Passer au contenu principal

Etats-UnisTrump garde secrète la liste de ses visiteurs

L'administration Trump a décidé que la liste des visiteurs à la Maison Blanche serait à nouveau confidentielle.

Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)
Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)
AFP
L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)
L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)
AFP
Sitôt élu, Donald Trump a retiré les USA du traité de libre-échange transpacifique (TPP). Négocié pendant des années par l'administration Obama, le TPP était vu comme un contrepoids à l'influence grandissante de la Chine. (23 janvier 2017)
Sitôt élu, Donald Trump a retiré les USA du traité de libre-échange transpacifique (TPP). Négocié pendant des années par l'administration Obama, le TPP était vu comme un contrepoids à l'influence grandissante de la Chine. (23 janvier 2017)
AFP
1 / 150

L'administration de Donald Trump a annoncé vendredi qu'elle ne réactiverait pas le registre public en ligne des visiteurs de la Maison Blanche mis en place sous Barack Obama. Le nouveau locataire invoque des raisons de sécurité et de confidentialité.

Pendant la quasi-totalité de la présidence de Barack Obama, la liste des personnes entrant à la Maison Blanche - y compris des élus, des responsables étrangers, des dignitaires ou des ambassadeurs - était disponible sur Internet via un formulaire de recherche. Seules quelques exceptions à cette règle étaient permises, notamment pour les visites strictement personnelles de la famille Obama ou des motifs de sécurité nationale.

Ce registre était une mine d'informations pour les médias et les ONG examinant les éventuels conflits d'intérêts au sein de l'exécutif, même si les responsables de l'administration étaient toujours capables de contourner la règle en rencontrant leurs interlocuteurs ailleurs à Washington.

Pas d'obligation

Peu après l'arrivée de Donald Trump au pouvoir le 20 janvier, la base de données est devenue indisponible. Et vendredi, la Maison Blanche a confirmé qu'elle ne la remettrait pas en ligne, le registre public n'étant pas une obligation légale.

Selon l'exécutif, cité par le magazine Time et le quotidien Washington Post, la décision a été prise en raison de «risques importants pour la sécurité nationale et de questions de confidentialité».

Obama contraint de céder

Au début du mandat de Barack Obama, une association de promotion de la transparence de la vie publique avait en fait poursuivi l'administration Obama pour obtenir la publication de ce registre. La Maison Blanche, alors démocrate, avait cédé en acceptant, volontairement, la publication de la liste des visiteurs, et ceci pour la première fois.

Cette année, plusieurs associations ont lancé une action en justice pour forcer l'administration Trump à se conformer à ce précédent, non seulement pour la Maison Blanche mais pour la résidence de Mar-a-Lago, en Floride, où le milliardaire reçoit régulièrement des visiteurs, ainsi que pour la Trump Tower à New York.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.