Ankara a cessé d'acheter du pétrole iranien

GéopolitiquePour ne pas froisser Washington, la Turquie, «en tant qu'alliée stratégique» des Etats-Unis, a renoncé au pétrole iranien.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Turquie a totalement cessé d'importer du pétrole iranien depuis début mai pour «respecter» les sanctions américaines même si elle désapprouve ces mesures. En revanche, elle tient à ses systèmes russes de défense antiaérienne, un achat que Washington désapprouve.

«En tant qu'alliée stratégique» des Etats-Unis «nous respectons» les sanctions contre l'Iran, a déclaré mercredi un responsable turc sous couvert de l'anonymat. Il s'exprimait en marge d'une visite à Washington du vice-ministre turc des Affaires étrangères Yavuz Selim Kiran.

L'administration de Donald Trump a rétabli les sanctions américaines contre l'Iran après avoir quitté, il y a un an, l'accord international sur le nucléaire iranien. Ces sanctions interdisent notamment les exportations de pétrole iranien, et visent aussi tout pays qui continuerait d'en acheter.

Dérogation non renouvelée

Huit pays, dont la Turquie mais aussi la Chine, l'Inde ou le Japon, avaient initialement bénéficié d'une dérogation pour continuer à importer du brut iranien, mais celle-ci a pris fin le 2 mai et n'a pas été renouvelée.

A l'annonce du non renouvellement des exemptions, Ankara avait semblé ne pas vouloir obtempérer. «Nous n'accepterons pas de sanctions unilatérales et de contraintes sur la manière dont nous gérons nos relations avec nos voisins», avait alors lancé le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu. Mais la Turquie a finalement bien cessé d'importer du pétrole iranien depuis le 2 mai, selon le responsable turc interrogé mercredi.

«Un accord conclu»

Lors de sa visite à Washington, la délégation turque a évoqué avec l'administration Trump les nombreux contentieux qui empoisonnent les relations entre ces deux pays pourtant alliés au sein de l'Otan. A commencer par l'achat par Ankara de systèmes russes de défense antiaérienne S-400.

Les Américains dénoncent cette acquisition en cours et menacent d'une part de ne pas livrer aux Turcs leurs avions de chasse F-35 dont la Turquie a également entrepris de faire l'acquisition, et d'autre part d'imposer des sanctions économiques contre Ankara. «C'est un accord conclu», a dit mercredi à Washington le vice-ministre turc à des journalistes, réaffirmant que son pays ne renoncerait pas au contrat avec Moscou.

Le gouvernement turc a proposé à l'administration américaine un groupe de travail technique conjoint pour dissiper les craintes des Etats-Unis qui redoutent que la technologie dont sont dotées les batteries S-400 ne serve à collecter des données technologiques sur les avions militaires de l'Otan, et que la Russie puisse ainsi y accéder. «Nous attendons toujours la réponse» sur cette «commission technique», a déploré le responsable turc sous couvert de l'anonymat. (ats/nxp)

Créé: 23.05.2019, 03h10

Le maire déchu d'Istanbul appelle ses électeurs à rester mobilisés

Le maire déchu d'Istanbul, Ekrem Imamoglu, a dénoncé mercredi les «mensonges» invoqués pour annuler son élection le 31 mars. Il appelle ses électeurs à rester mobilisés lors du nouveau scrutin le 23 juin. «Personne ne croit à leurs allégations», a déclaré M. Imamoglu lors d'un rassemblement à Istanbul pour lancer sa nouvelle campagne. Ekrem Imamoglu avait battu Binali Yildirim, candidat de l'AKP et ex-Premier ministre, avec moins de 13'000 voix d'avance. Une marge minime à l'échelle d'une ville de plus de 15 millions d'habitants, contrôlée par les islamo-conservateurs depuis 25 ans.

Articles en relation

Contre l'Iran, l'accent mis sur «la dissuasion»

Etats-Unis Washington affirme mettre l'accent «sur la dissuasion» et non pas sur «la guerre» dans son face-à-face avec Téhéran. Plus...

L'Iran ne fléchit pas face aux menaces américaines

Géopolitique Le ministre des Affaires étrangères iranien a répondu aux menaces de Donald Trump et n'est pas impressionné. Plus...

Un proche de Trump prône une «réponse militaire»

Etats-Unis/ Iran Après la guerre commerciale, le conflit entre Washington et Téhéran se déplace sur le terrain militaire. Plus...

Donald Trump menace Téhéran de destruction

Moyen-Orient «Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran», a déclaré dimanche le président américain sur Twitter. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.