McCain met Trump au défi de prouver ses dires

Etats-UnisPour le sénateur républicain, Trump doit prouver publiquement qu'Obama l'avait mis sous écoute ou s'excuser.

Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

John McCain a mis au défi dimanche le président américain Donald Trump de prouver comme il l'affirme que son prédécesseur Barack Obama l'avait placé sous écoute avant la présidentielle. Le sénateur conservateur de l'Arizona, adversaire malheureux de Barack Obama à la présidentielle de 2008, est coutumier des critiques à l'encontre de Donald Trump.

«Le président a deux options, soit se rétracter, soit fournir l'information que le peuple américain mérite», a déclaré le sénateur John McCain dans une interview à la chaîne CNN. «Je n'ai pas de raison de croire que c'est vrai, mais je crois aussi que le président des Etats-Unis peut éclaircir cela en une minute».

Un coup de fil

«Tout ce qu'il a à faire, c'est de prendre son téléphone, appeler le directeur de la CIA, le directeur du renseignement national et de dire 'OK, que s'est-il passé', car ils doivent certainement savoir si le précédent président des Etats-Unis avait placé sous écoute la Trump Tower.»

Donald Trump avait formulé le 4 mars des accusations explosives dans une série de tweets à l'encontre de son prédécesseur. Il affirmait que Barack Obama avait placé ses lignes sur écoute avant l'élection présidentielle. Le porte-parole de Barack Obama avait démenti ces allégations.

Démenti du chef du renseignement

James Clapper, chef du renseignement américain sous Barack Obama a affirmé dans une interview qu'aucune opération d'écoute n'avait été mise en oeuvre par les agences relevant de sa responsabilité contre Donald Trump.

Mais Donald Trump a persisté dans ses accusations et demandé que les commissions du congrès, qui enquêtent sur d'éventuelles ingérences de la Russie dans l'élection de novembre, se chargent aussi d'enquêter sur ces éventuelles écoutes.

Le président de la chambre des représentants Paul Ryan, qui fait partie d'un groupe de huit parlementaires qui accèdent à des informations classifiées, a dans une interview à la chaîne CBS News répondu «non» à la question de savoir s'il avait des raisons de soupçonner qu'il y avait une part de vérité dans les affirmations de Donald Trump.

Il a cependant souligné qu'il ne voulait pas «devancer les commissions (chargées) du renseignement et leur enquête approfondie». (ats/nxp)

Créé: 13.03.2017, 04h29

Articles en relation

La terreur des banquiers suisses éjectée par Trump

Etats-Unis Le procureur Preet Bharara avait terrassé la banque Wegelin et mené un combat sans relâche contre l’évasion fiscale en Suisse. Plus...

Des dizaines d'experts se dressent contre Trump

Décret migratoire Des responsables ont écrit au président américain, estimant que le nouveau décret migratoire fragilise la sécurité nationale. Plus...

Le procureur de Manhattan viré par Trump

Etats-Unis Preet Bharara, dont le poste avait été confirmé par Donald Trump dans un premier temps, avait refusé de démissionner. Plus...

Un juge coupe les ailes du décret migratoire de Trump

Etats-Unis Un juge fédéral américain a décidé de suspendre provisoirement la nouvelle loi pour l'épouse et l'enfant d'un Syrien déjà réfugié aux Etats-Unis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...