Donald Trump perd son porte-voix

États-UnisSarah Sanders, la porte-parole de la Maison-Blanche, s’en va à la fin juin. Cette républicaine évangélique n’a cessé de défendre le président.

Sarah Huckabee Sanders a toujours fait montre d’un soutien sans faille à Donald Trump.

Sarah Huckabee Sanders a toujours fait montre d’un soutien sans faille à Donald Trump. Image: EPA/JIM LO SCALZO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle était le «bouclier» de Donald Trump depuis trois ans. Cette image employée par Mike Davis, un professeur de journalisme à l’Université de Syracuse, dans l’État de New York, pour décrire Sarah Sanders, reflète l’importance de la porte-parole de la Maison-Blanche pour l’actuel président des États-Unis. Sarah Huckabee Sanders quittera ses fonctions à la fin du mois. «Elle a créé un bouclier autour de la vérité pour protéger son patron», analyse Mike Davis, un journaliste qui a travaillé pendant quatre ans à la Maison-Blanche sous George W. Bush.

Sarah Sanders, la fille d’un pasteur évangélique de l’Arkansas, a prêché le gospel de Donald Trump depuis sa nomination à son poste en juillet 2017 en remplacement de l’émotif Sean Spicer. Ce dernier avait tenu sept mois à peine, après s’être complètement décrédibilisé le 20 janvier 2017, au lendemain de l’investiture de Donald Trump. Ce jour-là, Sean Spicer avait assuré que le nouveau président avait mobilisé la plus grande foule de l’histoire pour son entrée en fonction. Ses propos avaient aussitôt été contredits par des photos montrant clairement que Barack Obama avait attiré nettement plus de monde pour son arrivée à la Maison-Blanche en janvier 2009.

Sarah Sanders, 36 ans, a conservé la combativité de son prédécesseur mais l’a dénuée de toute émotion. Elle n’a reculé devant rien pour défendre Donald Trump face à des médias inquisiteurs, pour lesquels elle partage l’aversion affichée par Donald Trump. En juin 2017, elle avait incité les Américains à regarder une vidéo anti-CNN réalisée par un militant ultraconservateur adulé par l’extrême droite. L’année dernière, elle avait assuré que les séparations d’enfants migrants de leurs parents décidées par Donald Trump avaient une justification biblique. «Je peux dire que c’est tout à fait biblique de faire respecter la loi», avait-elle assuré lors d’un point de presse de la Maison-Blanche.

Le récent rapport de Robert Mueller sur l’ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016 ne l’a pas épargnée. Elle avait dû reconnaître face aux enquêteurs de Mueller avoir menti aux reporters lorsqu’elle avait défendu la décision de Donald Trump de renvoyer James Comey. Lors d’un point de presse en mai 2017, Sarah Sanders avait assuré que le patron du FBI, qui enquêtait sur les possibles relations entre la campagne de Donald Trump et la Russie, avait perdu le soutien d’«innombrables membres du FBI».

«Au-delà de l’acceptable»

«Elle ne parlait qu’à une minorité d’Américains convaincus par la présidence de Donald Trump, poursuit Mike Davis. Et elle est allée bien au-delà de ce qui est acceptable pour le défendre.» Sarah Sanders a aussi mis fin au point presse quotidien de la Maison-Blanche. «Je pense qu’elle reflète la politisation et la polarisation de la société américaine, analyse Gregory Munno, un ancien cadre de la rédaction du quotidien «Syracuse Post-Standard». Mais il est difficile de déterminer si Donald Trump en est la cause ou le symptôme.»

Le départ de Sarah Sanders a été annoncé en pleine nouvelle polémique déclenchée par Donald Trump cette semaine. Dans une interview accordée mercredi à la chaîne ABC, le président a affirmé qu’il écouterait si une puissance étrangère lui offrait des informations compromettantes sur l’un de ses adversaires politiques. Il tente depuis d’éteindre cet incendie politique au moment où il se prépare à lancer mardi en Floride sa campagne pour sa réélection en 2020.

Créé: 14.06.2019, 22h52

Articles en relation

Comment Trump ment à l'Amérique

Chronique Plus...

Trump et Macron refont la paix en Normandie

Commémorations Mettant leurs désaccords de côté, les deux présidents profitent du 75e anniversaire du Jour J pour mettre en scène leur amitié. Plus...

Les liaisons houleuses entre Trump et Macron…

Anniversaire du débarquement Tout les oppose, mais ils s’entendent bien, au point que le Français a cru avoir l’oreille de l’Américain. À tort, faut-il constater. Plus...

Donald Trump débarque ce lundi dans le jeu de quilles du Brexit

Royaume-Uni Jusqu'à mercredi, des manifestations défieront le président américain et ses propos sur le Royaume-Uni. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.