Trump ne veut pas des Eagles à la Maison Blanche

Etats-UnisLe président américain est en guerre ouverte avec des joueurs de football américain (NFL) qui protestent contre les violences raciales.

Le torchon brûle entre Donald Trump et certains joueurs de football américain.

Le torchon brûle entre Donald Trump et certains joueurs de football américain. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Donald Trump a retiré l'invitation à se rendre mardi à la Maison Blanche transmise aux Philadelphia Eagles, vainqueurs du dernier Super Bowl, en raison du geste de certains joueurs mettant genou à terre pendant l'hymne national.

Le président républicain est en conflit ouvert depuis des mois avec les joueurs de football américain (NFL), qui protestent ainsi contre les violences raciales aux Etats-Unis, ayant même été jusqu'à estimer le mois dernier que ces joueurs «ne devraient peut-être pas être dans le pays».

«Les Philadephia Eagles ne peuvent pas venir demain avec leur équipe au complet pour être mis à l'honneur. Ils ne sont pas d'accord avec le président, car il insiste pour qu'ils se lèvent fièrement pour l'hymne national, la main sur le coeur», a déclaré Donald Trump dans un communiqué publié par la Maison Blanche lundi soir.

Certains joueurs des Eagles avaient déjà annoncé leur refus de répondre à l'invitation du président américain, qui reçoit traditionnellement les équipes sacrées dans les quatre championnats professionnels.

Mardi, dans un de ses tweets matinaux, le président est revenu sur le sujet en affirmant: «nous allons fièrement interpréter l'hymne national et d'autres airs merveilleux pour fêter notre pays à 15H00», l'heure initialement prévue pour la réception avec les Eagles.

«NFL, pas moyen d'y échapper en se réfugiant dans les Vestiaires!» a encore lancé Donald Trump, qui avait affirmé la veille que les 1000 fans de l'équipe qui voulaient se rendre à la Maison Blanche étaient toujours invités.

«Mensonges»

«Tellement de mensonges...», a réagi sur Twitter un ancien joueur des Eagles, Torrey Smith. «Pas grand monde allait y aller. Personne n'a refusé d'y aller simplement parce que Trump insiste pour que les gens se lèvent pour l'hymne. Le président continue de propager cette fausse histoire selon laquelle les joueurs sont anti-soldats», a-t-il développé.

Dans un communiqué publié après les déclarations du président Trump, les Eagles se sont contentés de remercier leurs supporteurs.

«C'était une source d'inspiration de voir toute la communauté Eagles se réunir. Nous sommes reconnaissants pour tout le soutien reçu et nous continuerons de nous préparer pour la saison 2018», déclarent-ils dans ce communiqué.

Le maire de Philadelphie Jim Kenney a estimé que retirer l'invitation des Eagles «ne prouvait qu'une chose: que le président Trump n'était pas un vrai patriote».

Le sénateur démocrate Bob Casey, de l'Etat de la Pennsylvanie, a pour sa part déclaré qu'il ignorait le «coup politique» de Trump et avait invité les Eagles à visiter le Capitole, siège du parlement américain.

«Fils de pute»

Cet épisode est le dernier en date dans une querelle acrimonieuse entre Trump et les joueurs de NFL.

Le mouvement de protestation pendant l'hymne national avait été lancé en 2016 par le quarterback de San Francisco Colin Kaepernick, qui voulait dénoncer la mort de plusieurs Afro-Américains lors de leur arrestation par la police.

Il s'est développé la saison dernière lorsque des centaines de joueurs, le plus souvent noirs, s'étaient agenouillés pendant l'hymne avant les matches pour protester contre les tensions raciales aux Etats-Unis.

La réaction de Donald Trump, qui avait traité les protestataires de «fils de pute», avait jeté de l'huile sur le feu, de nombreux joueurs expliquant alors qu'ils refuseraient de se rendre à la Maison Blanche en cas de victoire de leur équipe.

La NFL a tranché en mai en annonçant qu'à partir de la saison prochaine les joueurs présents sur le terrain seraient obligés de rester debout pendant l'hymne sous peine d'amende. Une décision saluée par Donald Trump. (afp/nxp)

Créé: 05.06.2018, 14h32

Articles en relation

Trump: «J'ai le droit absolu de me gracier»

Etats-Unis Empêtré dans des soupçons d'ingérence russe, le président des Etats-Unis a clamé son droit à s'accorder lui-même la grâce présidentielle. Plus...

Ingérence russe: Trump fustige le New York Times

Etats-Unis Donald Trump a accusé le procureur spécial Mueller de divulguer des informations sur son enquête au journal new-yorkais. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.