Passer au contenu principal

CanadaDu cannabis dans le gâteau d'une fête d'école

Des enfants ont consommé du gâteau suspecté de contenir du THC lors de la fête d'une école en Nouvelle-Ecosse.

Le gâteau a été fourni par un traiteur, et la police cherche à déterminer s'il s'agit d'une erreur ou d'un acte volontaire, a indiqué une porte-parole de la police à CBC. (Photo d'archives)
Le gâteau a été fourni par un traiteur, et la police cherche à déterminer s'il s'agit d'une erreur ou d'un acte volontaire, a indiqué une porte-parole de la police à CBC. (Photo d'archives)
AFP

La police de Nouvelle-Ecosse a lancé une enquête pour savoir comment du cannabis s'est apparemment retrouvé dans un gâteau servi lors d'une fête d'école dans une localité de cette province de l'est canadien.

La Gendarmerie Royale du Canada (GRC) a indiqué dans un communiqué que des adultes et des enfants s'étaient sentis mal après que de la nourriture, dont «un gâteau à la mélasse suspecté de contenir du THC» - le principe actif du cannabis - avait été servi lors de la fête d'une école à Eskasoni, en Nouvelle-Ecosse.

«Parmi les individus qui se sont rendus à l'hôpital, certains ont été testés positif au THC,» a ajouté la GRC, précisant que sa section locale enquêtait sur l'incident qui s'est produit le 31 janvier.

Erreur ou acte volontaire?

La mère d'une fillette de 8 ans a indiqué à la chaîne CBC être tombée des nues lorsque l'hôpital lui a annoncé que sa fille - qui ne se sentait pas bien - avait ingéré du THC. D'autres parents ont eu la même expérience désagréable.

Le gâteau a été fourni par un traiteur, et la police cherche à déterminer s'il s'agit d'une erreur ou d'un acte volontaire, a indiqué une porte-parole de la police à CBC.

L'école d'Eskasoni a pour sa part invité sur Facebook les participants à la fête, «affectés par ce regrettable événement», à voir un médecin si nécessaire et à jeter toute nourriture qu'ils auraient pu rapporter chez eux.

La consommation du cannabis a été légalisée au Canada en octobre 2018, mais l'âge minimal pour s'en procurer est fixé à 18 ans, sauf au Québec où il a été porté à 21 ans.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.