Les larmes de Greta et la moue de Trump à l’ONU

New YorkLa jeune égérie du climat a martelé son message devant les chefs d’État. Le président américain n’y a fait qu’une apparition, pris par un débat sur la religion.

«Je ne devrais pas être là, je devrais être à l'école, de l'autre côté de l'océan», a lancé Greta Thunberg au début du sommet à New York.

«Je ne devrais pas être là, je devrais être à l'école, de l'autre côté de l'océan», a lancé Greta Thunberg au début du sommet à New York. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Greta Thunberg et Donald Trump se sont livrés à un duel à distance lundi au siège des Nations Unies à New York. La jeune militante suédoise de 16 ans a mis en garde les chefs d’État réunis pour le sommet onusien sur le climat: «Nous vous surveillons!, leur a-t-elle lancé. Tout est faux! Je ne devrais pas être ici. Je devrais être de retour à l’école de l’autre côté de l’océan. Mais vous puisez de l’espoir auprès de nous les jeunes. Comment osez-vous?»

Donald Trump, un président américain qui n’a cessé de remettre en question le consensus climatique sur le réchauffement de la planète, a fait une visite surprise au sommet sur le climat pour écouter le premier ministre indien, Narendra Modi. Le président américain est arrivé dans la salle peu après l’allocution de Greta Thunberg et est rapidement reparti afin de présider un sommet concurrent sur la persécution religieuse.

Cette initiative de la Maison-Blanche s’inscrit dans le contexte de la stratégie électorale de Donald Trump pour la présidentielle de 2020. La droite religieuse américaine est convaincue que les démocrates veulent limiter la liberté de culte des chrétiens aux États-Unis. Donald Trump a fait allusion à ce sentiment erroné, mais constamment relayé par son administration ainsi que par la chaîne de télévision ultraconservatrice Fox News pour mobiliser les électeurs républicains contre l’opposition démocrate. «Trop souvent, les gens au pouvoir prêchent la diversité tout en réduisant au silence, en esquivant ou en censurant les croyants», a-t-il martelé.

«Je crois profondément en l’eau et en l’air purs»

Le président américain a brièvement évoqué le climat lundi à l’ONU dans une prise de position aux contradictions «trumpistes»: «Je crois profondément en l’eau et en l’air purs, a-t-il assuré. Et tous les pays devraient se réunir et le faire. Et ils devraient le faire pour eux-mêmes. Très, très important.» Depuis l’élection de Donald Trump en 2016, la Maison-Blanche ne cesse de démanteler la politique environnementale de Barack Obama et d’assouplir les restrictions en matière d’émissions de CO2. Les États-Unis se sont retirés de l’Accord de Paris sur le climat et l’administration Trump vient d’ôter à la Californie le droit de fixer ses propres normes en matière d’émissions des véhicules parce qu’elles sont beaucoup plus restrictives que dans le reste des États-Unis.

Dans ce contexte, un rapport publié samedi par les Nations Unies révèle que le groupe des 20 pays responsables de 80% des émissions de gaz à effet de serre ne remplissent pour l’instant pas les engagements pris à Paris en 2015. Un échec condamné avec force par Greta Thunberg: «Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses», a-t-elle lancé aux chefs d’État réunis à New York, avec des larmes de colère de la voix.

Le président de la Confédération, Ueli Maurer, devait prendre la parole au sommet sur le climat en fin de journée lundi. Et ce mardi, lors de l’ouverture du débat de l’Assemblée générale de l’ONU, le conseiller fédéral prononcera son allocution en huitième position, peu après Donald Trump. Il sera le premier chef d’État et de gouvernement à parler, un succès diplomatique obtenu par la mission suisse à l’ONU et dont Berne se félicite.

Créé: 23.09.2019, 22h18

Articles en relation

Greta Thunberg fait souffler un vent de révolte sur New York

Grève mondiale du climat Des milliers de lycéens ont participé à la grève pour le climat dans les rues de Manhattan, vendredi, à l’appel de la militante suédoise. Plus...

Cinq questions que se posent les sceptiques et complotistes sur Greta Thunberg

Analyse A l’occasion de son départ pour les États-Unis en voilier ce mercredi, nous avons passé au crible les critiques et théories complotistes formulées à l’égard de la jeune activiste suédoise. Plus...

«Que dire à Trump pour le faire changer d’avis?»

Climat Greta Thunberg se réjouit des avancées du sommet de Lausanne. L’adolescente va traverser l’Atlantique à la voile pour porter son combat sur le continent américain. Plus...

Ne tirez pas sur la messagère Greta

Plus...

«Les gens disent que je suis très dangereuse»

Climat À Lausanne, Greta Thunberg a demandé aux adultes de rejoindre les enfants et de porter le fardeau du changement climatique. Raillant au passage ses détracteurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.