Washington négocie l'extradition de Snowden

EspionnageSelon le journal anglophone de Hong Kong, Edward Snowden, inculpé d'espionnage par la justice américaine, n'est pas aux mains de la police, mais se trouve actuellement «en lieu sûr».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des responsables américains sont à Hong Kong pour négocier l'extradition d'Edward Snowden, l'ancien sous-traitant de la National Security Agency (NSA) à l'origine de la révélation du programme de surveillance Prism, a annoncé samedi la Maison-Blanche.

«Nos responsables de l'application de la loi sont actuellement en conversation avec les autorités de Hong Kong», a déclaré à la télévision américaine CBS Tom Donilon, conseiller du président Barack Obama pour la sécurité nationale.

Selon le South China Morning Post, le journal anglophone de Hong Kong, Edward Snowden, inculpé d'espionnage par la justice américaine, n'est pas aux mains de la police, mais se trouve actuellement «en lieu sûr».

La police de l'ancienne colonie britannique s'est refusée à tout commentaire, se contentant d'indiquer que les autorités de Hong Kong traiteraient cette affaire conformément à la loi du territoire.

Hong Kong est un territoire qui appartient à la Chine mais bénéficie d'une certaine autonomie héritée de la colonisation britannique, notamment d'un système judiciaire indépendant.

Edward Snowden, qui s'est réfugié à Hong Kong début juin, est accusé par les Etats-Unis de vol de biens de l'Etat, de transmission non autorisée d'informations relevant de la défense nationale et de divulgation de renseignements classifiés à une personne non autorisée.

Les deux dernières infractions tombent sous le coup de la loi des Etats-Unis sur l'espionnage, ce qui pourrait valoir à Edward Snowden des sanctions financières ainsi qu'une peine de dix ans de prison. (ats/nxp)

Créé: 22.06.2013, 22h22

Assange appelle à soutenir Snowden

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a dénoncé samedi l’inculpation d’Edward Snowden pour espionnage par la justice américaine. Il a appelé un «pays courageux» à se porter volontaire pour accorder l’asile à l’Américain. A Berlin, les autorités allemandes craignent un scénario «à la Hollywood».

«Aujourd’hui, le calvaire d’Edward Snowden ne fait que commencer», a déclaré le cyber-militant australien de 41 ans, dans un discours mis en ligne par WikiLeaks.

Julian Assange, qui vit reclus depuis un an dans l’ambassade d’Equateur à Londres pour échapper à une extradition vers la Suède de crainte d’être ensuite transféré aux Etats-Unis, avait prévu de s’exprimer samedi au balcon de l’ambassade. Mais il a «ajourné» cette intervention pour des «raisons de sécurité», selon WikiLeaks.

Articles en relation

Edward Snowden est inculpé pour espionnage

Etats-Unis L'ex-consultant Edward Snowden, à l'origine des fuites sur les programmes américains de surveillance des communications, est visé par un mandat d'arrêt provisoire. Plus...

L'Islande prête à exfiltrer Edward Snowden?

Espionnage les Islandais prépareraient un vol vers leur pays pour l'Américain qui a divulgué l'ampleur de la surveillance des télécommunications et d'internet par les Etats-Unis. Plus...

WikiLeaks affrète un avion pour Edward Snowden

Islande Un avion privé financé par l'intermédiaire du site internet WikiLeaks est prêt à conduire en Islande Edward Snowden, qui a révélé l'ampleur de la surveillance des télécommunications et d'internet par les Etats-Unis. Plus...

Edward Snowden: «La vérité est en marche»

Surveillance électronique Edward Snowden, responsable des fuites sur les programmes américains de surveillance d'internet, a assuré que les Etats-Unis ne pourront pas l'empêcher de poursuivre ses révélations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.