Passer au contenu principal

Robert Mueller refuse de blanchir Donald Trump

Le procureur spécial qui a mené l’enquête sur l’ingérence russe dans la présidentielle américaine, est sorti de son silence mercredi. Il a souligné qu’il ne pouvait légalement pas poursuivre le président des Etats-Unis.

Robert Mueller est un ancien directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI). Il est aujourd'hui procureur spécial chargé d'enquêter sur l'ingérence Russe dans l'élection de Trump.
Robert Mueller est un ancien directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI). Il est aujourd'hui procureur spécial chargé d'enquêter sur l'ingérence Russe dans l'élection de Trump.
Getty Images

L’énigmatique Robert Mueller a brisé son silence mercredi et refusé de blanchir Donald Trump des soupçons d'entrave à la Justice. «Si nous étions convaincus que le président n’avait clairement pas commis de crime, nous l’aurions dit», a déclaré le procureur spécial lors d’un point presse à Washington. Après avoir enquêté pendant 2 ans sur l’ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016 et sur les tentatives présumées d’entrave à la justice de la part du président des Etats-Unis et de son entourage, Robert Mueller a souligné qu’il n’avait pas la latitude de poursuivre Donald Trump tant que celui-ci était à la Maison Blanche. «C’est anticonstitutionnel», a affirmé l’ancien patron du FBI en faisant référence aux règles en vigueur au sein du Département américain de la Justice. «Poursuivre le président pour un crime n’était dans ces conditions pas une option que nous pouvions considérer».

Depuis la publication à la fin mars d’une version expurgée du rapport de 448 pages sur les efforts russes pour influencer le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2016, l’opposition démocrate à Donald Trump au Congrès s’est concentrée sur les soupçons d’entrave à la justice pesant sur le président. Les parlementaires voulaient faire témoigner Robert Mueller pour tenter de lever voile sur les parties censurées du rapport. Ils voulaient aussi tenter de comprendre la décision de celui-ci de ne pas recommander des poursuites contre Donald Trump malgré une série d’actions de la part du président considérées par des dizaines d’anciens procureurs fédéraux comme des efforts pour freiner l’enquête du procureur spécial.

Robert Mueller a indiqué mercredi qu’il n’avait pas l’intention d’accepter l’invitation des élus. «Nous avons choisi nos mots avec soin et notre travail parle pour lui-même», a déclaré le procureur spécial de 74 ans au moment d’annoncer sa démission. «Ce rapport est mon témoignage». L’ancien patron du FBI, un républicain comme Donald Trump, a souligné que la Russie avait entrepris des «efforts multiples et systématiques» pour influencer le résultat de présidentielle de 2016 et «faire du tort à un candidat». Il a affirmé avoir eu des «éléments de preuves insuffisants» pour conclure à un complot potentiel entre le Kremlin et la campagne de Donald Trump.

Le président des Etats-Unis a aussitôt réagi à la prise de position de Robert Mueller. «Rien ne change au rapport Mueller», a-t-il déclaré sur Twitter. «Il n’y avait pas assez de preuves et, en conséquence, une personne est innocente dans notre pays. L’affaire est close! Merci». Brad Parscale, le chef de campagne du président a affirmé à tort que Donald Trump avait été «totalement et complètement blanchi». Un refrain répété Alyssah Farah, la porte-parole du vice-président Mike Pence.

Dans le camp démocrate, les réactions sont radicalement différentes. Jerry Nadler, l’un des députés de la majorité démocrate à la Chambre des Représentants menant l’une des multiples enquêtes sur le président et son administration, a souligné la décision de Robert Mueller de ne pas blanchir Donald Trump. «Etant donné que le procureur spécial n’a pas pu poursuivre le président pour des crimes, c’est au Congrès de répondre aux crimes, mensonges et méfaits du président Trump», a martelé l’élu new-yorkais dans un communiqué. «Et nous le ferons».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.