Quatre nouveaux morts dans des manifestations

BolivieLa crise qui secoue la Bolivie depuis fin octobre a fait 23 morts, la sénatrice Jeanine Añez a pris le pouvoir suite à la démission d'Evo Morales.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quatre personnes ont été tuées samedi dans des manifestations en Bolivie, portant à au moins 23 morts le bilan depuis fin octobre et le début de la crise qui secoue le pays, a annoncé la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH).

La CIDH, un organe de l'Organisation des Etats américains (OEA), a également recensé au moins 122 blessés depuis vendredi, a-t-elle précisé sur son compte Twitter. La CIDH a dénombré neuf décès depuis vendredi, des chiffres corroborés par le Défenseur du peuple (équivalent du Défenseur des droits en France) de Cochabamba (centre), fief de l'ex-président Evo Morales, qui a démissionné le 10 novembre.

Des affrontements opposent des partisans de l'ancien chef de l'Etat socialiste aux forces de l'ordre depuis que la sénatrice de droite Jeanine Añez a pris le pouvoir.

Ce bilan depuis vendredi diffère cependant de celui établi par le gouvernement, qui le maintient à cinq morts à ce jour. Jerjes Justiniano, ministre de la Présidence, a dit à des journalistes samedi soir qu'il allait demander «aux médecins-légistes d'accélérer leur travail», sans confirmer ce nouveau bilan.

La CIDH a par ailleurs jugé «grave» le décret pris jeudi par Jeanine Añez qui autorise la participation de l'armée dans le maintien de l'ordre tout en l'exonérant de toutes responsabilités pénales. Evo Morales a critiqué ce décret sur Twitter en estimant qu'il donnait «carte blanche et impunité pour massacrer le peuple».

Evo Morales, 60 ans, s'était proclamé vainqueur de la présidentielle du 20 octobre, prétendant ainsi effectuer un quatrième mandat. Mais l'opposition a crié à la fraude et de nombreuses manifestations, parfois très violentes, ont eu lieu. Une mutinerie au sein de la police et enfin son lâchage par l'armée l'ont poussé à quitter la présidence. (afp/nxp)

Créé: 17.11.2019, 04h17

Articles en relation

Guaido mobilise ses troupes contre Maduro

Venezuela Espérant tirer parti des événements en Bolivie, l'opposant vénézuelien a réuni plusieurs milliers de manifestants hostiles à Nicolas Maduro samedi à Caracas. Plus...

«C'est un développement extrêmement dangereux»

Crise en Bolivie La violente répression menée par le nouveau gouvernement bolivien inquiète l'ONU, qui dénonce un «usage disproportionné de la force». Plus...

Cinq paysans pro-Morales tués par la police

Bolivie Les affrontements continuent dans tout le pays alors que la présidente par intérim a menacé Morales de poursuites. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.