Sony Pictures victime d'un «vol de données confidentielles»

CinémaLe studio de cinéma Sony Pictures a admis avoir été victime de vol massif de données confidentielles concernant ses employés ainsi que des films qui ne sont pas encore à l'affiche.

Le film «Fury» dans lequel joue Brad Pitt a été piraté lors d'une cyberattaque visant le studio Sony Pictures.

Le film «Fury» dans lequel joue Brad Pitt a été piraté lors d'une cyberattaque visant le studio Sony Pictures. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les deux dirigeants de Sony Pictures ont reconnu que le studio de cinéma avait été victime d'un vol «très important de données confidentielles» au cours d'une attaque informatique sophistiquée. «Des données personnelles d'employés, de l'entreprise et de tiers» ont notamment été dérobées.

Cinq films de Sony Pictures, y compris certains pas encore sur les écrans comme «Annie» et «Still Alice», ont été illégalement mis sur Internet et massivement téléchargés. «Fury», «Mr Turner» et «To write Love on her arms» ont aussi été piratés, ont écrit dans un mémo envoyé mardi soir aux milliers d'employés du groupe les codirecteurs Michael Lynton et Amy Pascal.

Cette cyberattaque est «un acte criminel malveillant et nous travaillons étroitement avec les autorités», précise le mémo. Les deux dirigeants se disent «profondément attristés».

Enquête du FBI

Le FBI a confirmé enquêter sur l'affaire. Une porte-parole de Sony a précisé que «l'enquête sur cette attaque informatique très sophistiquée se poursuivait». Elle a aussi démenti des informations du site Internet technologique Re/Code qui indiquait que Sony allait officialiser la source de l'attaque comme venant de la Corée du Nord.

Le site Internet affirmait que Sony soupçonnait le gouvernement nord-coréen d'avoir voulu se venger de la diffusion du film satirique «L'Interview qui tue!», dépeignant un complot de la CIA pour assassiner le numéro un de la Corée du Nord.

Le film avait rendu furieux Pyongyang, les médias d'Etat promettant des «représailles impitoyables». (ats/nxp)

Créé: 04.12.2014, 08h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.