L’Église catholique face à un nouveau scandale de pédophilie

États-UnisUn rapport de près de 900 pages révèle des décennies d’abus sexuels sur mineurs par des prêtres.

Donald Wuerl, aujourd’hui archevêque de Washington, est mentionné dans le rapport pour avoir, à l’époque, supervisé le transfert des prêtres soupçonnés d’abus sur mineurs.

Donald Wuerl, aujourd’hui archevêque de Washington, est mentionné dans le rapport pour avoir, à l’époque, supervisé le transfert des prêtres soupçonnés d’abus sur mineurs. Image: KEYSTONE/ETTORE FERRARI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsque le révérend Edward George Ganster a quitté le diocèse d’Allentown, en Pennsylvanie, en 1990, il faisait l’objet de trois accusations d’abus sexuels sur des mineurs. À l’époque, le diocèse avait écrit une lettre de recommandation afin que l’ancien curé puisse trouver un emploi à Disney World à Orlando, en Floride. Edward George Ganster y a travaillé pendant dix-huit ans, avant son décès en 2014.

Cette histoire fait partie des révélations d’un rapport des services du procureur général de Pennsylvanie publié mardi, et qui accuse plus de 300 prêtres d’abus sexuels sur des mineurs. Toujours selon le rapport de 884 pages, ces hommes d’Église ont été couverts par leur hiérarchie au sein de l’Église catholique. «Le but principal n’était pas d’aider les enfants mais d’éviter un scandale», ont conclu les membres d’un jury populaire auquel avaient été soumises les conclusions de l’enquête des services du procureur. «Des prêtres violaient des petits garçons et des petites filles, et les hommes d’Église, qui étaient leurs responsables, n’ont pas seulement rien fait, ils l’ont camouflé.»

Empêcher la publication

L’enquête a permis d’identifier plus de 1000 victimes, dont certaines étaient présentes aux côtés de Josh Shapiro, le procureur de Pennsylvanie, lorsque celui-ci a présenté les conclusions de deux ans de recherches. Celui-ci a révélé lors d’une conférence de presse que de nombreux hommes visés par l’enquête avaient en vain tenté d’empêcher la publication du rapport: «Ils voulaient enterrer les abus sexuels commis par des prêtres sur des enfants et étouffer cette affaire à jamais.»

Le rapport évoque notamment un ancien réseau pédophile au sein du diocèse de Pittsburgh. Ce réseau de «prêtres prédateurs» comprenait au moins cinq curés qui violaient des enfants et produisaient de la pornographie infantile. Trois des cinq membres du réseau ont été arrêtés en 1988 pour des faits de harcèlement sexuel. L’un d’entre eux a été condamné à 5 ans de prison en 1990. Le quatrième a fait l’objet d’une plainte. Et un cinquième homme d’Église a été retrouvé étranglé à La Havane en 2001.

Des prêtres violaient des enfants, et leurs responsables n’ont pas seulement rien fait, ils l’ont camouflé

Donald Wuerl, l’ancien responsable du diocèse de Pittsburgh qui est aujourd’hui archevêque de Washington, est mentionné dans le rapport. Les conclusions sur ses actions sont mitigées. Le grand jury conclut que le cardinal a mis sur la touche certains prêtres visés par des accusations d’abus sexuels, mais qu’il a aussi supervisé le transfert dans d’autres paroisses de certains prêtres soupçonnés. Donald Wuerl s’est défendu mardi dans un communiqué dans lequel il a fait part de son «espoir» que ses actions soient jugées de manière «juste».

Croisade

Terrence McKiernan se réjouit de la publication du rapport en Pennsylvanie. Le fondateur, à Boston, de Bishop Accountability, une organisation qui recense les cas d’abus sexuels commis par des prêtres, souligne l’ampleur de la tâche pour forcer l’Église catholique à mettre fin à sa culture du secret. «Quelque 7000 prêtres ont été accusés d’abus sexuels et identifiés par leurs supérieurs, explique-t-il. Mais à l’heure actuelle, nous n’avons que 4400 noms. Et seulement 500 d’entre eux ont fait l’objet de poursuites criminelles. Nous espérons que cela va inciter le parlement de Pennsylvanie à réformer la loi afin de permettre les poursuites dans les affaires dans lesquelles il y a prescription.»

Créé: 15.08.2018, 21h25

Articles en relation

L'Eglise catholique prête à indemniser les victimes

Abus sexuels Le scandale du prêtre pédophile multirécidiviste dévoilé ces jours a encore relancé la question de la réparation. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.