Beto O’Rourke, l’«Obama blanc», fait renaître l’espoir des démocrates au Texas

Midterms 4/4Candidat pour un siège au Sénat ce mardi, le politicien de 46 ans est la nouvelle star de son parti. Son discours inclusif, aux antipodes de ses adversaires républicains, électrifie les foules.

Dans le quartier historique de Second Ward à Houston, une peinture murale appelle à voter pour le candidat O’Rourke.

Dans le quartier historique de Second Ward à Houston, une peinture murale appelle à voter pour le candidat O’Rourke. Image: Chip Somodevilla/Getty Images/AFPit

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est un peu plus de 22 heures lorsque le minivan familial pénètre dans le parking de Mi Tierra (ma terre) à San Antonio. Le restaurant mexicain est l’un des rares établissements dont la cuisine est encore ouverte à cette heure-ci dans la ville texane de 1,3 million d’habitants. Le conducteur qui sort de la voiture en cette fraîche soirée de mi-octobre est grand et mince. Il est vêtu d’un costume sombre bien coupé et d’une chemise blanche.

Il prend la main de son épouse qui l’accompagne. Quand le couple pénètre dans le restaurant, il attire aussitôt les regards appuyés des employées installées derrière l’étalage de pan dulce, des pains au sucre multicolores. Un serveur, vêtu d’un tablier rouge à l’effigie du révolutionnaire mexicain Emiliano Zapata, s’approche de l’homme souriant. «Hello Beto, est-ce que je pourrais avoir une photo avec vous?» demande-t-il. «Avec plaisir!» lui répond Beto O’Rourke.

Le candidat démocrate au Sénat prend la pose avec le serveur et une de ses collègues. La photo est la première d’une longue série avec les employés et les clients. «Merci d’être venu me dire bonjour», répète Beto O’Rourke aux personnes qui s’approchent de lui. Le politicien âgé de 46 ans est détendu et chaleureux. Rien ne permet d’imaginer qu’il a affronté ce soir-là son adversaire républicain, le sénateur ultraconservateur Ted Cruz, lors d’un un débat à couteaux tirés.

Beto O’Rourke, élu à la Chambre des représentants, originaire de la ville frontalière texane d’El Paso, est la nouvelle star du parti démocrate. En quelques mois, il a donné à l’opposition l’espoir de gagner un siège au Sénat, alors que le Texas est l’un des États les plus conservateurs du pays. Les démocrates y enchaînent les défaites depuis qu’ils y ont perdu leur siège au Sénat en 1993 et le poste de gouverneur en 1994. Et aucun candidat démocrate à la Maison-Blanche n’a remporté l’État depuis Jimmy Carter en 1976.

En direct de son minivan

Un nouveau sondage réalisé par l’Université du Texas révèle que l’avance de Ted Cruz sur Beto O’Rourke ne cesse de fondre. Le sénateur républicain, humilié en 2016 par Donald Trump qui l’avait surnommé «Ted le menteur», n’a plus que 3,6 points d’avance sur son rival démocrate à quelques jours du scrutin du 6 novembre. Et Beto O’Rourke semble infatigable. Ce père de trois enfants sillonne le Texas de long en large et diffuse en direct sur les médias sociaux ses longs périples au volant de son minivan.

Le politicien progressiste, qui a fait partie d’un groupe de punk rock dans sa jeunesse, arrive à certains de ses meetings en skate board et n’hésite pas à sortir sa guitare. Il bat des records de levée de fonds et draine des milliers de personnes à ses meetings avec un message inclusif aux antipodes de celui de Ted Cruz et, surtout, de Donald Trump. Alors que le président des États-Unis tente de mobiliser ses supporters en agitant la menace d’une supposée «invasion» de migrants et en traitant les démocrates de «meute», Beto O’Rourke inspire les siens avec un optimisme qui rappelle celui de Barack Obama. Il affiche sa détermination à empêcher que les États-Unis se transforment en une «nation de murs et de décrets antimusulmans». Il promet aussi de réunir les familles de migrants séparées par la Maison-Blanche. Et bonne nouvelle pour Beto O’Rourke, qui a construit sa campagne pour les jeunes: le vote anticipé chez les Texans âgés de 18 à 29 ans est en hausse de 508% cette année par rapport à 2014.

Deux jours après la séance photos improvisée dans le restaurant Mi Tierra, plusieurs milliers de personnes se sont massées pour le voir dans le stade couvert d’Edinburg, une ville à la frontière avec le Mexique. Parmi elles, Alicia De Leon, une ancienne républicaine, a inscrit «Beto» en lettres noires sur son chapeau tejano, le chapeau des cow-boys texans d’origine mexicaine. «J’ai honte de le dire, mais je n’ai pas voté pour Barack Obama à l’époque car j’étais républicaine, je vivais bien et je ne l’ai jamais vraiment écouté, explique-t-elle. La victoire de Donald Trump m’a réveillée. Je n’aime pas les gens qui mentent et nous divisent. Beto a l’air honnête et se préoccupe du peuple. Je suis déterminée à l’aider à gagner.»

«La meilleure gueule de bois»

Beto O’Rourke débarque sur la scène au pas de course. Il décrit avec fougue sa vision d’un Texas solidaire et humaniste. Et implore, de sa voix usée par les meetings à répétition, ses supporters à se mobiliser sans relâche jusqu’au 6 novembre. «Chacun d’entre nous veut avoir la meilleure gueule de bois le 7 novembre après avoir célébré la plus grande victoire que cet État, cette génération et les générations futures aient jamais vue», lance-t-il sous les acclamations de la foule.

Le lendemain du meeting d’Edinburg, nouvelle rencontre fortuite avec Beto O’Rourke, sur une aire d’autoroute cette fois-ci. Un conducteur lui demande une photo. «Merci d’être venu me dire bonjour», lui glisse le candidat démocrate peu avant de reprendre le volant de son minivan. Il lui reste encore plus de 600 kilomètres sur les routes texanes pour se rendre à Dallas, la prochaine halte de sa tournée pour le Sénat.

Créé: 04.11.2018, 19h12

Articles en relation

Soldates et démocrates, elles partent à l’assaut du Congrès

Midterms 2/4 Poussées par leur rejet de Trump, des vétérantes de l’armée pourraient faire pencher la balance électorale mardi prochain. Plus...

Les républicains serrent les rangs pour défendre Donald Trump

Midterms 3/4 À quatre jours des élections au Congrès, les partisans du président redoutent une victoire des démocrates pas assez «patriotes». Plus...

Au Texas, la chasse aux migrants divise le clan des partisans de Trump

Midterms 1/4 Face à l’arrivée de centaines de Latino-Américains chaque jour, la fracture est visible chez les républicains à l'approche des élections de mi-mandat. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.