de façon équitable aux Etats-Unis. «Je risque la prison à vie ou même la mort», écrit-il.
Le Nicaragua révèle le 7 juillet qu'Edward Snowden explique, dans sa lettre de demande d'asile, sa crainte de ne pas être jugé de façon équitable aux Etats-Unis. «Je risque la prison à vie ou même la mort», écrit-il.
Keystone
Le 5 juillet, le président du Venezuela Nicolas Maduro et le président du Nicaragua Daniel Ortega affirment qu'ils sont disposés à accorder l'asile à Edward Snowden. Le site WikiLeaks révèle parallèlement que Snowden aurait demandé l'asile à 6 pays supplémentaires.
Le 5 juillet, le président du Venezuela Nicolas Maduro et le président du Nicaragua Daniel Ortega affirment qu'ils sont disposés à accorder l'asile à Edward Snowden. Le site WikiLeaks révèle parallèlement que Snowden aurait demandé l'asile à 6 pays supplémentaires.
AFP
3 juillet 2013: Nouvel imbroglio diplomatique. Soupçonné d'avoir emmené Snowden dans son avion en provenance de Moscou, le président bolivien Evo Morales doit faire une escale forcée de 13 heures à Vienne après le refus de survol de leur territoire par plusieurs pays européens.
3 juillet 2013: Nouvel imbroglio diplomatique. Soupçonné d'avoir emmené Snowden dans son avion en provenance de Moscou, le président bolivien Evo Morales doit faire une escale forcée de 13 heures à Vienne après le refus de survol de leur territoire par plusieurs pays européens.
Keystone
2 juillet 2013: l'ancien consultant de la National Security Agency demande l'asile à 21 pays dont la Suisse. Les pays cités par le site Wikileaks sont, outre la Suisse, l'Allemagne, l'Autriche, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Irlande, l'Italie, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne et la Russie. L'Europe est divisée!
2 juillet 2013: l'ancien consultant de la National Security Agency demande l'asile à 21 pays dont la Suisse. Les pays cités par le site Wikileaks sont, outre la Suisse, l'Allemagne, l'Autriche, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Irlande, l'Italie, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne et la Russie. L'Europe est divisée!
AFP
Le programme secret nommé Prism, en place depuis 2007, a été autorisé par une loi votée sous le mandat de George W. Bush et renouvelée en décembre 2012.
Le programme secret nommé Prism, en place depuis 2007, a été autorisé par une loi votée sous le mandat de George W. Bush et renouvelée en décembre 2012.
AFP
Le 30 juin, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel affirme que l'Union européenne (UE) a été la cible de l'espionnage de la NSA, notamment dans ses représentations à Washington et à l'ONU, s'appuyant sur des documents confidentiels fournis par Snowden. L'UE, la France et l'Allemagne exigent des explications, le président Hollande demandant que ces pratiques «cessent immédiatement».
Le 30 juin, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel affirme que l'Union européenne (UE) a été la cible de l'espionnage de la NSA, notamment dans ses représentations à Washington et à l'ONU, s'appuyant sur des documents confidentiels fournis par Snowden. L'UE, la France et l'Allemagne exigent des explications, le président Hollande demandant que ces pratiques «cessent immédiatement».
AFP
Le 29 juin, le vice-président américain Joe Biden demande au président équatorien Rafael Correa de rejeter la demande d'asile de Snowden, au cours d'un entretien téléphonique rapporté par M.Correa. Ce dernier annonce que son consul à Londres sera sanctionné pour avoir remis à Snowden un sauf-conduit sans l'autorisation de Quito et donc sans validité.
Le 29 juin, le vice-président américain Joe Biden demande au président équatorien Rafael Correa de rejeter la demande d'asile de Snowden, au cours d'un entretien téléphonique rapporté par M.Correa. Ce dernier annonce que son consul à Londres sera sanctionné pour avoir remis à Snowden un sauf-conduit sans l'autorisation de Quito et donc sans validité.
AFP
Le président équatorien Rafael Correa dit avoir parlé avec le vice-président américain Joe Biden à propos d'Edward Snowden le 29 juin. Depuis l'éclatement de l'affaire, les tensions sont palpables entre les deux pays.
Le président équatorien Rafael Correa dit avoir parlé avec le vice-président américain Joe Biden à propos d'Edward Snowden le 29 juin. Depuis l'éclatement de l'affaire, les tensions sont palpables entre les deux pays.
AFP
Le 27 juin, le site internet Ars Technica publie les protocoles de chat d'Edward Snowden après que son nom d'utilisateur a été rendu public.
Le 27 juin, le site internet Ars Technica publie les protocoles de chat d'Edward Snowden après que son nom d'utilisateur a été rendu public.
AFP
Le siège de la National Security Agency à Fort Meade, dans le Maryland, où vivait Edward Snowden.
Le siège de la National Security Agency à Fort Meade, dans le Maryland, où vivait Edward Snowden.
AFP
Edward Snowden s'y exprimait sur différents sujets dont des considérations sur son séjour à Genève, lorsqu'il était employé par la CIA. (27 juin 2013).
Edward Snowden s'y exprimait sur différents sujets dont des considérations sur son séjour à Genève, lorsqu'il était employé par la CIA. (27 juin 2013).
AFP
Le 27 juin 2013, le directeur de la NSA (Agence de sécurité nationale) Keith Alexander est acculé. Il doit s'expliquer sur le programme de surveillance PRISM dénoncé par Edward Snowden, à Baltimore, dans le Maryland.
Le 27 juin 2013, le directeur de la NSA (Agence de sécurité nationale) Keith Alexander est acculé. Il doit s'expliquer sur le programme de surveillance PRISM dénoncé par Edward Snowden, à Baltimore, dans le Maryland.
AFP
Le conseiller fédéral Ueli Maurer a déclaré vouloir lancer des poursuites contre Edward Snowden, l'espion de la CIA qui a opéré à Genève, si ses actes sont confirmés.
Le conseiller fédéral Ueli Maurer a déclaré vouloir lancer des poursuites contre Edward Snowden, l'espion de la CIA qui a opéré à Genève, si ses actes sont confirmés.
AFP
Le 27 juin, Quito renonce à son accord douanier avec les Etats-Unis, qualifié d'«instrument de chantage», et dément avoir émis un laissez-passer pour Snowden lui permettant de rejoindre l'Equateur.
Le 27 juin, Quito renonce à son accord douanier avec les Etats-Unis, qualifié d'«instrument de chantage», et dément avoir émis un laissez-passer pour Snowden lui permettant de rejoindre l'Equateur.
AFP
Le 26 juin, la Russie répète qu'aucune «menace» américaine ne la contraindra à livrer Snowden. Quito indique que l'examen de sa demande d'asile pourrait prendre des mois.
Le 26 juin, la Russie répète qu'aucune «menace» américaine ne la contraindra à livrer Snowden. Quito indique que l'examen de sa demande d'asile pourrait prendre des mois.
AFP
Le 25 juin, alors que Snowden reste invisible (on l'attendait dans un avion entre Moscou et La Havane), le président russe Vladimir Poutine confirme qu'il se trouve toujours en zone de transit dans un aéroport moscovite.
Le 25 juin, alors que Snowden reste invisible (on l'attendait dans un avion entre Moscou et La Havane), le président russe Vladimir Poutine confirme qu'il se trouve toujours en zone de transit dans un aéroport moscovite.
AFP
Le 23 juin, Edward Snowden arrive à Moscou depuis Hong Kong où il était réfugié et d'où il a demandé l'asile à l'Equateur. Le gouvernement hongkongais confirme le départ volontaire de Snowden «pour un pays tiers de façon légale et normale». Annonce de l'arrivée à Moscou de l'ex-consultant, visé par un mandat d'arrêt et dont le passeport a été annulé. L'Equateur déclare avoir reçu une demande d'asile de la part de Snowden. Washington menace Moscou et Pékin de conséquences sur leurs relations bilatérales.
Le 23 juin, Edward Snowden arrive à Moscou depuis Hong Kong où il était réfugié et d'où il a demandé l'asile à l'Equateur. Le gouvernement hongkongais confirme le départ volontaire de Snowden «pour un pays tiers de façon légale et normale». Annonce de l'arrivée à Moscou de l'ex-consultant, visé par un mandat d'arrêt et dont le passeport a été annulé. L'Equateur déclare avoir reçu une demande d'asile de la part de Snowden. Washington menace Moscou et Pékin de conséquences sur leurs relations bilatérales.
AFP
La chambre d'hôtel où Snowden est «coincé», à l'intérieur du terminal F de l'aéroport de Moscou, depuis qu'il est arrivé de Hong Kong.
La chambre d'hôtel où Snowden est «coincé», à l'intérieur du terminal F de l'aéroport de Moscou, depuis qu'il est arrivé de Hong Kong.
AFP
La chambre d'hôtel où Snowden est «coincé», à l'intérieur du terminal F de l'aéroport de Moscou, depuis qu'il est arrivé de Hong Kong.
La chambre d'hôtel où Snowden est «coincé», à l'intérieur du terminal F de l'aéroport de Moscou, depuis qu'il est arrivé de Hong Kong.
AFP
Le 22 juin, on apprend selon des documents dévoilés par l'ex-consultant, les services britanniques de renseignement ont accès à des câbles à fibres optiques qui en font un acteur majeur dans la surveillance des communications mondiales.
Le 22 juin, on apprend selon des documents dévoilés par l'ex-consultant, les services britanniques de renseignement ont accès à des câbles à fibres optiques qui en font un acteur majeur dans la surveillance des communications mondiales.
AFP
Le 22 juin, le département américain de la Justice annonce avoir inculpé Snowden pour espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux, et avoir demandé à Hong Kong de l'interpeller. Ici, Hong Kong.
Le 22 juin, le département américain de la Justice annonce avoir inculpé Snowden pour espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux, et avoir demandé à Hong Kong de l'interpeller. Ici, Hong Kong.
AFP
Manifestations de soutien à Snowden à Hong Kong, le 15 juin.
Manifestations de soutien à Snowden à Hong Kong, le 15 juin.
AFP
Le 13 juin, le FBI confirme qu'une enquête pénale a été lancée contre Snowden et justifie les programmes de surveillance par la lutte contre le terrorisme.
Le 13 juin, le FBI confirme qu'une enquête pénale a été lancée contre Snowden et justifie les programmes de surveillance par la lutte contre le terrorisme.
AFP
Le 12 juin, Snowden accorde un entretien au quotidien South China Morning Post, dans lequel il affirme que les Etats-Unis surveillent des «centaines de milliers d'ordinateurs» dans le monde, y compris à Hong Kong et en Chine. Ici, des manifestations en soutien à Edward Snowden à Hong Kong.
Le 12 juin, Snowden accorde un entretien au quotidien South China Morning Post, dans lequel il affirme que les Etats-Unis surveillent des «centaines de milliers d'ordinateurs» dans le monde, y compris à Hong Kong et en Chine. Ici, des manifestations en soutien à Edward Snowden à Hong Kong.
AFP
La maison d'Edward Snowden et sa petite amie à Waipahu, à Hawaii. Ils y vivaient encore il y a peu, avant que l'homme ne se décide de partir à Hong Kong pour y faire ses révélations (10 juin 2013).
La maison d'Edward Snowden et sa petite amie à Waipahu, à Hawaii. Ils y vivaient encore il y a peu, avant que l'homme ne se décide de partir à Hong Kong pour y faire ses révélations (10 juin 2013).
AFP
Depuis l'éclatement de l'affaire, des manifestations en soutien à Edward Snowden ont eu lieu un peu partout dans le monde. Ici, à New York, le 10 juin 2013.
Depuis l'éclatement de l'affaire, des manifestations en soutien à Edward Snowden ont eu lieu un peu partout dans le monde. Ici, à New York, le 10 juin 2013.
AFP
Le 9 juin, Edward Snowden arrivé à Hong Kong le 20 mai en provenance de Hawaï, révèle dans le Guardian être la source des fuites. Ici à l'image, l'hôtel où a séjourné Edward Snowden à Hong Kong.
Le 9 juin, Edward Snowden arrivé à Hong Kong le 20 mai en provenance de Hawaï, révèle dans le Guardian être la source des fuites. Ici à l'image, l'hôtel où a séjourné Edward Snowden à Hong Kong.
AFP
La jeune fille a posté ses photos coquines sur son blog.
La jeune fille a posté ses photos coquines sur son blog.
AFP
Lindsay Mills était la petite amie d'Edward Snowden, jusqu'à ce qu'il fasse ses révélations et la quitte pour, pensait-il, la mettre à l'abri des médias.
Lindsay Mills était la petite amie d'Edward Snowden, jusqu'à ce qu'il fasse ses révélations et la quitte pour, pensait-il, la mettre à l'abri des médias.
AFP
Le 7 juin, le président Barack Obama défend un nécessaire «compromis» entre vie privée et sécurité.
Le 7 juin, le président Barack Obama défend un nécessaire «compromis» entre vie privée et sécurité.
AFP
Le 6 juin, le Washington Post et le Guardian affirment que la NSA et la police fédérale (FBI) ont sollicité neuf géants américains de l'internet, dont Microsoft, Yahoo!, Google et Facebook, pour surveiller et intercepter les communications d'internautes étrangers situés hors des Etats-Unis.
Le 6 juin, le Washington Post et le Guardian affirment que la NSA et la police fédérale (FBI) ont sollicité neuf géants américains de l'internet, dont Microsoft, Yahoo!, Google et Facebook, pour surveiller et intercepter les communications d'internautes étrangers situés hors des Etats-Unis.
AFP
Edward Snowden dévoile son identité et son visage dès le début ses révélations le 5 juin.
Edward Snowden dévoile son identité et son visage dès le début ses révélations le 5 juin.
AFP
Manifestations de soutien à Edward Snowden devant le consulat des Etats-Unis à Hong Kong.
Manifestations de soutien à Edward Snowden devant le consulat des Etats-Unis à Hong Kong.
AFP
Le directeur général de la NSA Keith Alexander.
Le directeur général de la NSA Keith Alexander.
AFP
Tout commence le 5 juin, quand le quotidien britannique The Guardian révèle l'existence d'une ordonnance de justice secrète forçant l'opérateur américain Verizon à livrer quotidiennement à la NSA la totalité des «métadonnées» téléphoniques de ses abonnés (numéro appelé, durée d'appel), d'avril à juillet.
Tout commence le 5 juin, quand le quotidien britannique The Guardian révèle l'existence d'une ordonnance de justice secrète forçant l'opérateur américain Verizon à livrer quotidiennement à la NSA la totalité des «métadonnées» téléphoniques de ses abonnés (numéro appelé, durée d'appel), d'avril à juillet.
AFP
1 / 65

«Ensemble, nous pouvons trouver un meilleur équilibre, mettre fin à la surveillance de masse et rappeler au gouvernement que s'il veut vraiment savoir comment on se sent, cela revient moins cher de demander que d'espionner», déclare Edward Snowden, dans une déclaration qui sera diffusée mercredi sur Channel 4 et dont la chaîne a communiqué le contenu mardi.

«Récemment, nous avons appris que nos gouvernements, en travaillant de concert, ont mis en place un système de surveillance de masse à l'échelle planétaire, permettant de voir tout ce qu'on fait», poursuit l'ex-consultant de l'Agence américaine de sécurité (NSA).

L'auteur britannique du livre de fiction «1984», George Orwell, «nous avait prévenus des dangers de ce genre d'informations. Le type de collectes (de données) présentées dans le livre - via des micros, des caméras et des écrans télé qui nous surveillent - n'est rien comparé à la situation actuelle. Nous avons des détecteurs dans nos poches qui nous suivent partout où nous allons», prévient-il.

«Pensez à ce que cela signifie en terme de vie privée pour une personne ordinaire. Un enfant né aujourd'hui grandira sans conception aucune de ce qu'est la vie privée. Il ne saura jamais ce que cela signifie d'avoir un moment de vie privée, d'avoir une pensée qui n'est ni enregistrée ni analysée. Et c'est un problème, car la vie privée est importante, la vie privée nous permet de déterminer qui nous sommes et qui nous voulons être», dit-il encore, avant de lancer «Joyeux Noël».

Ce message de quelques minutes doit être diffusé mercredi à 16h15 GMT sur Channel 4, qui enregistre depuis 1993 des messages de Noël «alternatifs». En 2008, la chaîne avait diffusé une déclaration du président iranien de l'époque, Mahmoud Ahmadinejad.

Edward Snowden a livré à la presse des dizaines de milliers de documents détaillant l'ampleur des interceptions de communications, téléphoniques ou sur internet, opérées par la NSA, déclenchant un scandale international.

L'ex-conseiller de la NSA, à qui les autorités américaines avaient retiré son passeport, n'a fait aucune apparition publique depuis qu'il a obtenu l'asile en Russie le 1er août. L'avocat Anatoli Koutcherena, qui lui sert de porte-parole, a expliqué qu'Edward Snowden était en danger et que des gardes du corps devaient assurer sa sécurité.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.