Passer au contenu principal

Etats-UnisLa NSA collecterait des millions d'adresses emails

Selon le Washington Post, l'agence de renseignement américaine intercepte des centaines de millions de contacts numériques via des comptes courriels de Yahoo!, Gmail ou Facebook.

En une journée, la NSA a intercepté 444'743 listes de contacts courriels de comptes Yahoo!, 82'857 de comptes Facebook, 33'697 de comptes Gmail.
En une journée, la NSA a intercepté 444'743 listes de contacts courriels de comptes Yahoo!, 82'857 de comptes Facebook, 33'697 de comptes Gmail.
DR, AFP

L’agence américaine de renseignement NSA collecte des centaines de millions de listes de contacts numériques d’Américains via leurs courriels ou leurs messageries instantanées, indique mardi le Washington Post, citant des documents de l’ancien consultant de la NSA Edward Snowden.

En une seule journée en 2012, la NSA a intercepté 444'743 listes de contacts courriels de comptes Yahoo!, 82'857 de comptes Facebook, 33'697 de comptes Gmail, et 22'881 d’autres fournisseurs internet, précise la NSA dans une présentation publiée par le journal américain. Extrapolés sur une année, ces chiffres correspondraient à la collecte de 250 millions de listes de contacts courriels par an.

Ce qui voudrait dire que des millions, voire des dizaines de millions d’Américains sont concernés par cette collecte, ont indiqué au journal deux hauts responsables du renseignement américain.

Bien plus que des adresses numériques

Ces listes contiennent davantage d’informations que les métadonnées téléphoniques car, dans ces contacts courriels (d’emails), il y a aussi des numéros de téléphone, des adresses physiques, des informations économiques ou familiales, et parfois les premières lignes d’un message.

La NSA intercepte ces listes «au vol», quand elles se retrouvent dans des échanges internet, plutôt qu’«au repos», dans les serveurs des ordinateurs. Et de ce fait, la NSA n’a pas besoin de le notifier aux groupes internet qui abritent ces informations, comme Yahoo!, Google ou Facebook.

«Partout dans le monde»

L’agence les intercepte à partir de points d’accès situés «partout dans le monde» mais pas aux États-Unis, ont précisé les responsables du renseignements. Ce qui permet à la NSA de contourner l’interdiction qui lui est faite d’intercepter des informations sur des Américains à partir du territoire américain, expliquent-ils.

Mi-août, le président américain Barack Obama avait promis de revoir les programmes américains de surveillance, après les débats provoqués par les révélations d’Edward Snowden, qui avait fait état de vastes et secrets programmes de collecte de données téléphoniques mais aussi numériques.

Petit guide des scandales de la NSA:

Selon des documents divulgués par Edward Snowden et dévoilés jeudi 2 janvier 2014 par le Washington Post, la NSA est tout près de créer un «ordinateur quantique» à même de décrypter presque n'importe quel encodage. Ici l'entrée du quartier général de la National Security Administration (NSA) à Fort Meade dans le Maryland aux Etats-Unis, le 22 décembre 2013.
Selon des documents divulgués par Edward Snowden et dévoilés jeudi 2 janvier 2014 par le Washington Post, la NSA est tout près de créer un «ordinateur quantique» à même de décrypter presque n'importe quel encodage. Ici l'entrée du quartier général de la National Security Administration (NSA) à Fort Meade dans le Maryland aux Etats-Unis, le 22 décembre 2013.
EPA, Keystone
Le premeir scandale de la NSA a explosé le 7 juin 2013, lorsqu'Edward Snowden a révélé au monde l'existence de Prism, un programme d'espionnage généralisé sur le Net.
Le premeir scandale de la NSA a explosé le 7 juin 2013, lorsqu'Edward Snowden a révélé au monde l'existence de Prism, un programme d'espionnage généralisé sur le Net.
Keystone
Victime des écoutes de la NSA: Angela Merker: son téléphone portable est sous écoute depuis 2002.
Victime des écoutes de la NSA: Angela Merker: son téléphone portable est sous écoute depuis 2002.
Reuters
1 / 5

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.