Passer au contenu principal

Quatre nouveaux morts dans des manifestations

La crise qui secoue la Bolivie depuis fin octobre a fait 23 morts, la sénatrice Jeanine Añez a pris le pouvoir suite à la démission d'Evo Morales.

La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce. (Dimanche 9 février 2020)
La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce. (Dimanche 9 février 2020)
AFP
L'ancien président bolivien Evo Morales a officialisé lundi sa candidature au Sénat lors des élections législatives du 3 mai. (Mardi 4 février 2020)
L'ancien président bolivien Evo Morales a officialisé lundi sa candidature au Sénat lors des élections législatives du 3 mai. (Mardi 4 février 2020)
Keystone
Lundi à 21h00 (03h00 en Suisse mardi), la page web du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE) donnait Evo Morales (photo) en tête, avec 46,87% des voix, creusant l'écart avec son principal adversaire Carlos Mesa. (Lundi 21 octobre)
Lundi à 21h00 (03h00 en Suisse mardi), la page web du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE) donnait Evo Morales (photo) en tête, avec 46,87% des voix, creusant l'écart avec son principal adversaire Carlos Mesa. (Lundi 21 octobre)
1 / 56

Quatre personnes ont été tuées samedi dans des manifestations en Bolivie, portant à au moins 23 morts le bilan depuis fin octobre et le début de la crise qui secoue le pays, a annoncé la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH).

La CIDH, un organe de l'Organisation des Etats américains (OEA), a également recensé au moins 122 blessés depuis vendredi, a-t-elle précisé sur son compte Twitter. La CIDH a dénombré neuf décès depuis vendredi, des chiffres corroborés par le Défenseur du peuple (équivalent du Défenseur des droits en France) de Cochabamba (centre), fief de l'ex-président Evo Morales, qui a démissionné le 10 novembre.

Des affrontements opposent des partisans de l'ancien chef de l'Etat socialiste aux forces de l'ordre depuis que la sénatrice de droite Jeanine Añez a pris le pouvoir.

Ce bilan depuis vendredi diffère cependant de celui établi par le gouvernement, qui le maintient à cinq morts à ce jour. Jerjes Justiniano, ministre de la Présidence, a dit à des journalistes samedi soir qu'il allait demander «aux médecins-légistes d'accélérer leur travail», sans confirmer ce nouveau bilan.

La CIDH a par ailleurs jugé «grave» le décret pris jeudi par Jeanine Añez qui autorise la participation de l'armée dans le maintien de l'ordre tout en l'exonérant de toutes responsabilités pénales. Evo Morales a critiqué ce décret sur Twitter en estimant qu'il donnait «carte blanche et impunité pour massacrer le peuple».

Evo Morales, 60 ans, s'était proclamé vainqueur de la présidentielle du 20 octobre, prétendant ainsi effectuer un quatrième mandat. Mais l'opposition a crié à la fraude et de nombreuses manifestations, parfois très violentes, ont eu lieu. Une mutinerie au sein de la police et enfin son lâchage par l'armée l'ont poussé à quitter la présidence.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.