Passer au contenu principal

Etats-UnisObama: «Yes we can» à l'épreuve du pouvoir

Les tempes blanchies, Barack Obama quitte le Bureau ovale à 55 ans fort d'une popularité au zénith. Mais que restera-t-il de ses deux mandats?

Le président américain Barack Obama se prépare à quitter la Maison Blanche. Son dernier appel à un dirigeant étranger a été réservé à la chancelière allemande Angela Merkel. (Jeudi 19 janvier 2017)
Le président américain Barack Obama se prépare à quitter la Maison Blanche. Son dernier appel à un dirigeant étranger a été réservé à la chancelière allemande Angela Merkel. (Jeudi 19 janvier 2017)
AFP
Barack Obama a tenu sa dernière conférence de presse à la Maison Blanche. (mercredi 18 janvier). Il a déclaré que Washington avait intérêt à avoir des liens «constructifs» avec Moscou.
Barack Obama a tenu sa dernière conférence de presse à la Maison Blanche. (mercredi 18 janvier). Il a déclaré que Washington avait intérêt à avoir des liens «constructifs» avec Moscou.
Keystone
«Yes we did» (Oui, nous l'avons fait), un clin d'oeil au slogan «Yes we can» (Oui, nous le pouvons) de sa première campagne électorale, ont été les derniers mots du président Obama avant un tiré de rideau sous des applaudissements nourris. (Mercredi 11 janvier 2017)
«Yes we did» (Oui, nous l'avons fait), un clin d'oeil au slogan «Yes we can» (Oui, nous le pouvons) de sa première campagne électorale, ont été les derniers mots du président Obama avant un tiré de rideau sous des applaudissements nourris. (Mercredi 11 janvier 2017)
AFP
1 / 12

Arrivé à la Maison Blanche en vantant «l'audace d'espérer», Barack Obama sait que sa place dans les livres d'histoire sera toujours mesurée à l'aune des attentes démesurées que son élection avait suscitées, aux Etats-Unis et ailleurs.

Au-delà d'un large sourire, d'un calme à toute épreuve et d'une élégance dans l'exercice du pouvoir unanimement saluée, que restera-t-il des deux mandats du président démocrate ?

De la baisse marquée du chômage à la mort d'Oussama Ben Laden, en passant par l'accord sur le nucléaire iranien, l'ouverture à Cuba ou encore l'accord mondial sur le climat, le premier président noir de l'histoire des Etats-Unis peut revendiquer de réelles avancées. Mais un rêve s'est perdu en chemin: celui d'une Amérique réconciliée.

Divisions profondes

Les années de blocages caricaturaux avec le Congrès et l'élection de Donald Trump à l'issue d'une campagne d'une agressivité inouïe ont prouvé combien le pays est traversé de profondes lignes de fracture.

Divisions politiques bien sûr, avec deux blocs, républicains et démocrates, qui refusent le dialogue jusqu'à gripper la machine démocratique. Divisions raciales aussi, qui sont remontées en pleine lumière avec une vigueur insoupçonnée. Soucieux de ne pas être «le président des Noirs», M. Obama n'était, paradoxalement, peut-être pas le mieux placé pour faire bouger les lignes.

La pilule est amère pour celui qui affirmait en 2004, lors du discours qui allait le projeter sur le devant de la scène, qu'il n'y avait pas «une Amérique progressiste et une Amérique conservatrice», pas «une Amérique noire et une Amérique blanche». Comme si ce président calme et raisonné, un peu trop docte et professoral, n'avait pas pris le pouls ni saisi les peurs de cette «autre Amérique», celle d'une classe moyenne blanche effrayée par le tourbillon de la mondialisation.

Rude apprentissage du pouvoir

Les tempes blanchies, Barack Hussein Obama quitte le Bureau ovale à 55 ans fort d'une popularité au zénith, similaire à celle de Ronald Reagan au même stade. Pour ce relatif novice en politique, qui promettait dans une campagne menée au rythme des «Yes we can» de transformer fondamentalement le pays, l'apprentissage du pouvoir fut rude.

Arrivé aux affaires à l'âge de 47 ans, il admet volontiers avoir sous-estimé les pesanteurs de Washington. Et n'a pu que déplorer le tir de barrage systématique des républicains du Congrès même s'il a incontestablement manqué de souplesse et d'habileté dans ses relations avec le Capitol.

Confronté à son arrivée à un véritable chaos économique, financier et immobilier - des pans entiers de l'industrie sont au bord du gouffre -, il fait passer dans la douleur un plan de relance de 800 milliards de dollars.

Puis fait voter, à l'issue d'une bataille parlementaire homérique, une réforme du système d'assurance maladie, surnommée «Obamacare», sur laquelle tous ses prédécesseurs s'étaient cassé les dents. Vingt millions d'Américains bénéficient aujourd'hui de ce programme dont Donald Trump a juré de se débarrasser.

Prix Nobel empoisonné

Sur le front des affaires étrangères, le bilan est contrasté. Le prix Nobel de la paix en 2009, fut, à cet égard, presque un cadeau empoisonné. Barack Obama fut récompensé, a priori, pour le souffle qu'il avait fait naître là où nombre de «géants de l'histoire», selon ses termes, le furent pour leur «travaux».

L'ancien sénateur de l'Illinois peut légitimement revendiquer une rupture nette avec les années Bush. Il a orchestré le retrait des troupes américaines d'Irak et d'Afghanistan (passées de 180'000 à 15'000), et interdit le recours à la torture utilisée par la CIA après le 11 septembre 2001.

En réintégrant l'Iran dans le jeu diplomatique, en affirmant haut et fort que l'Amérique avait d'autres priorités - Asie et Afrique en tête - que le seul Moyen-Orient, le président des Etats-Unis a tenté de rebattre les cartes. Mais sa prudence et sa passivité face à la guerre en Syrie fait peser une ombre sur ses années au «1600 Pennsylvania Avenue».

Tout en rejetant les critiques, il a fini par admettre une forme d'impuissance. «Je me demande régulièrement: y avait-il une initiative à laquelle nous n'avons pas pensé ? Y avait-il une voie, au-delà de celles qui m'ont été présentées, que Churchill ou Eisenhower auraient imaginée ?».

Discours ciselés

Sur certains dossiers, comme sur le climat, ce spécialiste de droit constitutionnel a appris et su s'adapter. De l'immense déception du sommet de Copenhague en 2009, il retient une évidence: rien ne se fera sans un axe commun Washington/Pékin. C'est sur ce dernier que se construira largement le succès de l'accord de Paris fin 2015.

Sur d'autres, du conflit israélo-palestinien à la prison de Guantanamo, il a clairement échoué. Deux jours après son arrivée au pouvoir, il signe un décret visant à fermer la prison installée à Cuba sous un an. Huit ans plus tard, le camp compte moins de détenus, mais est toujours là.

De la présidence de Barack Obama, orateur de talent, resteront aussi un ensemble de discours ciselés. A Charleston, où neuf Noirs ont péri sous les balles d'un partisan de la suprématie blanche, il trouve sur des accents de «preacher» les mots du réconfort avant d'entonner «Amazing Grace», repris avec ferveur par des milliers de personnes.

A Athènes, il reconnait combien l'exercice démocratique, «comme toute affaire humaine» était imparfait, parfois «lent, frustrant, confus». A Chicago, terre de son apprentissage politique, il tente dans son ultime discours de faire appel une dernière fois à l'énergie qui l'avait porté au pouvoir, un soir en 2008: «Je vous demande de croire en votre capacité à être acteurs du changement».

Optimiste jusqu'au bout

Conscient que son bilan pourrait, dans une large mesure, être rapidement détricoté par son successeur, Barack Obama aura gardé jusqu'au bout un optimisme farouche, sa marque de fabrique, louée par certains, moquée par d'autres.

«Je suis profondément convaincu que ça va aller», a-t-il lancé mercredi lors de sa dernière conférence de presse. «Ce n'est pas seulement Obama-le-calme. C'est ce que je crois vraiment».

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.