L'oléoduc de Trump met Trudeau dans l'embarras

Keystone XLLe projet pétrolier américain met le leader canadien face à ses contradictions. Alors, climat ou économie ?

Justin Trudeau, qui s'est fait le défenseur du climat et a créé une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre est aussi à la tête d'un important pays producteur de pétrole. L'équilibre est délicat. (Image d'archive - 13 février 2017).

Justin Trudeau, qui s'est fait le défenseur du climat et a créé une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre est aussi à la tête d'un important pays producteur de pétrole. L'équilibre est délicat. (Image d'archive - 13 février 2017). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le feu vert du président américain Donald Trump à la construction de l'oléoduc Keystone XL est une pierre dans le jardin du premier ministre canadien Justin Trudeau. Depuis son élection en 2015, ce dernier martèle que l'économie et la protection de l'environnement peuvent aller de pair.

«Cette décision fait du tort au gouvernement Trudeau, qui aurait été satisfait de voir le projet Keystone XL tomber en désuétude du côté américain et ne pas avoir à assumer les conséquences politiques de son approbation», estime Matthew Hoffmann, professeur de sciences politiques à l'université de Toronto.

Avec une croissance économique tirée par l'énergie (10% du produit intérieur brut), le Canada est au sixième rang des pays producteurs de pétrole. Ce qui n'a pas empêché Justin Trudeau d'affirmer en janvier vouloir «mettre un terme progressivement» à l'exploitation des sables bitumineux et faire cesser la «dépendance» du Canada aux hydrocarbures.

Sa déclaration lui a valu les foudres de l'industrie pétrolière qui, deux mois plus tôt, l'avait encensé après sa décision de construire deux nouveaux oléoducs.

Politiques contradictoires

L'approbation du projet d'oléoduc controversé Keystone XL, reliant la province de l'Alberta et les Etats-Unis, qui avait été suspendue par l'administration du président américain Barack Obama, est donc un revers de plus à la promotion de l'économie verte par le gouvernement libéral, mais permet de calmer les critiques provenant du secteur des hydrocarbures.

«Il est clair que Justin Trudeau promeut deux politiques contradictoires. Il fait de grands discours sur les changements climatiques, la réduction des gaz à effet de serre et les énergies renouvelables, tout en approuvant deux oléoducs malgré une forte opposition», analyse Jean-Thomas Bernard, professeur d'économie à l'université d'Ottawa.

Après avoir prêché les vertus de l'environnement à la conférence sur le climat de Paris fin 2015, Justin Trudeau a réussi, dans la douleur, à imposer une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre. Avec le Keystone XL, il trouve grâce auprès des pétroliers et espère limiter les dommages politiques puisque la décision en revient à Donald Trump.

Enorme déficit budgétaire

«La position que Justin Trudeau essaie de tenir est de rester ouvert à une exploitation des sables bitumineux, tout en faisant la promotion d'un plan de lutte contre les changements climatiques ambitieux», confie à l'AFP Pierre-Olivier Pineau, spécialiste en énergie à HEC Montréal.

Au grand dam des écologistes, le premier ministre s'est dit «très heureux» de la construction de cet oléoduc géant, car «l'acheminement de nos productions jusqu'aux marchés est essentiel pour la croissance économique canadienne».

«M. Trudeau voudrait que le secteur pétrolier tourne à nouveau à plein régime. Il fait face à un énorme déficit budgétaire et n'a aucun plan pour le réduire (...) Pour cela, il lui faut une forte activité économique», mentionne Jean-Thomas Bernard.

Le chef du gouvernement libéral entretient une image de leader de la lutte contre les changements climatiques, mais son discours doit désormais s'adapter à la nouvelle administration américaine, car les Etats-Unis, premier partenaire commercial, absorbent les trois quarts des exportations canadiennes.

Levée de bouclier

«Ce projet va provoquer une importante levée de boucliers à gauche et au sein des écologistes, ce qui est un défi pour un parti centriste comme le parti libéral de Justin Trudeau», selon Matthew Hoffmann. «Cela met à mal ses engagements environnementaux, particulièrement si cela favorise le développement de l'exploitation des sables bitumineux», poursuit-il.

De toute façon, «cela ne sert à rien de fermer l'industrie canadienne si c'est pour que le pétrole soit produit ailleurs sur terre», tempère Pierre-Olivier Pineau, rappelant que la forte intégration des économies canadienne et américaine réduit la marge de manoeuvre politique du Canada.

Début mars, un rapport du Sénat avait noté que «si les Etats-Unis (revenaient) sur leurs objectifs de réduction d'émissions et sur l'accord de Paris», alors «les efforts de coopération mondiale de lutte contre le changement climatique» seraient vains. «Le reproche que l'on devrait faire à Justin Trudeau, c'est de ne pas être beaucoup plus agressif dans une réforme de nos sociétés pour nous amener à moins consommer», conclut Pierre-Olivier Pineau. (ats/nxp)

Créé: 27.03.2017, 06h56

Articles en relation

Feu vert de Trump pour l'oléoduc controversé

USA Malgré les protestations, Donald Trump a confirmé le lancement de la construction de l'oléoduc géant Keystone XL. Plus...

Tillerson s'est récusé du dossier Keystone XL

Oléoduc Le secrétaire d'Etat américain ne jouera aucun rôle dans la demande de permis déposée auprès du gouvernement pour construire l'oléoduc. Plus...

TransCanada dépose une demande de construction

Energie La compagnie canadienne, soutenue par Donald Trump, a demandé au gouvernement américain d'autoriser la construction de l'oléoduc controversé Keystone XL. Plus...

Donald Trump relance deux projets d'oléoducs

Etats-Unis Le président américain a signé des décrets permettant la construction de l'oléoduc Keystone XL et de celui du Dakota. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.