Passer au contenu principal

Etats-UnisTrump privé de Twitter par un employé sur le départ

Le compte du président américain a été désactivé pendant quelques minutes par un employé de Twitter.

Le président américain est un fervent utilisateur de Twitter: il y annonce des mesures, lance des invectives et fait des commentaires désobligeants sur les personnes n'ayant pas ses faveurs. (Photo d'illustration)
Le président américain est un fervent utilisateur de Twitter: il y annonce des mesures, lance des invectives et fait des commentaires désobligeants sur les personnes n'ayant pas ses faveurs. (Photo d'illustration)
Keystone

Un employé de Twitter sur le départ s'est amusé à désactiver le compte du président américain Donald Trump jeudi, vite rétabli au bout de quelques minutes, a annoncé le réseau social. Vers minuit, les visiteurs du compte @realDonaldTrump ont ainsi été accueillis par le message: «Désolé, cette page n'existe pas».

Twitter avait auparavant annoncé que le compte de Donald Trump avait été désactivé «par inadvertance» à la suite d'une erreur commise par un employé du réseau social: «Plus tôt aujourd'hui, le compte @realDonaldTrump a été désactivé par inadvertance à cause d'une erreur humaine commise par un employé de Twitter», avait tweeté le groupe.

«Le compte a été coupé pendant onze minutes et a depuis été rétabli», avait-il ajouté, précisant qu'une enquête interne était en cours et que «les mesures nécessaires pour que cela ne se reproduise pas à l'avenir» étaient prises. Mais «nous avons découvert à travers notre enquête que cette coupure a été provoquée par un employé de Twitter qui l'a fait lors de son dernier jour de travail», a ensuite révélé le groupe.

Le président américain a réagi sur son réseau social préféré vendredi matin, 12 heures après l'incident. «Mon compte Twitter a été désactivé pendant 11 minutes par un employé voyou. Je pense que les nouvelles sont enfin en train de se répandre et d'avoir un impact», a-t-il écrit.

Controverse sur la sécurité

Ce compte personnel -il a un compte officiel @Potus qui sert peu, avec 20,9 millions d'abonnés- est le moyen de communication de prédilection du président américain et compte plus de 41,7 millions d'abonnés.

Il y annonce des mesures, lance des invectives et fait des commentaires --parfois désobligeants-- sur les personnes, de son camp ou non, n'ayant pas ses faveurs. Il envoie quasi-quotidiennement ces messages en 140 caractères maximum. La brève interruption a suscité une controverse sur la sécurité de ce compte personnel et les conséquences potentiellement graves d'éventuels messages faussement attribués au président.

«C'est choquant de voir qu'un employé quelconque de Twitter puisse fermer le compte du président. Que se passerait-il s'il avait à la place twitté de faux messages?», s'est interrogé sur Twitter Blake Hounshel, rédacteur en chef du magazine Politico. «Sérieusement, que se serait-il passé si cette personne avait tweeté à propos d'une frappe nucléaire imaginaire sur la Corée du Nord?», a-t-il ajouté.

Colère

Nombre d'utilisateurs de Twitter se félicitaient de la fermeture temporaire du compte de Donald Trump, certains estimant même que l'employé responsable, non identifié, «mérite une médaille».

«Le compte Twitter de Trump a été désactivé durant 11 minutes et j'ai tout à coup pensé que je replongeais dans la vraie timeline où les choses ne sont pas aussi absurdes», a tweeté George Takei, un acteur de la série «Star Trek» devenu une personnalité des réseaux sociaux.

Mais d'autres manifestaient leur colère face à ces réactions: «les libéraux ont célébré durant 15 minutes la disparition du compte Twitter de Trump, prouvant à nouveau qu'ils adorent la censure et détestent la liberté de parole», assurait un tweet populaire. Le compte officiel de la Maison blanche @Potus n'a apparemment subi aucune conséquence de l'interruption du compte personnel de Donald Trump.

Après la réactivation de son compte personnel, Donald Trump a envoyé des commentaires sur divers sujets mais n'a pas tweeté à propos de cette interruption.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.