Bernie Sanders, un favori qui encombre son parti

Présidentielle américaineLe sénateur mène la course, et ses rivaux ont fait feu sur lui, mardi soir, lors d’un débat pour les primaires démocrates. Ne va-t-il pas faciliter la tâche du candidat Trump?

Le candidat démocrate Bernie Sanders.

Le candidat démocrate Bernie Sanders. Image: Getty Images

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bernie Sanders s’est retrouvé au centre de la scène. Pour le 10e débat de la campagne des primaires démocrates, mardi soir à Charleston en Caroline du Sud, le sénateur du Vermont a pris la place réservée au favori à l’investiture du parti pour la présidentielle américaine. Jusqu’ici, cette place avait été trustée par Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama, mais le triomphe de Bernie Sanders samedi dans le Nevada a changé la donne.

Le socialiste âgé de 78 ans est désormais la personne à battre dans le camp démocrate. Dès les premières minutes du débat, il a d’ailleurs été la cible des attaques de ses adversaires qui l’avaient jusqu’ici plutôt épargné. Michael Bloomberg, l’ancien maire de New York, a ouvert les hostilités en faisant référence aux récentes révélations sur les efforts russes présumés pour aider la campagne du sénateur du Vermont. «Vladimir Poutine pense que Donald Trump devrait être président des États-Unis», a déclaré le milliardaire new-yorkais en s’adressant directement à Bernie Sanders. «Et c’est pourquoi la Russie vous aide à être investi, afin que vous puissiez perdre contre lui (ndlr: Donald Trump).»

Les rivaux de Bernie Sanders se sont engouffrés dans la brèche. «Je vais vous dire ce que veulent les Russes, a lancé le centriste Pete Buttigieg. Ils veulent le chaos. Et le chaos arrive. Si vous pensez que les quatre dernières années ont été chaotiques, toxiques, épuisantes, imaginez devoir passer la plus grande partie de 2020 avec [un duel] Bernie Sanders contre Donald Trump.»

Grosse base de fidèles

Le parti démocrate est tiraillé face à l’émergence de Bernie Sanders. Celui-ci a prouvé ces dernières semaines qu’il s’appuie sur une base de supporters progressistes fidèles représentant à peu près un quart de l’électorat démocrate. Dans le Nevada, il a aussi démontré qu’il était capable de convaincre les électeurs hispaniques et noirs. Les derniers sondages le montrent en nette progression chez les Afro-Américains avant la primaire de Caroline du Sud de samedi.

Les élites du parti démocrate craignent la dispersion des voix centristes entre plusieurs candidats: Joe Biden, Pete Buttigieg, Mike Bloomberg, Amy Klobuchar. Dans un mémorandum publié samedi, le groupe de centre-gauche Third Way a appelé à une union sacrée contre Bernie Sanders pour empêcher «la catastrophe» d’un second mandat de Donald Trump. Jonathan Cowan, le président de Third Way, y affirme que le «socialisme» de Bernie Sanders offrirait «un arsenal» à Donald Trump.

L’appui du révérend

Mercredi matin, le populaire révérend afro-américain Al Sharpton a contré cette théorie lors d’un événement en Caroline du Sud auquel ont participé les candidats démocrates à la Maison-Blanche. «Ils ont accusé Martin Luther King d’être un communiste», a rappelé le révérend au parterre d’électeurs noirs. «Quoique vous décidiez de faire samedi (ndlr: lors de la primaire de Caroline du Sud), n’écoutez pas ceux qui utilisent l’étiquette socialiste pour essayer de nous empêcher de faire ce que nous devons faire pour ce pays, parce que nous sommes déjà passés par là et nous ne sommes pas si stupides.»

La candidature de Bernie Sanders commence aussi à être prise au sérieux chez les républicains. Mitch McConnell, le président conservateur du Sénat, a mis son parti en garde mardi de se réjouir trop vite d’une investiture du sénateur du Vermont. «Cela me rappelle les démocrates en 1980 qui soutenaient tous Ronald Reagan comme candidat [de notre parti] parce qu’ils pensaient qu’il serait le plus facile à battre, a-t-il affirmé. Je pense que ce sera une élection présidentielle disputée avec beaucoup d’énergie dans les deux camps.»

Créé: 26.02.2020, 22h49

Articles en relation

Bernie, Pete et Amy: le trio de tête de la primaire démocrate

États-Unis Le vote démocrate du New Hampshire a confirmé la force du progressiste Bernie Sanders et du centriste Pete Buttigieg. La sénatrice Amy Klobuchar crée la surprise. Plus...

Une primaire démocrate déjà clé pour la Maison-Blanche

États-Unis Le vétéran Bernie Sanders et le nouveau venu Pete Buttigieg sont favoris mardi dans le New Hampshire. Quitte ou double pour Joe Biden. Plus...

Bernie Sanders, un soliste dans le chœur des «battons Trump»

États-Unis Alors que les caucus de l’Iowa ont lancé lundi la campagne présidentielle américaine, le sénateur du Vermont mène la charge des candidats démocrates contre le président des États-Unis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.