Des cadavres d'enfants dans une fosse commune

PanamaLes autorités panaméennes soupçonnent une secte d'avoir sacrifié des enfants lors de séances d'exorcisme.

«L'intervention (...) de la police nationale a permis d'éviter que 15 autres personnes soient assassinées», a déclaré jeudi le parquet. (Vendredi 17 janvier 2020)

«L'intervention (...) de la police nationale a permis d'éviter que 15 autres personnes soient assassinées», a déclaré jeudi le parquet. (Vendredi 17 janvier 2020) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police s'est déployée dans une localité amérindienne de l'ouest du Panama où sept cadavres, en majorité d'enfants, ont été découverts dans une fosse commune, vraisemblablement sacrifiés par une secte lors de séances d'exorcisme, ont annoncé vendredi les autorités.

«Des unités de maintien de l'ordre sont en train de partir» pour la commune de Terron, une région montagneuse difficile d'accès à environ 250 km de la capitale panaméenne, a annoncé à des médias locaux le chef de la police de la province de Veraguas (ouest), Enrique Martinez. Il s'agit d'assurer «la sécurité et la tranquillité de cette communauté pauvre où les gens sont terrorisés», a ajouté le responsable.

Plusieurs hélicoptères avec à bord des policiers et des militaires ont décollé vendredi de Santiago de Veraguas, capitale de la province. Une fosse commune avec les restes de six mineurs, âgés de un à 17 ans, et d'une femme enceinte, a été découverte mercredi lors d'une opération policière qui a conduit à la libération de quinze personnes séquestrées, dont sept enfants et deux femmes enceintes.

«L'intervention (...) de la police nationale a permis d'éviter que 15 autres personnes soient assassinées», a déclaré jeudi le parquet qui a annoncé l'arrestation de dix membres d'une secte appelée La Nueva Luz de Dios (La Nouvelle lumière de Dieu).

Des séances d'exorcisme

Issus de la communauté amérindienne, les dix suspects sont soupçonnés d'avoir torturé et sacrifié les victimes lors de séances d'exorcisme. Selon une source proche de l'enquête, un des suspects est le père de la femme enceinte et grand-père de cinq enfants découverts dans la fosse.

Domingo Gonzalez, un témoin des séances qui a réussi à s'échapper, a raconté à la chaîne locale TVN-2 comment il avait vu un homme battre son propre fils dénudé. «Ils se sont mis à le battre avec la Bible et leurs poings. Ils l'ont attrapé par le cou et lui ont dit : Débarrasse-toi du démon qui est en toi », a-t-il déclaré. Il a également expliqué qu'une femme avait reconnu que sa fille avait été tuée car «elle n'acceptait pas le Christ».

«Nous sommes face à une région dont la population est particulièrement vulnérable et où l'Etat est peu présent pour prévenir ce type de situation», a expliqué à l'AFP Claire Nevache, politologue au Centre international d'études politiques et sociales.

Selon elle, le Panama dispose d'un «cadre juridique assez permissif pour l'installation de nouveaux cultes, avec très peu de contrôles», où la limite est «le respect de la morale chrétienne» et non pas tant «le respect des droits de l'Homme». (afp/nxp)

Créé: 17.01.2020, 22h47

Articles en relation

Panama: fusillade meurtrière en prison

Amérique latine Des détenus d'une prison du Panama se sont affrontés entre eux. Les violences ont fait 12 morts et 13 blessés. Plus...

Séisme de 6,3 entre le Panama et le Costa Rica

Amérique centrale La terre a fortement tremblé entre le Panama et le Costa Rica, mercredi. Plus...

Blanchiment: le Panama à nouveau épinglé

Sanction Le Gafi a remis le Panama sur sa liste «grise» des pays qui ne coopèrent pas assez pour lutter contre le blanchiment d'argent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.