Passer au contenu principal

Présidentielle américaineVifs échanges entre les candidats à la vice-présidence

Joe Biden et Paul Ryan ont eu de vifs échanges lors du débat télévisé crucial pour les démocrates. Le face à face fut rythmé et s’est déroulé dans une certaine bonne humeur.

Les candidats à la vice-présidence, Paul Ryan (à gauche) et Joe Biden.
Les candidats à la vice-présidence, Paul Ryan (à gauche) et Joe Biden.
Reuters

Le débat a été transmis en direct jeudi soir (tôt vendredi matin en Suisse) depuis Danville, dans le Kentucky. Ce débat a été mené d’une main ferme par la journaliste Martha Raddatz d’ABC News.

Il a débuté par un échange sur les responsabilités de l’administration dans l’attaque du consulat de Benghazi, en Libye, le 11 septembre, où l’ambassadeur américain a été tué. «Nous irons jusqu’au fond de l’affaire. Et où que nous mènent les faits, et quels qu’ils soient, nous en ferons part aux Américains. Car quelles que soient les erreurs qui ont été faites, elles ne seront pas répétées», a affirmé Joe Biden.

Paul Ryan a répliqué qu’il avait «fallu deux semaines au président pour reconnaître qu’il s’agissait d’une attaque terroriste» et reproché à l’administration d’avoir changé de version sur le scénario de l’attaque. «Quand nous donnons l’impression d’être faibles, nos ennemis sont plus enclins à nous tester», a-t-il lancé.

Matériel nucléaire

L’Iran a aussi fait l’objet d’un échange vif sur la politique étrangère de Barack Obama depuis sa prise de fonctions. Le républicain a affirmé que la sécurité des Etats-Unis a été affaiblie en quatre ans.

«Quand Barack Obama a été élu, (les Iraniens) avaient assez de matériel nucléaire pour fabriquer une bombe. Aujourd’hui, ils en ont assez pour cinq», a accusé Paul Ryan.

«Incroyable !», a répliqué le vice-président, très offensif. «Les Israéliens et les Etats-Unis, ainsi que tous les services de renseignement militaires arrivent aux mêmes conclusions quant au fait de savoir si l’Iran est proche d’avoir une arme nucléaire. Ils en sont encore assez loin». «Nous ne laisserons pas les Iraniens avoir l’arme nucléaire», a ajouté le vice-président.

Classe moyenne

Très décontracté, Biden, 69 ans, est un vétéran de la politique, élu six fois au Sénat des Etats-Unis. Cet orateur coutumier des grands débats a ri à de très nombreuses reprises au cours de ce débat où ont été abordées des questions centrées sur le niveau d’imposition de la classe moyenne ou l’économie.

Paul Ryan, 42 ans, qui a été élu sept fois au Congrès, mais n’a jamais participé à un tel face à face, est apparu beaucoup plus appliqué. «Au bout de quatre ans, Mitt Romney et moi-même assumerons la responsabilité de notre bilan», a-t-il lancé.

Obama «très fier»

Barack Obama s’est dit «très fier» de Joe Biden après sa prestation dans le débat. «Je veux souligner que Joe Biden a été excellent», a dit le président.

«Je pense vraiment que sa volonté d’oeuvrer pour la classe moyenne s’est imposée. Je suis très fier de lui», a ajouté Barack Obama qui revenait d’un déplacement de campagne à Miami en Floride.

C’est la deuxième fois de son histoire que la petite ville de Danville reçoit un tel débat entre les prétendants à la vice-présidence du pays. Leurs échanges pourraient avoir été suivis par des dizaines de millions de téléspectateurs. Les deux derniers débats Obama/Romney sont prévus les 16 et 22 octobre.

ats/afp

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.