Le shutdown a provoqué un baby-boom à Washington

Etats-UnisEn octobre 2013, l'économie américaine s'était arrêtée pendant 15 jours pour cause de désaccord sur le budget. Neuf mois plus tard, les naissances connaissent un pic dans la région de Washington

La région de Washington connaît un pic de naissances 9 mois après le shutdown.

La région de Washington connaît un pic de naissances 9 mois après le shutdown. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Souvenez-vous: du 1er au 16 octobre 2013, les Etats-Unis étaient au bord du défaut de paiement en raison d'un «shutdown» dû à de gros désaccords entre démocrates et républicains sur le budget. Plus de 800'000 fonctionnaires fédéraux s'étaient retrouvés au chômage technique et bon nombre de services publics avaient dû fermer. Corollaire: les employés se sont visiblement occupés autrement puisque les maternités de Washington enregistrent ces jours-ci un pic de naissances...

«Ni vous, ni votre conjoint ne pouvez aller au travail. Une semaine passe. Puis deux. Vous vous ennuyez. Vous êtes adultes. Vous partagez votre lit», explique le Washington Post qui se fait l'écho de ce baby-boom. Il conclut :«Neuf mois plus tard, vous êtes dans une maternité bizarrement bondée.»

Le quotidien américain a interrogé une sage-femme du Sibley Memorial Hospital qui raconte: «On nous demande souvent ces jours-ci ce qu'il se passe. Alors nous rappelons aux gens: vous êtes à Washington, vous vous rappelez ce qu'il s'est passé il y a 9 mois?»

30% de naissances en plus

Dans certains hôpitaux de la région, on remarque jusqu'à 30% de naissances en plus qu'à l'accoutumée ces jours-ci. Et comme par hasard, ce sont chez les femmes employées de l'administration fédérale qui sont les plus concernées... Une fonctionnaire qui vient de donner naissance à une petite fille raconte ainsi: «Le shutdown était stressant, personne ne savait quand on allait être payés. Mais j'ai passé d'excellents moments. Je suis allée manger avec mes collègues, pris du temps avec ma famille et mon ménage et me suis simplement relaxée.» Au point d'être parfaitement disposée pour les câlins avec son époux le soir venu, s'amuse-t-elle.

Mais ce boom des naissances ne se remarque pas partout. Au niveau national, la natalité frôle toujours des taux historiquement bas, rappelle le Washington Post. (nxp)

Créé: 30.07.2014, 10h09

Articles en relation

Le budget américain en passe d'être accepté

Etats-Unis La chambre américaine vient d'adopter le budget en respectant les délais impartis. Le Sénat va désormais voter, faisant ainsi s'éloigner le psychodrame du shutdown. Plus...

Shutdown: 2 milliards de dollars de salaires versés en vain

Etats-Unis La Maison Blanche a affirmé jeudi que la paralysie de l'Etat fédéral début octobre s'était traduite par une perte de deux milliards de dollars rien que pour les salaires versés aux fonctionnaires mis en congés forcés. Plus...

Les frères Koch ont-ils suscité le shutdown?

Etats-Unis Deux milliardaires américains sont dans le viseur des Démocrates: David et Charles Koch auraient usé de toute leur influence pour bloquer le budget au Congrès. Les conservateurs crient à la théorie du complot. Plus...

Le «Shutdown» est levé... et maintenant?

Etats-Unis L'accord intervenu mercredi 16 octobre à Washington règle provisoirement la question du plafond de la dette et permet de rouvrir les services publics. C'est donc la fin du shutdown. Mais que va-t-il se passer? Plus...

Le monde a les yeux rivés sur le Sénat américain

«Shutdown» Le Sénat américain cherche à mettre fin à la crise budgétaire qui paralyse les Etats-Unis. Quatre jours avant le défaut de paiement de la dette, le pays est dans une situation délicate. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.