Le calvaire de Bloomberg révèle l’enjeu démocrate: les femmes et les minorités

États-UnisDur baptême du feu. Le New-Yorkais a fait pâle figure lors du débat de mercredi. Ses adversaires testeront samedi au Nevada la force du vote noir et latino.

Michael Bloomberg concentre les critiques des autres candidats démocrates.

Michael Bloomberg concentre les critiques des autres candidats démocrates. Image: EPA / Etienne Laurent

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J’aimerais parler de notre adversaire. Un milliardaire qui traite les femmes de grosses nanas et de lesbiennes à tête de cheval. Et non, je ne parle pas de Donald Trump. Je parle de Michael Bloomberg.» Mercredi soir à Las Vegas, la sénatrice progressiste Elizabeth Warren s’en est donné à cœur joie lors du débat très acrimonieux qui a opposé six candidats démocrates à l’élection présidentielle.

Dans la foulée, elle a accusé ce nouveau venu dans la course à la Maison-Blanche (c’était son premier débat) d’avoir «soutenu des politiques racistes», en référence aux interpellations et fouilles arbitraires (stop-and-frisk) qui ont fait exploser le nombre de contrôles au faciès à New York lorsqu’il était maire de la ville.

Neuvième homme le plus riche du monde en 2019 selon «Forbes», avec quelque 60 milliards de dollars, Michael Bloomberg était au cœur de toutes les attaques, lui qui finance sa campagne entièrement de sa poche. Bernie Sanders, l’actuel favori de la course, a ainsi jugé «grotesque et immorale» une telle fortune, «plus grande que les 125 millions d’Américains les moins riches».

Quant à Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama, il n’a pas manqué de rappeler que Michael Bloomberg avait d’abord été élu maire en tant que... républicain!

L’adversaire parfait

Au fond, Bloomberg était l’adversaire parfait pour les cinq autres candidats participant au débat. Il leur a permis d’envoyer des messages percutants à des électorats clés. Aucun d’entre eux ne pourra décrocher la nomination démocrate sans un soutien important de la minorité noire par exemple. Et quelle que soit la candidature retenue cet été, il faudra réussir à mobiliser la communauté afro-américaine pour battre Donald Trump en novembre.

Autre minorité essentielle: les Latino-Américains. C’est l’électorat qui monte aux États-Unis. Pour la première fois, c’est même le plus important des groupes minoritaires, avec un grand réservoir de citoyens qui n’ont encore jamais voté. Combien ces deux électorats pèseront-ils dans l’élection? On en aura une première indication ce week-end, après la primaire qui se tient samedi au Nevada. Après l’Iowa et au New Hampshire, tous deux très blancs, ce troisième rendez-vous dans les urnes se tient dans un État beaucoup plus divers.

D’ailleurs, Joe Biden compte là-dessus pour revenir dans la course, lui qui a été dangereusement distancé. Rappelant à qui veut l’entendre qu’il fut le vice-président de Barack Obama, il a veillé à faire campagne dans plusieurs églises afro-américaines. De son côté, Bernie Sanders a notamment sponsorisé des tournois de football dans les quartiers hispaniques de Las Vegas, avec tacos mexicains servis à côté des terrains de jeu.

Reste l’enjeu de l’électorat féminin, qui fut si déterminant il y a deux ans lors des élections à mi-mandat. Le Congrès des États-Unis avait soudain vu croître le nombre d’élues en son sein. Pour les candidates présidentielles Elizabeth Warren et Amy Klobuchar, qui peinent à devancer dans les sondages tant Bernie Sanders que Pete Buttigieg, il est urgent de relancer cette dynamique, qui s’était nourrie des propos indélicats de Donald Trump envers les femmes. Là encore, Michael Bloomberg était l’adversaire parfait, lui qui est accusé de sexisme par d’anciennes employées.

Créé: 20.02.2020, 22h01

Articles en relation

La course des septuagénaires démocrates à la Maison-Blanche

USA L’ex-maire de New York, Bloomberg, est entré lundi dans une campagne présidentielle qui s’est muée en bataille de septuagénaires. Plus...

Bloomberg est prêt à défier Trump

États-Unis L’ancien maire de New York pourrait entrer dans la course à la Maison-Blanche sous les couleurs démocrates. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.