Reconnaissance du «génocide arménien»: tollé à Ankara

Etats-UnisLa Chambre des représentants américaine a reconnu le génocide arménien par l'Empire ottoman. Cette décision a provoqué la colère d'Ankara et la joie d'Erevan.

Il y a 104 ans, 1,5 million d'Arméniens étaient massacrés par les forces ottomanes. (Photo d'archives)
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Erevan a qualifié d'«historique» mercredi la reconnaissance par la Chambre des représentants des Etats-Unis du «génocide arménien» de 1915. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a lui fustigé une «insulte» et une mesure qui «n'a aucune valeur».

C'est la première fois qu'une telle résolution, accueillie par des applaudissements, a été adoptée en séance plénière dans l'une des chambres du Congrès américain. Appelant à «commémorer le génocide arménien» et à «rejeter les tentatives (...) d'associer le gouvernement américain à la négation du génocide arménien», ce texte non contraignant a été adopté mardi par 405 voix sur 435, avec une rare union entre démocrates et républicains, et seulement onze voix contre.

Reconnu par les historiens

Le génocide arménien est reconnu par une trentaine de pays et la majorité des historiens. En Suisse, le Conseil national l'a reconnu en 2003, tout comme le Conseil d'Etat de Genève et les Grands Conseils vaudois et genevois.

Selon les estimations, entre 1,2 million et 1,5 million d'Arméniens ont été tués pendant la Première Guerre mondiale par les troupes de l'Empire ottoman, alors allié à Allemagne et à l'Autriche-Hongrie.

Mais la Turquie refuse l'utilisation du terme «génocide», évoquant des massacres réciproques sur fond de guerre civile et de famine ayant fait des centaines de milliers de morts dans les deux camps.

Sans surprise, la décision américaine a provoqué la colère d'Ankara. «Je m'adresse au public américain et au reste du monde: cette mesure n'a aucune valeur, nous ne la reconnaissons pas», a clamé mercredi le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours dans la capitale turque devant les députés de son parti.

«Nous voyons cette accusation comme la plus grande insulte qui soit à notre nation», a-t-il ajouté. La diplomatie turque a convoqué l'ambassadeur américain à Ankara pour protester contre ce vote.

«Un pas audacieux»

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian a salué pour sa part «un vote historique», jugeant, dans un message sur Twitter, que cette résolution «est un pas audacieux vers la vérité et la justice historique qui offre également un réconfort à des millions de descendants des survivants du génocide arménien».

Nikol Pachinian a également fait part de son «admiration pour des générations d'Arméniens et d'Américains d'origine arménienne dont le militantisme désintéressé et la persévérance ont été le moteur» qui a permis ce vote.

Le jour de la fête nationale turque

En avril 2017, peu après son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump avait qualifié le massacre des Arméniens en 1915 d'«une des pires atrocités de masse du XXe siècle», bien qu'il se soit gardé d'employer le terme «génocide».

Avant d'être élu en 2008, son prédécesseur Barack Obama s'était engagé à reconnaître le génocide, mais il n'avait finalement jamais employé ce terme durant sa présidence. Ce vote est intervenu le jour de la fête nationale turque, alors que les relations entre Washington et Ankara, alliés au sein de l'Otan, traversent de fortes tensions.

Donald Trump a laissé le champ libre à une offensive turque en Syrie contre les combattants kurdes, pourtant également alliés des Etats-Unis, en retirant ses forces du nord du pays début octobre.

Sanctions «infernales»

Cette décision a suscité un tollé dans le monde et au sein de la classe politique américaine, jusque dans le camp républicain du locataire de la Maison Blanche, dont des élus ont menacé d'imposer des sanctions «infernales» à la Turquie.

Face à la pression, le gouvernement américain a annoncé des mesures punitives, plus modestes, avant de les lever à la faveur d'un cessez-le-feu négocié avec Ankara en Syrie.

Dans la foulée du vote sur le génocide arménien, la Chambre des représentants a aussi adopté mardi à la quasi-unanimité un texte prévoyant des sanctions contre des responsables turcs en lien avec l'offensive en Syrie, ainsi qu'une banque turque.

Mais cette proposition de loi doit encore être approuvée par le Sénat, la chambre haute du Congrès, pour devenir effective. (afp/nxp)

Créé: 30.10.2019, 14h32

Qui reconnaît le génocide arménien?

Le 20 avril 1965, l'Uruguay a été le premier pays à reconnaître le génocide arménien. Au total, les Parlements d'une trentaine de pays ont voté des lois, résolutions ou motions reconnaissant explicitement le génocide arménien : Suisse, Allemagne, Argentine, Autriche, Belgique, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Chypre, Etats-Unis, France, Grèce, Italie, Liban, Lituanie, Luxembourg, Paraguay, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Russie, Slovaquie, Suède, Uruguay, Vatican, Venezuela.

Le Parlement européen a reconnu le génocide arménien en 1987.

Parmi les pays où a récemment été votée une résolution reconnaissant le génocide figurent les Pays-Bas en 2018 et le Portugal en 2019. En Allemagne, le Bundestag, la chambre basse, a aussi adopté une résolution en 2016, qualifiée de non contraignante par la chancelière Angela Merkel.

Le 24 avril 2015, en pleine commémoration par l'Arménie du 100e anniversaire du génocide, le pape François a parlé de «premier génocide du XXe siècle».

Articles en relation

Les enfants de Kim Kardashian baptisés en Arménie

Caucase La star de téléréalité a profité d'un voyage en Arménie pour faire baptiser ses quatre enfants. Plus...

La Turquie «agira pour éliminer les terroristes»

Crise syrienne Le chef de la diplomatie turque a déclaré mardi à Genève que son pays éliminera les terroristes se trouvant au nord-est de la Syrie. Plus...

Ankara met fin à son offensive militaire

Syrie Après l'accord arraché il y a cinq jours par le vice-président américain, la Turquie a annoncé la fin de son offensive contre les forces kurdes en Syrie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.