La découverte de l’Amérique a refroidi le climat mondial

DécouverteUne étude établit le lien entre la mort de millions d’Amérindiens et le Petit Âge glaciaire en Europe.

Un chef amérindien place une couronne sur la tête de Christophe Colomb.

Un chef amérindien place une couronne sur la tête de Christophe Colomb. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En posant le pied en 1492 dans les Caraïbes, Christophe Colomb allait faire basculer le destin d’un continent et de ses habitants. Mais une étude britannique l’affirme: la colonisation des Amériques et la mort de dizaines de millions d’indigènes a aussi eu un effet important sur le climat de la planète.

«Dans les bulles d’air coincées dans la calotte glaciaire de l’Antarctique, la concentration en dioxyde de carbone a baissé de 7 à 10 ppm (parties par million) entre 1550 et 1650», explique Alexander Koch, doctorant au sein du département de géographie de l’University College London (UCL). «C’est le plus important changement de ces deux mille dernières années avant la révolution industrielle. Cette baisse de CO2 a entraîné une baisse d’environ 0,3 °C de la température globale.»

Ce refroidissement peut paraître faible. Il s’est pourtant révélé suffisant pour rendre les hivers plus rigoureux et affecter les récoltes de toutes les populations européennes. Cette époque est aujourd’hui qualifiée par les historiens et les géographes de Petit âge glaciaire. Estimant que les forces naturelles ne peuvent pas expliquer à elles seules une telle baisse de la concentration de CO2 dans l’air, les chercheurs de l’UCL ont recherché quelles pouvaient en être les causes humaines.

Des peuples décimés

Dans un article coécrit dans la revue «Quartenary Science Reviews» et publié la semaine dernière, Alexander Koch raconte que ses trois années de recherche dans le cadre de sa thèse lui ont permis de déterminer que «la colonisation des Amériques est la principale cause de ce phénomène, elle a contribué pour près de moitié à la baisse de la température».

À l’arrivée du Génois Christophe Colomb en 1492, la population du continent est estimée à 60,5 millions. «Il est largement accepté que la population indigène ne vivait pas dans un paysage vierge», rappelle-t-il. «La complexité de leur système agricole est d’ailleurs largement documentée.»

L’irruption d’Européens porteurs de nombreux virus et leur comportement conquérant a pourtant un effet dévastateur: 91% de la population locale est décimée par les maladies et la guerre en cent ans. Avec seulement 5,5 millions de survivants, l’activité agricole sur le continent s’en trouve logiquement très fortement réduite. «La mort de 55 millions de personnes a abouti à l’abandon de 56 millions d’hectares de terres cultivées», estime le géographe après de nombreux calculs. Soit l’équivalent d’une espace grand comme la France.

Reforestation généralisée

«Cela a entraîné une reforestation généralisée sur tout le continent, couplée à une baisse de l’usage du feu par l’homme. Cette nouvelle végétation a alors capté plus de CO2 de l’atmosphère, ce qui a entraîné une accélération de la chute de CO2 dans l’air.» Au final, la découverte de l’Amérique a provoqué une baisse de 3 à 5 ppm de CO2 dans l’atmosphère et donc engendré une baisse d’environ 0,15 °C de la température mondiale.

Ces conclusions ont un impact sur la compréhension du réchauffement climatique actuel et surtout sur la manière de le combattre. «Même en replantant une surface de cette taille, nous ne pourrions pas limiter la montée de la température, au mieux la retarder: la baisse de CO2 engendrée par la mort de 60 millions d’individus et la reforestation ne correspondent qu’à deux à trois ans de nos émissions annuelles d’énergie fossile», assure Alexander Koch. À l’inverse, la déforestation accélère fortement la hausse de la température, tout comme la hausse de la population mondiale, deux évolutions qui semblent aujourd’hui difficilement altérables. (24 heures)

Créé: 04.02.2019, 18h44

Articles en relation

[VIDEO] Ces grands-parents qui luttent pour le climat aux côtés des jeunes

Réchauffement climatique La manifestation pour le climat a attiré près de 10'000 personnes à Lausanne ce samedi. Les seniors étaient aussi de la partie. Plus...

La nouvelle génération entre en politique par le climat

La rédaction Xavier Alonso salue le retour du politique à la table familiale. Plus...

Les mégapoles asiatiques risquent d’être submergées

Urbanisme La prochaine conférence sur le climat se prépare à Bangkok. La capitale thaïlandaise est elle-même en péril. Plus...

Alarmant, un rapport américain sur le climat contredit Trump

Réchauffement planétaire L’année 2017 a atteint de nouveaux records. Mais à la Maison-Blanche, on veut déréglementer la pollution! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.