Passer au contenu principal

Antisémitisme: la victime est un Arabe israélien

Un jeune homme a voulu prouver qu'il n'était pas dangereux de porter une kippa dans la rue berlinoise. Il s'est fait agresser par un groupe de trois jeunes parlant arabe.

Adam Armush a démontré malgré lui que la haine anti-juive est également répandue chez les Arabo-musulmans.
Adam Armush a démontré malgré lui que la haine anti-juive est également répandue chez les Arabo-musulmans.
Screenshot Deutsche Welle

La vidéo a fait grand bruit en Allemagne. Elle montre un passant portant une kippa se faire agresser à coups de ceinture par un jeune homme qui le traite de «Yahudi!» ou «Juif» en arabe.

Les autorités allemandes, la chancelière Angela Merkel en tête, ont dénoncé cet acte et le président du Conseil central des Juifs d'Allemagne, Josef Schuster, a demandé que cette agression soit punie «le plus sévèrement possible». Or la victime n'est pas juive mais il s'agit d'un Arabe israélien, rapporte le journal israélien Haaretz.

Il parlait «un dialecte syrien»

Adam Armush, 21 ans, a été agressé mardi soir avec son ami alors que tous deux portaient une kippa et marchaient dans un quartier huppé de Berlin. Les agresseurs étaient trois jeunes, dont l'un au moins parlait arabe, a-t-il dit, affirmant que le principal agresseur parlait «un dialecte syrien». Il a témoigné avoir été soudain hélé et insulté par le groupe et avoir décidé à ce moment-là de filmer la scène.

Des témoins très passifs

Adam voulait avoir «une preuve pour la police, les Allemands mais aussi le monde entier pour montrer combien c'est difficile pour un Juif de se promener de nos jours à Berlin», a-t-il expliqué dans un entretien à la chaîne de télévision publique allemande Deutsche Welle.

Il a aussi critiqué la passivité de la cinquantaine de personnes se trouvant selon lui dans les environs au moment de l'altercation. Seule une femme s'est interposée et a crié en direction de l'agresseur, a-t-il témoigné.

La police toujours à la recherche des auteurs

Adam a précisé qu'il portait une kippa «pour la première fois». Il a expliqué avoir reçu la calotte religieuse en cadeau d'un ami et être parti du principe, avant l'agression, que cela ne posait pas de problème de la porter dans la rue dans la capitale allemande.

La police berlinoise a indiqué dans un communiqué enquêter sur cette «agression antisémite» et rechercher les auteurs.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.