Donald Trump fanfaronne pendant 1h22

Etats-UnisLe président américain a donné mercredi une conférence de presse épique. La veille, il avait déjà fait rire lors de l'Assemblée générale de l'ONU.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Quel monde, waouh!» Donald Trump entre en scène, s'installe derrière le pupitre et, d'entrée, donne le ton. Il raconte, tempête, fanfaronne, ironise. Pendant près d'une heure et demie, le 45e président des Etats-Unis a répondu mercredi, à New York, aux questions des journalistes, dans un vertigineux tourbillon de mots.

Debout, devant une large rangée de drapeaux américains, l'ancien homme d'affaires parle beaucoup de lui, passe sans crier gare d'une anecdote à des considérations sur la marche du monde. La Chine, les femmes, l'Iran, la Cour suprême, les Kurdes, le socialisme, Justin Trudeau, l'industrie de l'acier, Israël, la gloire.

Sans notes. Et avec un plaisir évident même s'il assure qu'il fréquente les médias depuis «trop longtemps». Comme à son habitude, il s'emploie à distribuer les bons et les mauvais points. «Vous faites du bon boulot», lance-t-il à l'adresse d'une journaliste de Fox News, avant de lui demander un peu plus tard une confirmation sur un pourcentage.

«Dites "Merci monsieur Trump"», suggère-t-il à un journaliste du New York Times assurant que c'est grâce à lui que le chiffre d'affaires du quotidien est en hausse. Depuis le Lotte New York Palace, sur Madison Avenue, à quelques centaines de mètres de la Trump Tower, le président de 72 ans semblait ne jamais vouloir s'arrêter.

Accusations sexuelles

«Si on amenait George Washington (...) les démocrates voteraient contre lui», lance-t-il pour dire son exaspération face à ce qu'il considère être une obstruction systématique de ses adversaires politiques sur son candidat à la Cour suprême accusé d'abus sexuels dans sa jeunesse. «Et il a peut-être fait des choses peu avouables, qui sait?»

«J'ai été accusé, j'ai été accusé. Fausses accusations!», tonne-t-il lorsqu'un journaliste évoque les nombreuses femmes l'ayant mis en cause pour des gestes déplacés ou des agressions sexuelles. «Cela a eu un impact sur la façon dont je vois les choses (...) Je les vois d'une façon très différente de ceux qui sont assis chez eux et regardent la télévision».

«Cela peut arriver dans l'autre sens (...) Je pourrais choisir une femme et elle pourrait être accusée aussi pour des faits très anciens», avance-t-il, interrogé sur les raisons pour lesquelles il semble systématiquement prendre la défense des hommes accusés d'agression sexuelle.

Relations internationales

«La Chine est un endroit très spécial et l'Iran est un endroit très spécial», lâche-t-il avant d'expliquer les relations avec ces deux pays sont, pour des raisons distinctes, difficiles.

«Je vais l'appeler demain [Xi Jinping] et lui dire: Hey, comment vas-tu?», propose-t-il dans un sourire après avoir expliqué que le président chinois, n'était «peut-être» plus vraiment son ami. «Ils font des études sur Trump», lâche-t-il un peu plus tard pour souligner à quel point les Chinois sont intrigués par ce président si différent de ses prédécesseurs.

La politique, le pouvoir ? «Je dois dire que je connais beaucoup de démocrates qui disent des trucs et, en même temps, me font un clin d'oeil». Les femmes ? «J'ai toujours dit que les femmes étaient plus intelligentes que les hommes». Les Kurdes ? «Ce sont des gens formidables, des guerriers formidables».

«On a ri ensemble»

Lors de cette heure et demie, Donald Trump a aussi évoqué les rires qui s'étaient fait entendre la veille lors de son discours à l'Assemblée générale annuelle de l'ONU devant les dirigeants. «J'ai dit que notre pays était plus fort que jamais et c'est vrai», «j'étais face à un grand nombre de personnes très professionnelles», «et j'ai entendu un petit brouhaha», a-t-il raconté lors d'une conférence de presse à New York.

«Les médias bidon ont dit que les gens avaient ri de moi, mais ils n'ont pas ri de moi, ils ont ri avec moi. Les gens passaient un bon moment avec moi», a-t-il insisté. «On a ri ensemble, nous passions un bon moment. Ils respectent ce que j'ai fait», a estimé Donald Trump, affirmant que «les Etats-Unis n'étaient pas respectés» avant son entrée en fonction. (ats/nxp)

Créé: 27.09.2018, 06h06

Articles en relation

Trump accuse Pékin de chercher à lui nuire

Elections de mi-mandat Le président américain accuse la Chine d'ingérence dans les élections de mi-mandat de novembre. Pékin nie. Plus...

Trump accuse Pékin de chercher à lui nuire

Elections de mi-mandat Le président américain accuse la Chine d'ingérence dans les élections de mi-mandat de novembre. Pékin nie. Plus...

ONU: nouvelles frictions entre Trump et Trudeau

Diplomatie Donald Trump a affirmé mercredi qu'il avait refusé de rencontrer le Premier ministre canadien Justin Trudeau à New York. Plus...

Trump préférerait garder le N°2 de la Justice

Etats-Unis Le président américain a déclaré mercredi qu'il préfèrerait garder Rod Rosenstein, le responsable de l'enquête russe. Plus...

Trump favorable à la solution à deux Etats

Israël - Palestine Le président américain s'est prononcé mercredi en faveur de la création de deux Etats distincts pour régler le conflit israélo-palestinien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...