Donald Trump punit le Mexique pour l’afflux de migrants

États-UnisLes États-Unis vont imposer une taxe sur tous les produits mexicains tant que les clandestins presseront la frontière.

Des migrants entrés illégalement au Mexique veulent passer aux États-Unis. C’est en réponse à cet afflux de réfugiés que Donald Trump a décidé de taxer les produits mexicains.

Des migrants entrés illégalement au Mexique veulent passer aux États-Unis. C’est en réponse à cet afflux de réfugiés que Donald Trump a décidé de taxer les produits mexicains. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelques heures à peine après l’entrée sur le territoire américain d’un groupe de plus de 1000 clandestins qui se sont rendus aux gardes-frontières jeudi à El Paso, au Texas, Donald Trump a décidé de recourir à la manière forte. Le président des États-Unis a annoncé jeudi soir sur Twitter qu’il imposait une taxe de 5% sur tous les produits mexicains à partir du 10 juin. Cette taxe passera à 10% le 1er juillet si la Maison-Blanche ne voit pas les flux de migrants diminuer de manière significative à sa frontière avec le Mexique. L’impôt pourrait continuer à augmenter chaque mois de 5% pour atteindre un taux total de 25% d’ici au 1er octobre.

Des lois «mauvaises»

«Le Mexique a profité des États-Unis depuis des décennies, a affirmé Donald Trump vendredi matin sur Twitter. Nos lois sur l’immigration sont mauvaises à cause des démocrates. Le Mexique fait fortune grâce aux États-Unis depuis des années. Il peut facilement régler le problème. Il est temps pour lui de faire finalement ce qui doit être fait!»

Avec cette décision, Donald Trump marie deux dossiers qui lui sont chers et sur lesquels il n’a pas remporté les victoires qu’il avait promises à ses concitoyens en 2016: l’immigration et les relations commerciales. Lors d’une conférence de presse téléphonique organisée jeudi soir, Mick Mulvaney, le chef de cabinet par intérim de la Maison-Blanche, a tenté de définir ce que l’administration Trump attendait du Mexique: «Nous jugerons le succès par le nombre de personnes qui traversent la frontière, a-t-il déclaré. Ce nombre doit se réduire immédiatement et de manière significative.»

Kevin McAleenan, le secrétaire par intérim du Département de la sécurité intérieure, a pour sa part affirmé que l’administration Trump voulait que le Mexique renforce la sécurité à sa frontière avec le Guatemala, qu’il s’attaque aux réseaux de passeurs et qu’il aide les États-Unis à s’occuper des demandeurs d’asile. Autant de points de contentieux entre l’administration Trump et le gouvernement du président mexicain Andrés Manuel López Obrador. Ce dernier a souligné vendredi qu’il voulait éviter la «confrontation» avec Washington. «Je pense que le président Trump va comprendre que ce n’est pas de cette manière qu’on résout ce genre de choses», a-t-il ajouté en faisant part de sa conviction que Washington finirait par «corriger» son approche.

La décision de Donald Trump d’imposer des taxes sur les produits mexicains pourrait avoir un impact profond outre-Atlantique. Le Mexique est le principal partenaire commercial des États-Unis et y a exporté pour 346,5 milliards de produits en 2018. La taxe décidée va toucher les importateurs, qui la répercuteront sur les ventes aux consommateurs américains. Mick Mulvaney a défendu cette stratégie en assurant que les Américains «payaient» pour les clandestins: «L’immigration illégale a un prix, a-t-il martelé. Les contribuables américains paient pour ce qui se passe à la frontière.»

Profond malaise

L’annonce de Donald Trump jeudi soir a créé un profond malaise dans les rangs de sa majorité républicaine au Sénat. Elle est intervenue le jour où son administration avait transmis au Congrès le nouveau traité nord-américain de libre-échange avec le Canada et le Mexique afin que celui-ci soit ratifié. «La politique commerciale et la sécurité à la frontière sont deux questions distinctes, a réagi le sénateur républicain Charles Grassley. C’est un abus de l’autorité du président sur les taxes à l’importation et cela va à l’encontre de la volonté du Congrès. Mettre cette menace à exécution menacerait sérieusement le passage du [traité de libre-échange nord-américain] USMCA, une promesse de campagne centrale de la part de Donald Trump et ce qui pourrait être une grande victoire pour notre pays.»

Créé: 31.05.2019, 22h29

Articles en relation

Robert Mueller creuse le fossé à Washington

États-Unis Le procureur qui a mené l’enquête sur l’ingérence russe dans la présidentielle américaine a refusé, mercredi, de blanchir Donald Trump. Plus...

Washington risque une crise constitutionnelle

États-Unis Le duel entre Nancy Pelosi et Donald Trump s’est durci en fin de semaine dernière, laissant entrevoir des blocages inédits. Plus...

«Je ne suis pas venu ici pour être un marionnettiste américain»

Élections européennes Ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon rêve de peser sur l’avenir du continent lors des élections de ce dimanche. Plus...

«Une guerre commerciale avec l'UE est peu probable»

Etats-Unis-Union européenne Plus que quelques jours avant que l’administration Trump annonce la couleur sur les importations de voitures européennes Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.