Passer au contenu principal

MexiqueMassacre des 43 étudiants: seuls deux os identifiables

Suite aux aveux de membres d'un gang, les autorités mexicaines ont annoncé qu'il serait très difficile d'identifier les restes humains.

La police scientifique mexicaine sur les lieux où les étudiants ont été vus pour la dernière fois. Les autorités confirment que les trois étudiants ont été tués, leurs corps dissous dans de l'acide.   (Mardi 23 avril 2018)
La police scientifique mexicaine sur les lieux où les étudiants ont été vus pour la dernière fois. Les autorités confirment que les trois étudiants ont été tués, leurs corps dissous dans de l'acide. (Mardi 23 avril 2018)
Keystone
Les amis et les parents des trois étudiants tués manifestent leur tristesse et leur colère lors d'un rassemblement à Guadalajara devant la résidence du gouverneur de l'Etat. (Mardi 23 avril 2018)
Les amis et les parents des trois étudiants tués manifestent leur tristesse et leur colère lors d'un rassemblement à Guadalajara devant la résidence du gouverneur de l'Etat. (Mardi 23 avril 2018)
AFP
Suite à la disparition de 43 étudiants le 29 septembre dernier, des centaines d'étudiants et d'enseignants ont partiellement mis à sac et incendié, lundi 13 octobre, le siège du gouvernement de l'Etat de Guerrero.
Suite à la disparition de 43 étudiants le 29 septembre dernier, des centaines d'étudiants et d'enseignants ont partiellement mis à sac et incendié, lundi 13 octobre, le siège du gouvernement de l'Etat de Guerrero.
Keystone
1 / 36

Le ministre mexicain de la Justice a estimé lundi 10 novembre qu'il serait très difficile d'identifier les restes carbonisés qui pourraient s'avérer être ceux des 43 étudiants disparus, précisant qu'il n'est possible de réaliser des tests ADN que sur deux fragments d'os.

Les experts ont fait savoir aux autorités qu'il y avait «deux restes, seulement une rotule et un autre fragment, qui peuvent» être soumis à des tests ADN, a déclaré Jesus Murillo Karam à la chaîne Televisa.

Les deux fragments vont être envoyés à un laboratoire qui «ne nous a pas dit s'il pourrait (les identifier), mais qu'il y avait une possibilité», a-t-il ajouté.

Aveux de trois membres d'un gang

Jesus Murillo Karam avait annoncé vendredi que trois membres présumés du groupe criminel des Guerreros Unidos avaient avoué avoir tué les 43 étudiants et les avoir fait brûler sur un gigantesque bûcher pendant 14 heures avant de disperser le contenu dans une rivière avoisinante.

Le scénario du massacre a toutefois été contesté par les parents de ces jeunes, qui ont considéré que les aveux de ces suspects n'avaient pas valeur de preuves. «Tant qu'il n'y a pas de preuves, nos enfants sont vivants», avait alors déclaré Felipe de la Cruz, porte-parole des parents.

Les policiers complices

Les étudiants avaient disparus après une attaque conjointe de policiers et de membres du crime organisé à Iguala le 26 septembre (Etat du Guerrero, sud) contre le bus qui les transportait. Cette attaque avait fait 6 morts, dont 3 étudiants.

Cette affaire provoque la colère au Mexique avec une nouvelle protestation violente lundi dans la ville touristique d'Acapulco.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.