Amnesty victime d'un piratage à Hong Kong

ChineLa section hongkongaise de l'association de défense des droits de l'homme a subi un piratage et dont le gouvernement chinois serait à l'origine.

Les experts n'ont pas encore déterminé quand l'attaque informatique a débuté.

Les experts n'ont pas encore déterminé quand l'attaque informatique a débuté. Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bureau hongkongais d'Amnesty International a été la cible d'une attaque informatique qui pourrait avoir duré plusieurs années, commise par des pirates qui auraient des liens avec le gouvernement chinois, a annoncé jeudi dans un communiqué l'organisation de défense des droits humains.

La révélation de cette attaque intervient au moment où une partie de la population hongkongaise s'inquiète de l'emprise grandissante de Pékin sur l'ancienne colonie britannique et d'un recul de ses libertés.

Amnesty a indiqué avoir détecté le 15 mars cette intrusion dans ses systèmes informatiques alors que son bureau hongkongais migrait ses infrastructures informatiques vers son réseau international, qui est mieux protégé. L'organisation a fait appel à une équipe d'experts pour enquêter.

«Ils ont pu établir un lien entre l'infrastructure utilisée dans cette attaque et de précédentes campagnes d'APT associées au gouvernement chinois», a indiqué Amnesty dans son communiqué.

Piratage sophistiqué

Les APT, acronyme de «Advanced Persistent Threat» («menace persistante avancée»), désignent des piratages très ciblés, particulièrement sophistiqués, pouvant être continus, et dont les auteurs disposent de moyens et de temps pour arriver à leurs fins, et peuvent être soutenus par des Etats. APT peut aussi désigner les groupes menant ces piratages.

La Chine est de longue date accusée par les gouvernements, entreprises et experts en cybercriminalités occidentaux de recourir aux groupes APT à des fins d'espionnage industriel ou politique, ou pour traquer des dissidents ou des opposants à l'étranger. Ce que Pékin dément.

Amnesty a indiqué que l'expertise montrait du doigt un «groupe APT connu» qui utilise «des tactiques, des techniques et des procédures cohérentes avec un adversaire très développé».

L'organisation s'est refusée à nommer ce groupe pour l'instant. «Cette cyberattaque sophistiquée souligne les dangers posés par le piratage informatique soutenu par les Etats et la nécessité d'être vigilant face aux risques», a déclaré Man-kei Tam, directeur d'Amnesty International Hong Kong. «Nous refusons de nous laisser intimider par cette tentative scandaleuse de récupérer des informations et de faire obstruction à notre travail de défense des droits de l'Homme.»

Il a dit que les experts n'avaient pas encore déterminé quand l'attaque informatique avait débuté, mais ils pensent que les systèmes ont été compromis pendant un certain temps. «A en croire les experts, l'attaque a été continue, donc elle durait depuis quelques années», a-t-il dit. (afp/nxp)

Créé: 25.04.2019, 10h27

Articles en relation

Amnesty dénonce l'impunité des viols

Pays nordiques Dans un rapport, une ONG relève l'«impunité généralisée» des auteurs d'abus sexuels dans les pays nordiques. Plus...

L’internement forcé est toujours réalité en Chine

L'invitée Manon Schick, directrice d’Amnesty International Suisse. Plus...

Des militants prodémocratie condamnés

Hong Kong Plusieurs leaders de la «révolte des parapluies» de Hong Kong en 2014 ont écopé jusqu'à 16 mois de prison ce mercredi. Plus...

«Révolte des parapluies»: les leaders jugés coupables

Hong Kong Les leaders de la «révolte des parapluies» de Hong Kong ont été jugés coupables ce mardi et risquent désormais la prison. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...