Passer au contenu principal

Keiko Fujimori divise la société péruvienne

La fille d’Alberto Fujimori est favorite à l’élection présidentielle. Mais le bilan contesté de l’ex-président pèse encore sur le pays.

Keiko Fujimori
Keiko Fujimori
Keystone

Le nom Fujimori continue de diviser profondément le Pérou. Alors qu’Alberto purge une peine de 25 ans de prison pour corruption et crimes contre l’humanité commis lorsqu’il dirigeait le pays entre 1990 et l’an 2000, sa fille Keiko caracole aujourd’hui en tête des sondages pour le premier tour de la présidentielle qui se tiendra dimanche. Déjà présente au ballottage en 2011 contre Ollanta Humala, la parlementaire de 40 ans capitalise la sympathie dont bénéficie encore son père au sein d’une partie de la population. Elle obtient ainsi de 33% à 41% des intentions de vote, loin devant l’ex-ministre libéral Pedro Pablo Kuczynski et la candidate de la gauche Verónika Mendoza, qui reçoivent respectivement 17 et 16 points dans les sondages.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.