Passer au contenu principal

AllemagneAngela Merkel se fait huer à Munich

À deux jours des élections législatives, la chancelière allemande a été prise à partie lors de son dernier meeting vendredi en Bavière.

Angela Merkel, favorite du scrutin législatif de dimanche, et son rival social-démocrate Martin Schulz ont tenté vendredi de mobiliser leurs troupes et rallier encore les indécis en cette fin de campagne. La chancelière a été sifflée durant son discours à Munich.

Droite populiste

Pour son dernier meeting, Angela Merkel espérait un meilleur accueil en Bavière. Malgré les sifflets qui ont perturbé l'ensemble de son discours, elle est restée stoïque jusqu'au bout. «On ne va pas certainement façonner l'avenir avec des sifflets et des cris», a-t-elle tout de même lâché à l'attention des perturbateurs.

La chancelière est la cible privilégiée de petits groupes proches de la droite populiste qui la conspuent à chacun de ses rassemblements.

#Merkel's final campaign rally in #Munich hit by wall of noise and heckling from right wing populist #AfD protesters. #GermanElections#btwpic.twitter.com/SDDwtWaLEF— Michaela Kuefner (@MKuefner) September 22, 2017

«Froideur sociale»

Plus combatif que jamais même si tous les sondages prédisent une claque dans deux jours à son parti, Martin Schulz a lui dénoncé «la froideur sociale» d'une chancelière sans «vision pour l'avenir». Il l'a dit devant plusieurs milliers de personnes au centre de Berlin.

Il a aussi attaqué avec virulence le parti de la droite nationaliste «Alternative pour l'Allemagne» (AfD), «une honte pour notre nation», dont certains membres ont prêché la fin de la repentance pour les crimes nazis.

Conservateurs en tête

A deux jours du vote, l'Union chrétienne-démocrate (CDU, droite conservatrice) de la chancelière et son allié bavarois (CSU) restent largement en tête dans les sondages. Ils sont crédités de 34 à 36% des voix par deux études des instituts Insa et Forsa publiées vendredi, tandis que le SPD (gauche) de l'ex-président du parlement européen sont entre 21 et 22%. Plus d'un tiers des sondés reste indécis.

L'AfD, qui a nettement radicalisé sa campagne en fin de parcours, axant notamment ses attaques sur les migrants et les musulmans, réalise la remontée de fin de campagne la plus nette (11% à 13%).

Fin de campagne dans leur fief

A la veille du scrutin législatif, la chancelière de 63 ans doit se rendre dans sa circonscription de la région du Mecklembourg-Poméranie, dans l'ex-RDA. Mais elle n'a pas choisi les endroits les plus faciles en décidant notamment d'aller à Greifswald, où le mouvement anti-islam «Alternative pour l'Allemagne» (AfD) a battu son parti lors des élections régionales l'année passée.

Son adversaire social-démocrate Martin Schulz, largement distancé dans les sondages, fera lui son dernier raout électoral à Aix-la-Chapelle (ouest), près de sa ville natale.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.