Passer au contenu principal

Evo Morales part favori dans la course à la présidence

Pour la première fois, les Boliviens de l'étranger peuvent participer à l'élection, et selon les sondages, Evo Morales obtiendrait près de 60% des intentions de vote.

Le président sortant et candidat à sa réélection Evo Morales est accueilli à coups de confettis par ses partisans.
Le président sortant et candidat à sa réélection Evo Morales est accueilli à coups de confettis par ses partisans.
Keystone

Quelque 6 millions de Boliviens se rendent aux urnes dimanche lors d'élections générales. Ils devraient renouveler leur soutien massif au président de gauche Evo Morales en lui accordant un troisième mandat de cinq ans et la majorité absolue au parlement.

Les élections verront également le renouvellement du Parlement, avec un Sénat de 36 membres et une Chambre des députés de 130 membres. Les bureaux de vote ouvrent à 08h00 locales (13h en Suisse) et fermeront à 16h00 locales (21h en Suisse). Les médias ne sont pas autorisés à donner les sondages préliminaires effectués à la sortie des bureaux de vote avant 20h00 locales (1h du matin en Suisse).

Pour la première fois, les Boliviens de l'étranger peuvent participer à l'élection, la huitième depuis le retour à la démocratie dans le pays.

Morales largement devant

Selon les sondages, Evo Morales obtiendrait près de 60% des intentions de vote. Son adversaire, Samuel Doria Medina de l'Union Démocratique (UD), magnat du ciment et du fast-food et déjà rival malheureux de M. Morales lors des deux dernières élections présidentielles, est crédité de 18% des intentions de vote.

L'ex-président conservateur Jorge Quiroga (9%) arriverait en troisième position, devant le social-démocrate Juan del Granado (3%) et le candidat du Parti Vert Fernando Vargas (2%). Toutefois, selon les sondages, près de 20% de l'électorat s'est déclaré indécis ou a annoncé son intention de voter blanc.

«De grands progrès»

Quelque 60 observateurs de 22 nationalités mandatés par l'Organisation des Etats américains (OEA) seront présents dans les diverses régions du pays. «Nous nous attendons à un processus de vote normal et très participatif, la Bolivie a fait de grands progrès dans ce domaine ces 20 dernières années», a déclaré le chef de la mission de l'OEA, l'ancien président du Guatemala Alvaro Colom.

Cependant, avec le contrôle du Congrès, les partis d'opposition ont exprimé leur crainte que le président Morales ait les mains libres pour modifier la Constitution en vue de réélections répétées.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.