Le procès du tueur fou de la base militaire texane s'ouvre

JusticeLe procès de Nidal Hasan, accusé d'avoir tué 13 personnes en 2009 sur la base militaire de Fort Hood, au Texas, s'ouvre ce mardi. L'ex-psychiatre de l'armée américaine assure sa défense, seul.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nidal Hasan est désormais face à la justice et à ses victimes rescapées. L'ex-psychiatre de l'armée américaine qui avait tué 13 personnes en 2009 sur la base militaire américaine de Fort Hood au Texas, assurera lui-même sa défense.

Accusé d'avoir tué 13 personnes et d'en avoir blessé 32 autres lors de la fusillade survenue en novembre 2009 sur cette base militaire, le commandant de 42 ans, né en Virginie de parents palestiniens, encourt la peine de mort. Après avoir congédié ses avocats, il a obtenu le droit de se représenter lui-même tout au long de son procès en cour martiale.

A la perspective d'être interrogée à la barre par l'accusé lui-même, Kimberley Munley, ex-officier de police de la base militaire, blessée lors de la fusillade, a reconnu «ne pas avoir un bon pressentiment à ce sujet». «Je pense qu'il fait cela pour continuer à se moquer de nous et à nous persécuter».

L'un des principaux témoins du gouvernement, un autre rescapé de la fusillade, a quant à lui confié qu'il comptait garder son calme lors du procès, malgré le fait que Hasan ait tiré à cinq reprises sur lui.

Hasan a déjà admis avoir tué 13 personnes et blessé des dizaines d'autres à Fort Hood. Les lois militaires lui interdisent cependant de plaider coupable car les chefs d'accusation lui font encourir la peine capitale.

Intenses critiques

La fusillade de novembre 2009 est la pire jamais survenue sur une base militaire américaine dans l'histoire du pays. Le drame avait choqué l'opinion américaine. Le haut commandement de l'armée avait été soumis à d'intenses critiques pour avoir ignoré des signes avant-coureurs dans le comportement de Hasan. Selon le FBI, il correspondait par courriel avec l'imam radical Anwar Al-Aulaqi, tué en septembre 2011.

L'accusé, qui se préparait à être déployé en Afghanistan avant son attaque, a déclaré avoir commis cet acte afin de défendre ses frères musulmans contre une guerre «illégale».

Sauver la vie de musulmans

Certains experts juridiques prédisent que l'accusé va tenter de prouver qu'il a voulu sauver la vie de musulmans en Afghanistan en ouvrant le feu. La juge Osborn a estimé que le procès pourrait durer entre un et quatre mois.

Nidal Hasan est devenu paraplégique après avoir reçu une balle lors de la fusillade. (ats/nxp)

Créé: 06.08.2013, 16h52