Une bataille acharnée pour le Congrès secoue l’Amérique

«Midterms»Les élections législatives, ce mardi, pourraient permettre aux démocrates de forcer le président à la cohabitation.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump a bouclé en trombe lundi sa campagne pour les élections de mi-mandat. Le président des États-Unis avait programmé des meetings dans trois des États du Midwest – l’Ohio, l’Indiana et le Missouri – qui l’ont porté à la Maison-Blanche en 2016. Son but: sauver ce mardi une majorité républicaine – même partielle – au Congrès et éviter une inconfortable cohabitation avec les démocrates.

Chambre des représentants

Les 435 sièges de la Chambre des représentants sont tous remis en jeu. À l’heure actuelle, les républicains en contrôlent 235 et les démocrates 193, sept sièges étant vacants. Pour remporter la majorité, l’opposition à Donald Trump a besoin de faire basculer au moins 23 sièges. Elle a les faveurs des derniers sondages pour y parvenir.

La majorité des circonscriptions reflètent les profondes divisions aux États-Unis et sont soit clairement démocrates, soit clairement républicaines. La bataille pour le contrôle de la Chambre des représentants se jouera donc dans les 69 circonscriptions où les deux partis ont un nombre similaire d’électeurs inscrits sur leurs listes. Ces circonscriptions, comprenant souvent des banlieues aisées des grandes villes américaines, avaient plutôt l’habitude de voter républicain, mais pourraient plébisciter les démocrates pour exprimer leur rejet de Donald Trump. Les conservateurs risquent en effet de perdre de nombreuses électrices en raison des propos du président sur les femmes.

Une victoire des démocrates à la Chambre des représentants aurait de lourdes conséquences pour Donald Trump. Ils pourraient bloquer la construction du mur à la frontière avec le Mexique, que le président réclame depuis des mois, et empêcher la Maison-Blanche de démanteler le système d’assurance maladie aux États-Unis.

Ils écriraient et voteraient des lois prenant le contre-pied de la Maison-Blanche, contrôleraient le budget et pourrait ordonner l’ouverture d’enquêtes sur Donald Trump et son administration. Ils pourraient aussi lancer une procédure de destitution du président et réclamer ses déclarations d’impôt.

Sénat

Trente-cinq des 100 sièges du Sénat sont remis en jeu cette année. Les républicains n’y bénéficient pour l’instant que d’une majorité d’une voix. Les sondages les donnent néanmoins favoris pour la conserver, voire l’accroître, malgré l’impopularité de Donald Trump. La raison? Sur les 35 sièges remis en jeu, les républicains ne doivent en défendre que neuf. Les démocrates et les deux indépendants qui siègent avec eux au Sénat doivent préserver les 26 autres. Et dix de ces sièges actuellement contrôlés par l’opposition se trouvent dans des États remportés par Donald Trump en 2016.

En raison des difficultés républicaines à la Chambre des représentants, Donald Trump a concentré sa fin de campagne sur la bataille pour le Sénat. Une victoire permettrait aux conservateurs de bloquer non seulement les projets de loi démocrates émanant de la Chambre des représentants, mais aussi une éventuelle procédure de destitution de Donald Trump. Les républicains conserveraient aussi le contrôle de la procédure de confirmation des juges fédéraux et de la Cour suprême, l’une de leurs priorités.

Gouverneurs

Les Américains votent aussi au niveau local ce mardi, notamment pour leurs procureurs généraux et leurs parlements étatiques. Trente-six États élisent en outre leur gouverneur. À l’heure actuelle, les républicains contrôlent 33 des 50 États américains, mais pourraient en perdre plusieurs dont la Floride, la Géorgie, l’Ohio, l’Iowa, le Wisconsin, le Maine et l’Illinois.

Un tel résultat aurait un impact important sur les espoirs de réélection de Donald Trump en 2020, car ces États seront déterminants dans la course à la Maison-Blanche. S’ils étaient contrôlés par les démocrates, ils constitueraient un terrain nettement plus favorable au candidat de l’opposition.

Les démocrates y détermineraient aussi le redécoupage des circonscriptions électorales en 2021. La dernière carte électorale date de 2010, à l’époque où les républicains dominaient largement les postes de gouverneur. Résultat: de nombreuses circonscriptions de la Chambre des représentants ont été dessinées de manière à assurer un avantage aux conservateurs. Depuis son départ de la Maison-Blanche en 2017, Barack Obama a fait du redécoupage électoral l’une des priorités pour rééquilibrer le rapport de force entre les deux grands partis politiques.

Créé: 05.11.2018, 20h42

Articles en relation

Trump-Obama: duel pour les «Midterms»

États-Unis Deux visions radicalement différentes de l’Amérique s’affrontent en clôture de la campagne. Plus...

Beto O’Rourke, l’«Obama blanc», fait renaître l’espoir des démocrates au Texas

Midterms 4/4 Candidat pour un siège au Sénat ce mardi, le politicien de 46 ans est la nouvelle star de son parti. Son discours inclusif, aux antipodes de ses adversaires républicains, électrifie les foules. Plus...

Soldates et démocrates, elles partent à l’assaut du Congrès

Midterms 2/4 Poussées par leur rejet de Trump, des vétérantes de l’armée pourraient faire pencher la balance électorale mardi prochain. Plus...

Les républicains serrent les rangs pour défendre Donald Trump

Midterms 3/4 À quatre jours des élections au Congrès, les partisans du président redoutent une victoire des démocrates pas assez «patriotes». Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.